Numérisation des livres : "indispensable" Google ?

Par Alexandre Laurent
le 02 mars 2010
 0
00A0000002480634-photo-google-books.jpg
Impossible de conduire une politique efficace de numérisation du patrimoine littéraire français sans faire appel aux services de Google ? C'est ce que laisse entendre un rapport rendu public lundi par la commission des finances du Sénat. Son auteur, Yann Gaillard (UMP), y rejoint les conclusions rendues en janvier dernier par la mission Tessier : en dépit des fonds qui seront dévolus à cette tâche dans le cadre du grand emprunt, les efforts de la Bibliothèque nationale de France n'y suffiront pas.

En partant du principe que la France cherche à faire numériser un catalogue d'environ 15 millions de livres, il estime « qu'avec les moyens actuels de la BnF, il faudrait environ 750 millions d'euros et 375 ans pour numériser l'ensemble des ouvrages », alors que les délais pourraient être ramenés à dix ans en cas d'accord avec Google.

En France, le débat fait rage depuis 2006. A cette époque, la BnF est dirigée par Jean-Noël Jeanneney, qui voit d'un très mauvais oeil le programme de numérisation systématique des livres qu'est en train de construire Google. A plusieurs reprises, il s'insurge contre Google Book Search, et affirme que la France ne doit surtout pas laisser son patrimoine tomber entre les mains d'une société étrangère.

Aujourd'hui, la Culture et la BnF ont adopté une position moins véhémente, mais personne n'a encore réussi à trouver un modèle qui permettrait de concilier l'exigence de numérisation aux moyens consentis. D'où l'idée, récurrente, de se tourner vers Google. Reste à mettre sur pied un accord susceptible de convenir au numéro un mondial de la recherche en ligne, qui souhaite pouvoir rentabiliser les investissements que représente la numérisation.

Dans son rapport, Yann Gaillard dit donc approuver la suggestion déjà formulée par la mission Tessier proposant, « dans le cadre d'un partenariat avec Google, d'échanger des fichiers, ou à défaut de mettre en place une filière commune de numérisation ».

Il souligne toutefois que le « principal enjeu pour les éditeurs, et donc pour le maintien de la diversité éditoriale, est de ne pas se trouver dans l'obligation de vendre leurs livres à un prix très bas à un libraire numérique qui serait en situation de quasi-monopole » et propose donc la mise en place d'une « entité coopérative réunissant les bibliothèques publiques patrimoniales et les éditeurs », qui fournirait au lecteur une offre exhaustive. Rien ne dit toutefois que Google ait envie de s'associer à un tel projet...
Modifié le 18/09/2018 à 14h43
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Auchan, Carrefour, Casino... les tests de magasins 100% automatiques se multiplient
Notre sélection des meilleurs films et séries à voir en avril sur Netflix et Amazon
Sophia, le robot humanoïde, parlera IA lors d'un Sommet Digital à Kigali
Samsung : une mise à jour du Galaxy S10 apporte un mode photo de nuit
La PS5 proposera
Des satellites bientôt mis en orbite pour identifier les plus gros pollueurs de la planète
Informatique quantique : où en est-on ?
Test Huawei P30 Pro : le nouveau champion de la photographie
Google Chrome : un mode Lecture pourrait bientôt être déployé
Redécouvrez l'intérieur de la cathédrale Notre-Dame grâce à la réalité virtuelle
BlackBerry Messenger (BBM) va fermer ses portes le 31 mai prochain
Salon de Shanghai - Lotus Type 130, l'hypercar qui pourrait faire renaître la marque
Google dévoile son premier assistant connecté pour la voiture : Anker Roav Bolt
Des chercheurs pensent que les voitures volantes permettront de sauver l’environnement
Les vélos électriques ont vu leurs ventes augmenter de 21% en 2018
scroll top