Nokia Money : le Finlandais défie les banques avec un service de paiement mobile

01 juin 2018 à 15h36
0
00FA000000512350-photo-a-la-une-mobinaute-nfc.jpg
En attendant la démocratisation des mobiles compatibles avec la technologie NFC, pour utiliser un téléphone comme titre de transport ou comme carte de paiement, Nokia vient d'annoncer le lancement de son premier service financier sur mobile : Nokia Money. Son but ? effectuer des micro paiements depuis son téléphone aussi simplement qu'en envoyant un SMS.

Car Nokia part d'un constat simple. Si ce sont 4 milliards d'utilisateurs de mobiles qui sont recensés dans le monde, ce ne sont que 1,6 milliard de comptes bancaires qui sont ouverts. Nokia compte donc « permettre, pour beaucoup et pour la première fois, d'utiliser des services financiers » grâce à leur mobile, précise le Finlandais dans un communiqué de presse.

Plusieurs services seront proposés, de l'échange d'argent entre utilisateurs de mobiles via leur numéro de téléphone à la possibilité d'acheter des biens ou services auprès de boutiques classiques. Il devrait également être possible de régler ses factures ou de recharger des cartes prépayées. Concurrençant de ce fait directement les banques, Nokia précise être actuellement en train de « créer un vaste réseau d'agents Nokia Money », là où les consommateurs pourront déposer leur argent ou transférer des fonds depuis d'autres comptes bancaires.

« Nous pensons que les services financiers sur mobiles constituent une opportunité de croissance importante sur le long terme. Dans de nombreux pays, les utilisateurs de mobiles sont plus nombreux que le nombre de comptes bancaires ouverts, suggérant que ces derniers ont un accès très limité, voire pas d'accès du tout, à des services financiers », précise Mary McDowell, le responsable de la plateforme de Nokia.

Détail intéressant, Nokia ne compte pas limiter son service « Nokia Money » aux seuls pays émergents. La firme va cibler à la fois les zones urbaines et rurales. « Les consommateurs ruraux vont bénéficier tout particulièrement des services de transfert d'argent alors que les urbains vont utiliser des services en ligne avec une possibilité de payer simplement sa facture, des tickets de train ou des places de spectacles », ajoute-t-il.

A noter que Nokia va lancer son service en exploitant la plateforme de paiement électronique de Obopay, une société dans laquelle le Finlandais aurait investi pas moins de 70 millions de dollars en début d'année. Qualcomm, Citigroup, Societe Generale, Alliance Bernstein, Redpoint Ventures, Richmond Management, Essar Communications Holdings, Onset Ventures, Olayan et Promethean sont également actionnaires de cette société. « Nokia Money » sera disponible à partir du début d'année 2010 dans certains pays. Reste à savoir si Nokia compte utiliser cette offre pour monétiser ses propres services mobiles Ovi. Suite à cette annonce, le cours de l'action Nokia vient d'augmenter de près de 3,50% à la bourse d'Amsterdam.

Nokia et l'Inde : du micro financement de mobiles au paiement mobile ?
Parallèlement à l'annonce de « Nokia Money », le numéro un mondial des mobiles a également précisé vouloir proposer un service de micro financement pour l'achat d'un mobile dans 12 villes d'Inde. Nokia a d'ailleurs finalisé une expérimentation qui s'est déroulée dans 2500 villages à Andhra Pradesh et Karnataka en Inde. L'objectif était de proposer des mobiles pour 100 roupies (l'équivalent de 2 dollars) par semaine pendant 25 semaines. L'inde compte 427 millions d'utilisateurs de mobiles. Reste à savoir si les deux projets pourront co exister en offrant des mobiles à bas prix et à crédit et en permettant ensuite à la population locale d'effectuer des paiements depuis ces derniers.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Google Maps : l'information trafic participative
Wikipedia encadre les fiches de personnalités vivantes
Jean Ducharne, MidInvest :
Paris supervise son réseau fibre avec CA
Foxit met en garde contre un malware pour Mac OS X
Bruxelles veut négocier la gouvernance de l'Internet
A5H / A5S : Archos publie par erreur des informations sur ses tablettes Android
Jessica Biel, la recherche la plus dangereuse du Web
Google refuse peu d'applications sur l'Android Market
Monsieur OpenID quitte Six Apart pour Facebook
Haut de page