Hadopi : des procédures en justice... accélérées

Alexandre Laurent
16 juin 2009 à 18h11
0
00B4000002017890-photo-christine-albanel-s-nat.jpg
En ira-t-il des téléchargements illégaux comme des excès de vitesse ? Après la censure opérée par le Conseil constitutionnel sur le texte de la loi « Création et Internet », le gouvernement entend maintenant replacer le pouvoir de sanction entre les mains du juge, mais dit étudier la possibilité de mettre en place des procédures accélérées.

« Nous allons présenter un texte de loi très court pour articuler la fonction pédagogique de la Hadopi avec l'intervention du juge, pour donner à celui-ci les moyens d'agir et pour donner aussi la possibilité de procédures accélérées », a expliqué mardi à l'Assemblée nationale la ministre de la Culture, Christine Albanel, dont les propos sont rapportés par l'AFP.

Désormais promulguée, la loi Création et Internet ne peut plus conférer à la Haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet qu'elle institue le pouvoir de prononcer des suspensions d'abonnement. Le conseil constitutionnel a en effet censuré ce point, estimant que seul le pouvoir judiciaire était habilité à prononcer une restriction de la liberté d'accès à Internet.

L'Hadopi conserve quant à elle sa mission « pédagogique » et commencera dès l'automne à émettre des messages d'avertissement, a rappelé Christine Albanel à plusieurs reprises. Pour se conformer à la décision du Conseil constitutionnel, son cabinet doit maintenant rédiger un nouveau texte de loi qui sera présenté en complément de l'actuel, et devra définir les modalités d'intervention de la justice. En cours de rédaction, le texte pourrait selon le quotidien Le Monde être présenté en conseil des ministres le 1er juillet, avant de passer devant le Parlement, sans doute dans le courant du mois.

Rue de Valois, on laisse entendre qu'il devrait être possible de recourir à des ordonnances pénales, ou jugements sans audiences, pour traiter les cas les plus simples. Comme pour une infraction au code de la route motivant un traitement par la justice, le suspect ne comparait pas devant la Cour, mais dispose d'un délai lui permettant de présenter ses objections, s'il en a, avant application de la sentence.

Une procédure rapide et plutôt simple lorsque l'accusé reconnait les faits qui lui sont reprochés, mais qui peut rapidement s'enliser en cas de contestation...
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, qualifie le réacteur EPR de
AMD : fleuron de la future cuvée Zen 3, le Ryzen 9 4950X pourrait monter à 4,8 GHz
Depuis 2011, Hadopi c'est 87 000 euros d'amende pour... des dizaines de millions d'euros de subventions !
Donald Trump sanctionné par Twitter et Facebook, pour une vidéo qualifiée de
La capitalisation boursière d'Apple dépasse celle de toutes les entreprises du CAC40 réunies
Projet ATTOL : Airbus fait rouler, décoller et atterrir un avion commercial de façon autonome
La version chinoise de la Tesla Model 3 remporte le prix de la qualité de fabrication
La Chine menace les Etats-Unis en cas de vente forcée de TikTok
Elon Musk envisage la construction d'un Cybertruck plus petit pour l'Europe
Polémique autour du minuscule impôt sur les bénéfices payé par Netflix en France en 2019
scroll top