SFR prêt à vendre l'iPhone 3G mais ne remet pas en cause la vente du Blackberry Storm

Par
Le 17 décembre 2008
 0
00aa000001670934-photo-ancien-logo-de-sfr.jpg
Alors que Bouygues Telecom a saisi le Conseil de la concurrence pour casser l'exclusivité d'Orange sur l'iPhone, et alors que France Télécom a annoncé vouloir faire appel de cette décision, seul SFR ne s'était pas exprimé sur le sujet.

Car mis à part Bouygues Telecom qui ne dispose que de très peu d'exclusivités de produits, ce n'est pas le cas de SFR à qui pourrait profiter cette annonce, permettant au second opérateur français d'avoir à son tour le droit de commercialiser l'iPhone 3G. « Nous sommes ravis. Nous avons pris acte de cette décision et allons contacter Apple le plus vite possible pour signer avec eux un contrat de distribution de l'iPhone 3G », nous précise Julien Villeret, le directeur de l'information de SFR.

« Nous sommes prêts, nos réseaux sont prêts et nous comptons déjà 45 000 clients qui utilisent au sein de nos réseaux un iPhone », ajoute-t-il. SFR propose en effet depuis de nombreux mois à ses clients fidèles une offre de remboursement allant jusqu'à 460 euros permettant d'acheter un iPhone Orange, de le désimlocker et de l'utiliser dans le cadre d'un abonnement « Illimythics » associé. « Cette offre de remboursement n'est pas spécifique à l'iPhone et le nombre de clients en ayant profité n'est pas très important », nous indique-t-on.

Concernant la volonté du Conseil de la concurrence d'interdire l'exclusivité de la vente de produits chez les opérateurs mobiles, privilégiant l'avant-première de trois mois au maximum, SFR ne remet pas en cause la vente du Blackberry Storm, proposé pourtant en exclusivité par l'opérateur depuis quelques semaines. « Il ne s'agit pas d'une exclusivité. Alors qu'Apple a démarché les opérateurs pour proposer son iPhone au plus offrant, le Blackberry Storm a été co-fabriqué par Vodafone et RIM. Nous avons contacté RIM pour fabriquer un téléphone qui répondait à nos spécifications. C'est donc naturel qu'il soit proposé dans le réseau Vodafone », nous précise SFR.

Même si le résultat est finalement le même pour le mobinaute, l'opérateur n'exclut pas de proposer également ce type de terminaux co-fabriqués à ses concurrents. « Nous ne sommes pas favorables aux exclusivités. Si le Conseil nous imposait de distribuer le Storm aux autres opérateurs au bout de quelques mois, nous le ferions immédiatement ». Reste à savoir si Bouygues Telecom - ou un autre opérateur - fera de nouveau appel au Conseil de la concurrence pour ce type de produits. D'autant plus que ces accords de co-fabrication risquent de se multiplier dans les prochains mois, notamment avec la démocratisation des smartphones Android.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités

scroll top