Reader : Sony lance en France son livre éléctronique

01 juin 2018 à 15h36
0
00FA000000384252-photo-imageneteco.jpg
Y-a-t-il un marché pour le livre électronique ? Après un lancement aux Etats Unis et au Canada puis, plus récemment, au Royaume Uni, le « Reader », premier livre électronique signé Sony, se prépare à faire son entrée en France. Afin de préparer au mieux le terrain pour ce nouvel appareil d'un genre encore peu usité en France, Sony a choisi de s'adosser à deux partenaires exclusifs. Le premier est la Fnac, qui assurera la commercialisation de l'appareil dans ses boutiques et sur son site, ainsi que la distribution en ligne des ouvrages numériques fournis par le second, le groupe Hachette. Cette exclusivité court pour une période de six mois à l'issue de laquelle Sony espère avoir pu jauger le potentiel de ce marché dans l'Hexagone et éventuellement envisager de le proposer à d'autres distributeurs, cybermarchands ou chaines spécialisées dans l'électronique grand public.

Comme les quelques rares modèles de livres électroniques déjà disponibles sur le marché français, le Reader de Sony embarque la technologie d'encre électronique e-Ink. L'écran monochrome, au format A5, n'est donc pas rétroéclairé, et utilise une affichage basé sur de minuscules billes d'encre, qu'il suffit de faire traverser par un courant électrique pour que leur état passe du noir au blanc. Cette technologie permet donc de limiter la consommation d'énergie au changement de page d'un livre électronique, et assure au Reader une autonomie de 6000 pages selon Sony. Autre argument en faveur de cette technologie : très net, l'affichage n'est pas rafraichi comme sur une dalle LCD, et n'entraine donc aucune fatigue visuelle.

012C000001617086-photo-sony-reader.jpg


Avec un poids de 260 grammes et une épaisseur de 8 millimètres, le Reader dispose d'une sortie casque destinée à l'écoute de livres audio, et permet d'afficher une vaste palette de formats allant des images (JPEG, etc., en noir et blanc) au PDF en passant par certains types de fichiers bureautiques (les .doc sont par exemple acceptés, mais convertis en .rtf). On dispose d'une navigation sous forme de liens hypertextes au sein des sommaires et index, de menus détaillés, et de trois tailles d'affichage de texte. Un accessoire, vendu 60 euros, permettra de pallier l'absence de rétroéclairage pour par exemple lire dans l'obscurité.

S'il est possible de charger ses propres contenus au sein du Reader, Sony et ses partenaires entendent bien mettre en avant le téléchargement payant de contenus spécifiques au Reader. Quelque 2.000 titres devraient être disponibles au lancement, dont certains best-sellers attendus comme le dernier Amélie Nothomb. Le prix précis de ces ouvrages reste à définir, mais l'on parle d'un tarif « inférieur de 10 à 15% à la version papier ». Les livres électroniques devraient donc être vendus entre 10 et 20 euros la pièce, un tarif élevé qui risque d'en refroidir plus d'un.

Il faudra par ailleurs se plier à quelques contraintes techniques : encore réticents à l'idée de diffuser leurs productions sous forme électronique, les éditions Hachette tiennent sans surprise à ce qu'un système de gestion des droits numériques, ou DRM, soit utilisé par Sony. Le fabricant japonais indique avoir fait appel à une technologie signée Adobe, qui permettra de restreindre le transfert d'un livre électronique à un seul et unique lecteur de type Reader. Les transferts devront donc être faits au moyen d'un logiciel fourni, e-Book Library. Les DRM d'Adobe seraient toutefois suffisamment souples pour qu'un éditeur puisse décider d'étendre les droits alloués à un fichiers. Relativement frileux, ces derniers risquent toutefois d'opter pour la solution la plus restrictive.

Accessible en précommande dès maintenant, le Reader de Sony sera disponible de façon effective dans le courant de la seconde quinzaine d'octobre. L'appareil sera vendu aux alentours de 299 euros. Dans un second temps, les différents partenaires impliqués dans ce lancement espèrent pouvoir ouvrir le Reader à la presse (voir l'initiative des Echos en la matière).

Inspirée des deux ans d'expérience de Sony aux Etats-Unis et du succès d'opérations comme le Kindle d'Amazon, la mécanique Reader parait bien huilée. Prendra-t-elle au pays des Lumières, où bon nombre de lecteurs manifestent un attachement tout particulier au papier ? Sony admet que le pari n'est pas gagné, mais compte sur les qualités intrinsèques de son lecteur et sur ses partenaires de poids pour le remporter. Reste à savoir si les amateurs de gadgets seront séduits par ce concept alors que fleurissent sur des plateformes comme l'iPhone ou les smartphones Windows Mobile les applications dédiées à la consultation de livres électroniques. Des terminaux certes moins confortables pour une lecture de longue durée, mais qui sont déjà présents dans bon nombre de poches.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Podcaster : une nouvelle application de l'App Store interdite par Apple
Skype serein pour son cinquième anniversaire
Sofinco rachète FIA-NET
BestOfMedia s’offre un nouveau site aux Etats-Unis
AgoraBiz.com emménage chez SeLoger.com
Vaio CS, les nouveaux portables 14 pouces de Sony
Les améliorations futures d'  Age Of Conan  en vidéo
Couverture : AdaCore & co dévoilent leur projet de certification libre
Quoi de neuf en jeux vidéo ce mercredi ?
La bêta 2 d'Internet Explorer 8 dispo en français
Haut de page