La Free Software Foundation fustige l'iPhone 3G

0
00C8000000462801-photo-logo-corporate-patrons-fsf-gnu.jpg
La fondation pour le logiciel libre, ou Free Software Foundation (FSF), est une organisation à but non lucratif qui a pour principal objectif de promouvoir les projets GNU et la communauté du libre. Créée en 1985 par Richard Stallman, à l'origine de la licence publique générale GNU connue aussi sous l'acronyme GPL, elle s'attaque aujourd'hui à l'iPhone 3G d'Apple.

Car selon la FSF, l'iPhone fait partie de ces nouveaux téléphones mobiles dotés d'un système interne totalement fermé et d'un manque certain d' « ouverture », notamment via l'exploitation de mesures techniques de protection (MTP ou DRM). L'organisation évoque ainsi 5 raisons qui font que l'iPhone 3G est à éviter, malgré le tapage médiatique qu'il y a eu autour de la sortie de la seconde génération des mobiles à écran tactile d'Apple.

00AA000001484282-photo-free-software-foundation-iphone.jpg
Premièrement, la FSF rappelle que l'iPhone « bloque totalement les logiciels libres ». Les développeurs doivent en effet s'acquitter d'une taxe de près de 100 dollars pour faire signer numériquement ses applications, qu'elles soient gratuites ou payantes. Ensuite, seul Apple est en mesure d'autoriser ou non la publication depuis son « App Store », le kiosque de téléchargement de programmes pour iPhone et iPod Touch, de nouveaux logiciels. Ensuite, l'iPhone est annoncé comme « approuvant et appuyant les technologies DRM (systèmes de droits numériques) ». Il reste pourtant possible d'écouter des musiques MP3 sans MTP. Pourtant, l'organisation précise tout de même qu'il aurait été plus judicieux de rendre compatible l'appareil avec des formats plus ouverts comme le Ogg Vorbis ou Theora.

La FSF précise de plus que l'iPhone expose potentiellement « vos coordonnées et données personnelles à votre insu », faisant référence aux soucis d'effacement de la totalité de sa mémoire interne lors de sa revente à des tiers. Il apparaissait en effet que dans le cas de la revente du premier iPhone, il était possible de retrouver SMS ou emails alors que la mémoire interne de l'appareil était censée être effacée.

Pour finir, la FSF déclare que l'iPhone n'est pas la seule option du marché, avec de meilleurs alternatives disponibles sur le marché tout en respectant tous les formats ouverts. C'est le cas notamment du FreeRunner de OpenMoko qui exploite un système GNU/Linux et qui « ne vous espionne pas, joue des formats de musiques ouverts et vous permet d'utiliser des logiciels libres ». Reste à savoir si cela sera suffisant pour dissuader les mobinautes d'investir près de 200 euros dans le nouvel iPhone 3G écoulé à un million d'exemplaires en un seul week-end lors de sa sortie dans 21 pays du monde. D'autant plus qu'il est dores et déjà en rupture de stocks aux Etats-Unis et dans une grande partie de l'Europe (Allemagne, Royaume-Uni et France).
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

EMC Documentum adapte le web 2 à l'entreprise
Adobe signe avec Sony pour son Media Player
Mobile Paparazzi: publication de données depuis un mobile sur des blogs ou réseaux sociaux
Choisir son appareil photo en 2008 : l'aide de Clubic
Nuvi 500 / 550 : Garmin lance des GPS autonomes durcis et étanches
Open Tech sur les traces de Psystar ?
Bolloré dément avoir essayé de racheter Free
Gestion des risques : Oracle au top du carré Gartner
Live Mesh de Microsoft s'invite sur mobiles
E3 : passage par la case preview pour  Alerte Rouge 3
Haut de page