ZTE Blade S6 : un clone d'iPhone 6, trois fois moins cher

Aurélien Audy
27 mars 2015 à 17h27
0
ZTE compte parmi les premiers fabricants de smartphones chinois à s'être implantés en France. D'abord en marque blanche, puis sous son propre nom. Le Blade S6, assurément le produit le plus élaboré du constructeur, est proposé au prix tout à fait agressif de 200 euros.

Annoncé fin janvier en même temps que le Meizu M1, le Blade S6 et son compatriote partagent une similitude : leur forte ressemblance avec des smartphones d'Apple. Ce ne sont ni les premiers à s'inspirer de la sorte, ni vraisemblablement les derniers. Les tarifs en revanche sont bien raccord avec ce que produit le marché chinois : le Blade S6 est plus de trois fois moins cher que l'iPhone 6.

C'est le distributeur Gearbest qui nous a envoyé le produit, nous l'en remercions. Avec le code promotionnel ZTES6, le smartphone tombe à 214,99 dollars, frais de port compris (expédié depuis des entrepôts européens), soit 196,3 euros au cours du jour (25 mars 2015 à 13 h). En a-t-on pour son argent ?








Un iPhone 6, de loin

Si la ressemblance avec l'iPhone 6 est frappante sur les images officielles ou même de visu, une fois l'appareil en main, il n'y a plus de confusion possible. Le Blade S6 n'a pas la densité de son mentor, ni la qualité de finition. ZTE recourt au plastique, avec une peinture métallisée qui imite bien l'aluminium mais en surface seulement : au moindre choc, la matière blanche refera surface.






Par ailleurs sur la tranche gauche, les arêtes des deux logements (un pour les deux nano SIM, l'autre pour la microSD) sont saillantes par endroits : ça râpe les doigts. Ces petits défauts mis à part, le téléphone est physiquement équilibré et agréable à tenir.

Le ZTE Blade S6 en détails
Le ZTE Blade S6 en détails
Le ZTE Blade S6 en détails
Le ZTE Blade S6 en détails
Le ZTE Blade S6 en détails
Le ZTE Blade S6 en détails
Le ZTE Blade S6 en détails


Son écran de 5 pouces bien intégré (environ 68% de la surface du téléphone) n'accroît pas outre mesure l'encombrement, le Blade S6 reste fin et léger (7,7 mm et 131 g). En dépit de sa résolution seulement HD (1280 x 720 pixels, soit 294 PPP) et d'un rendu un peu froid (7 313 K), l'affichage demeure plaisant. Ceci est en partie dû au bon taux de contraste retourné par la sonde (818 : 1, point noir à 0,48 cd/m², point blanc à 393 cd/m²). En revanche, ZTE ne communique pas sur une protection spécifique : il n'y a donc vraisemblablement pas de Gorilla Glass.

Le Blade S6 s'en tient sinon aux classiques. Sauf peut-être pour le haut-parleur principal que le constructeur a placé de manière inappropriée au dos du smartphone. Comme rien ne dépasse, pas même la lentille de l'objectif, ZTE a dû ajouter un mini pico à côté de l'ouïe pour éviter l'occlusion totale quand on pose le smartphone sur le dos. Juste à côté, le regard curieux est inévitablement attiré et amusé par ces deux mentions juxtaposées « Designed by ZTE in California » et « Assembled in China ». Ça ne vous rappelle rien ?

035C000007970905-photo-zte-blade-s6-6.jpg

Une fiche technique de milieu de gamme

Le Blade S6 ne fait pas de vagues, mais il ne boit pas la tasse non plus. Côté SoC, ZTE a opté pour un Snapdragon 615, référence intermédiaire mais récente dans la gamme de Qualcomm. La puce 64 bits abrite tout de même huit cœurs Cortex A53, normalement structurés en big.LITTLE (quatre cœurs à 1,7 GHz, quatre autres à 1 GHz). Cependant ZTE semble l'avoir reprogrammée de sorte à imposer la cadence de 1,5 GHz à toutes les unités de calculs. Ce Snapdragon 615 comprend un GPU Adreno 405 cadencé à 550 MHz et il apporte Wi-Fi ac double bande, Bluetooth 4.0 et 4G LTE de catégorie 4 (150/50 Mbps).

07970889-photo-zte-balde-s6-spec.jpg

Le Blade S6 embarque 2 Go de RAM, 16 Go de mémoire interne (extensible via microSD jusqu'à 32 Go maximum), un appareil photo de 13 mégapixels signé Sony (l'IMX214, référence que l'on retrouve sur de nombreux smartphones rivaux, comme l'Honor 6) et un capteur frontal de 5 mégapixels. ZTE fait l'impasse sur le NFC mais il tient au tuner radio FM. Enfin, la batterie non amovible propose une capacité de 2 400 mAh.

Fermons ce volet en parlant de la couche audio. En dehors de l'Honor 6, les smartphones chinois passés par la rédaction se sont montrés plutôt convaincants dans ce domaine. Le Blade S6 ne déroge heureusement pas à la règle. Sans atteindre les niveaux de puissance des Meizu sur sa sortie casque, ce ZTE dispose tout de même d'une réserve confortable. L'application musicale installée de base avec la surcouche de ZTE va à l'essentiel et donne satisfaction. Le seul bémol, c'est la qualité du haut-parleur principal, qui en plus d'être mal situé, sonne trop dans les aigus. Maintenant, il y a peu de smartphone qui se démarquent réellement sur ce plan.

0000019007972177-photo-zte-blade-s6-mifavor-2.jpg
0000019007970951-photo-zte-couche-audio-2.jpg
0000019007970949-photo-zte-couche-audio-1.jpg

MiFavor 3.0 UI et usage

Comme ses camarades de l'empire du milieu, ZTE injecte une surcouche dans ses mobiles. MiFavor 3.0 UI vient dans le cas présent se greffer à Android 5.0.2 dont on retrouve beaucoup d'éléments graphiques. Le tiroir d'applications natif d'Android disparaît pour faire plus « iOS », des applications maison viennent généreusement remplacer la dotation Google habituelle (laquelle reste toutefois présente puisque le Blade S6 est certifié Play Store) et l'interface s'enrichit d'éléments de personnalisation. Outre la possibilité de modifier les animations des transitions d'écran ou la couleur des menus, c'est le menu « Geste et mouvement » qui attire notre attention. Il est particulièrement riche, et si tout n'est pas utile, on trouve de bonnes idées : retourner le téléphone (ou le couvrir avec la main) pour couper le son en cas d'alarme ou d'appel entrant, mode poche (le téléphone met le vibreur et la sonnerie à fond quand il détecte qu'il est dans une poche) ou encore, l'appel automatique quand on approche le téléphone de l'oreille alors qu'on était en train de regarder un contact. Intéressant, mais attention ZTE prévient, toutes ces gestuelles consomment de l'énergie.

Interface du Blade S6
Interface du Blade S6
Interface du Blade S6
Interface du Blade S6
Interface du Blade S6
Interface du Blade S6
Interface du Blade S6
Interface du Blade S6
Interface du Blade S6
Interface du Blade S6
Interface du Blade S6
Interface du Blade S6
Interface du Blade S6
Interface du Blade S6
Interface du Blade S6
Interface du Blade S6
Interface du Blade S6
Interface du Blade S6
Interface du Blade S6
Interface du Blade S6
Interface du Blade S6
Interface du Blade S6
Interface du Blade S6


ZTE a soigné son interface. Mais malgré le choix de la langue française au démarrage du téléphone, il reste beaucoup de traces d'anglais des menus, à défaut de sinogrammes. Ce désagrément disparaît lorsqu'on installe la mise à jour S6V1.0.0B10 depuis la section support du site de ZTE. Attention, l'OTA (Over The Air) vous dit que votre système est à jour, cette manipulation devra donc être exécutée d'une main de maître, via la carte microSD. Il reviendra également à l'utilisateur de basculer manuellement le clavier de QWERTY à AZERTY. Par défaut, c'est le clavier TouchPal X que ZTE propose, sans la langue française (à installer dans les options).

Mise à jour de l'interface
Mise à jour de l'interface
Mise à jour de l'interface
Mise à jour de l'interface
Mise à jour de l'interface
Mise à jour de l'interface


A l'usage, le Blade S6 ne fait point défaut : son interface est fluide en toute circonstance, toutes les applications que nous avons testées tournent sans problème. Même le gourmand Asphalt 8 : Airborne se laisse piloter sans saccade, en qualité d'affichage élevée s'il vous plait. Et le smartphone ne chauffe que très peu, légèrement sur les tranches. Si le Snapdragon 810 est supposé avoir des soucis dans ce domaine, le 615 semble, lui, relativement épargné.

035C000007971609-photo-asphalt-8.jpg


Côté téléphonie, rien à signaler, le ZTE Blade S6 fonctionne bien. Les voix sont bien retranscrites, et dans les deux sens. On notera peut-être un manque d'atténuation des bruits ambiants par le micro du Blade S6, qui est par ailleurs bien sensible au vent. Le haut-parleur principal profite d'une puissance suffisante pour que les appels soient bien entendus : 79,1 dB quand le smartphone est posé sur le dos, 81,1 dB quand il est sur l'écran (d'après nos mesures au sonomètre avec notre morceau de référence). C'est nettement mieux que l'Honor 6. En revanche, il ne sort du haut-parleur que de l'aigu : ça va pour une conversation ou une sonnerie mais pas pour de la musique...

Photo et vidéo

00DC000007970903-photo-zte-blade-s6-5.jpg
Le Blade S6 utilise exactement les mêmes composants que l'Honor 6 : un capteur principal Sony (IMX214) de 13 mégapixels sur 1/3 pouce (soit des photosites de 1,12 µ), avec une optique qui ouvre à f:2,0, et en façade, une caméra de 5 mégapixels.

Notre avis est partagé. D'un côté, on profite d'une interface assez bien faite (mode simple et expert), d'un autofocus rapide et d'un mode HDR efficace, mais d'un autre, la qualité d'image déçoit dès que les conditions de prise de vue ne sont pas optimums. Le Honor 6 délivre des textures beaucoup plus détaillées et une image nettement plus contrastée que le Blade S6. Ce dernier tend à produire des clichés surexposés, où la dynamique manque cruellement. Le lissage des détails, déjà visible à faible sensibilité, devient très prononcé à 800 ISO et plus. On a alors presque l'impression que l'image est floue. Maintenant, quand les conditions sont bonnes (lumière suffisante et pas trop de contraste), le ZTE Blade S6 s'en sort bien. Disons que ce n'est pas mauvais pour un smartphone, mais on a déjà vu mieux.

0000019007971615-photo-zte-blade-s6-sans-hdr.jpg
0000019007971613-photo-zte-blade-s6-hdr.jpg
0000019007972175-photo-zte-blade-s6-mifavor-1.jpg

Photo sans HDR puis avec HDR, modes de prise de vue automatiques




La capture vidéo est opérée en 1 080p à 30 images par seconde, avec un débit en H.264 avoisinant les 20 Mbps. Là non plus, le rendu n'a rien d'exceptionnel : on constate le même lissage de textures qu'en photo, tandis que l'exposition s'emballe toujours un peu à l'excès, avec une dynamique faible. Il manque par ailleurs un dispositif de stabilisation pour compenser les tremblements du vidéaste. Toutefois, le Blade S6 maintient son bon autofocus pendant qu'il filme ; c'est assez rare pour être noté. ZTE propose un mode HFR qui filme en 720p à 30 images par seconde et 10 Mbps : bonne idée, sauf que pour des raisons qui nous échappent, la mise au point, efficace en général, est totalement faussée... Du coup, tous nos rush sont bons pour la poubelle ! Un bug ?


Performances et autonomie

En règle générale, Qualcomm reste une valeur sûre, même si l'écart avec les concurrents tels que Samsung (Exynos), Mediatek ou Huawei (Kirin) tend à se réduire. Il aurait été intéressant de voir comment se comporte un Snapdragon 615 normal, avec deux fréquences de fonctionnement différentes pour ses huit cœurs (1,7 et 1,0 GHz). Là, c'est un Snapdragon 615 à la sauce ZTE, où tous les CPU sont cadencés à 1,5 GHz.

Les applications de benchmark habituelles ne lui rendent pas grâce : Geekbench 3 et 3D Mark placent le mobile dans les tréfonds du classement de la sélection de smartphones que nous avions établie au moment du dossier sur les modèles chinois. Et pourtant, sur un Asphalt 8 par exemple, le Blade S6 est plus fluide que l'Honor 6. L'exception, c'est PCMark que nous avons décidé d'introduire dans nos tests dorénavant, notamment pour l'autonomie. PCMark est intéressant puisqu'il ne lance pas des algorithmes spécifiques comme GeekBench mais effectue des opérations réelles en exécutant les applications natives d'Android.

Benchmark : 453-4937

Benchmark : 453-4933

Benchmark : 453-4931


Alors que Huawei avait opté pour une imposante batterie de 3 100 mAh, ici ZTE colle davantage aux standards avec une capacité de 2 400 mAh. Le constructeur ne propose aucune astuce particulière pour doper l'autonomie. Pour ce smartphone, nous avons eu recours à l'utilitaire d'autonomie de l'application PC Mark pour Android (comme dit plus haut). Résultat : 5 h 19.

0280000007972449-photo-pcmark-autonomie.jpg
Le graphique que nous ressort l'application PCMark

Ce score est obtenu en effectuant le test de performances de PCMark en boucle, de 100 % à 20 % du niveau de la batterie, puis en extrapolant le résultat à une consommation de 95 % de la batterie (calcul fait par l'application). L'avantage, c'est que le test fait entreprendre au smartphone une série d'actions réalistes, comme le chargement de pages Web, la lecture de vidéos, la retouche de photos ou encore l'édition de texte. Il s'agit en revanche d'un usage intensif : le smartphone n'effectue aucune pause et son écran reste allumé pendant toute la durée du test (calibré via notre sonde à 200 cd/m²).

Benchmark : 453-4935


D'après FutureMark à qui nous avons posé la question, un score de 4-5 h sur PCMark équivaut à une journée entière de travail en conditions normales. Le ZTE Blade S6 se montre donc plutôt économe dans sa consommation énergétique, un bon point ! On constate à l'inverse que l'Honor 6, qui s'en sortait très bien sur le test de lecture vidéo, n'est pas du tout optimisé sur ce mélange de tâches courantes.

Conclusion

00C8000005507335-photo-award-qualit-prix.jpg
Alors que les Mi4, OnePlus One, MX4 ou encore Honor 6 viennent titiller le haut de gamme pour 300 euros, ce Blade S6 se frotte, lui, au milieu de gamme (HTC Desire 816, Sony Xperia Z3 Compact, etc.) pour 200 euros. C'est-à-dire pour un tarif une fois et demie à deux fois inférieur. ZTE qui a l'habitude du marché français débarque avec un terminal correctement traduit, profitant d'une interface MiFavor 3.0 soignée et à jour (Android 5.0.2). Le Blade S6 tente de singer l'iPhone 6, mais il ne dupera personne. Sa finition n'est pas à la hauteur.

Il serait toutefois bien trop réducteur de s'en tenir aux apparences : le mobile est bien construit et plaisant à prendre en main. L'écran HD bénéficie d'une bonne lisibilité, la couche audio s'avère puissante, l'équipement global largement à la hauteur pour le prix. Et surtout, le tandem puissance versus autonomie apparaît également équilibré, à l'image de ce Blade S6 finalement. Un très bon smartphone pour ce tarif !

ZTE Blade S6

Les plus
+ Bel écran - SoC efficace
+ Design agréable (même si pompé)
+ Surcouche MiFavor 3.0 - Android à jour
+ Port microSD, 4G, double SIM, prix
Les moins
- Finition plastique - peinture supéficielle
- Photo et vidéo sans plus
- HP au dos du smartphone
- Pas de NFC - microSD limitée à 32 Go
Finition
Ergonomie
Autonomie
Puissance
Interface
4


Vous trouverez le ZTE Blade S6 chez le distributeur Gearbest à 214,99 dollars, frais de port compris une fois le code promotionnel ZTES6 entré.

Modifié le 17/09/2018 à 10h53
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

De nouveaux modèles climatiques ont été créés... et la situation est pire que prévue
Stallman quitte la Free Software Fundation après la divulgation d'emails évoquant l'affaire Epstein
La dernière mise à jour de Windows 10 causerait des pannes de carte réseau
Ça y est, le Fold est disponible en France... pour 1,6 SMIC (net).
Un démantèlement des GAFA ?
En Californie, Donald Trump tente d’annuler la loi sur les limites d'émissions de CO2
Des défauts de fabrication découverts sur six réacteurs nucléaires en activité en France
Le trou noir au centre de notre galaxie semble avoir de plus en plus faim
Le TGI de Paris invalide la clause de non-revente de jeux dématérialisés de Steam
Avec sa Model S, Tesla aurait battu le record de la Porsche Taycan sur le circuit de Nürburgring

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top