Test du Motorola Atrix accompagné du Lapdock : un concept en avance sur son temps ?

27 mai 2011 à 15h35
0

Test du Motorola Atrix


0046000003172580-photo-motorola-logo-square-gb.jpg
En janvier dernier, le constructeur américain a profité du CES de Las Vegas pour présenter l'Atrix, un smartphone Andoid (2.2) doté d'un SoC Tegra 2. Derrière ce qui ressemble à un « simple » Google Phone se cache un concept pour le moins original : il est possible de transformer ce mobile en un véritable petit ordinateur.

Pour cela, il faut bien sûr s'équiper d'une des deux stations d'accueil qui sont proposées en options par Motorola. D'apparence conventionnelle, la première permet de raccorder un clavier et une souris de manière à relier le tout sur un moniteur ou un téléviseur HD via une prise HDMI.

La seconde est nettement plus ambitieuse puisqu'elle ressemble à s'y méprendre à un véritable netbook qui prend vie lorsqu'on y connecte l'Atrix ! Simple gadget ou futur de la convergence entre le smartphone et l'ordinateur ? Les éléments de réponse à l'issue de notre test !

00C8000004300578-photo-atrix2.jpg
0190000004300576-photo-atrix.jpg


Présentation du Smartphone


L'Atrix arbore un design sobre, mais le téléphone semble robuste, et est plutôt bien fini. Pour l'affichage, Motorola n'a pas fait de concessions : la matrice capacitive de 4 pouces offre un excellent rendu. On apprécie aussi la surface « gorilla glass » glissante et oléophobique, qui plus est annoncée comme très résistante. À l'arrière, la coque plastique vient s'emboîter dans un corps métallique au poids non négligeable. Sur la partie inférieure, on trouve les touches tactiles propres au système Android. À l'arrière du terminal, on retrouve l'appareil photo numérique de 5 mégapixels ainsi que son double flash sont imbriqués dans la coque noire. Cette dernière est recouverte de motifs gris qui confèrent un look « carbone ».




Motorola Atrix vu de face : le design est sobre, mais le téléphone semble robuste, et plutôt bien fini
Touches tactiles menu, home, back, rechercher
Partie supérieure avec objectif visio
À gauche : appareil photo numérique de 5 mégapixels avec double flash. Sur la droite, au centre du mobile, on distingue une touche de mise en route dotée d'un lecteur d'empreintes digitales ! Il est possible de déverrouiller le téléphone en glissant simplement l'index sur cette zone.
Coque arrière au design « carbone ». Sur la partie inférieure, on distingue le haut-parleur externe
Haut-parleur externe
Prise micro HDMI (type D) et micro USB
Touche de volume


Détail intéressant : la touche « power » est très large et sa position est inhabituelle. Cela s'explique simplement par le fait qu'elle est dotée d'un lecteur d'empreintes digitales ! Il est possible de déverrouiller le téléphone en glissant simplement l'index sur cette zone. Côté connectique, en plus de la prise casque, on trouve un micro USB ainsi qu'un micro HDMI (type D).

Présentation des accessoires optionnels


Les concepteurs de l'Atrix ont tenté de pousser la convergence entre l'univers mobile et « desktop » à son paroxysme. Lorsque le smartphone de Motorola est raccordé à l'un des deux docks qui sont proposés en options, il se transforme en un véritable petit ordinateur (dans la pratique, nous verrons que tout n'est pas rose).
Lapdock vu de face. La finition est excellente et l'engin semble plutôt robuste. L'écran offre un bon angle de vision, mais la surface brillante gêne parfois la visibilité (reflets).
Lapdock en positon fermé. Notez que le Lapdock recèle une batterie interne qui promet d'ajouter 8 heures d?autonomie (selon Motorola) lorsque le mobile est connecté.
Un large trackpad qui pousse le clavier vers l'écran. Heureusement, il est possible de le désactiver pour éviter les erreurs de saisie lors d'une frappe de texte (les paumes ont souvent tendance à déborder sur le trackpad)
À l'arrière, on retrouve deux prises USB qui peuvent être utilisées pour brancher un couple clavier/souris, ou une mémoire de stockage USB. À leur droite on trouve le connecteur secteur. Petit reproche : on aurait apprécié une butée d'écran un peu plus courte ainsi qu'une sortie audio.
Le clavier Chiclet est confortable.
Large trackpad désactivable.
Station d'accueil dédiée à l'Atrix ou à d'éventuels autres smartphones compatibles (le fond de la gorge peut être changé pour accueillir un autre modèle de téléphone).
Atrix positionné dans le Lapdock.
Prises USB.
Adapatateur, secteur fourni avec le Lapdock.
On passe cette fois à l'HD multimédia dock. Les fonctionnalités proposées sont similaires à celle du Lapdock à la différence près que cette fois, il faut fournir l'écran, le clavier et la souris.
Atrix placé dans le dock
Comme sur le Lapdock, la coque est démontable, ce qui ouvre la voie à une éventuelle compatibilité avec d'autres smartphones de la marque.
Accessoires fournis avec l'HD multimédia dock. Ici, une petite télécommande s'ajoute à l'adaptateur secteur fourni avec le Lapdock.

Commençons par le dock le plus atypique : le « Lapdock » (contraction astucieuse de laptop et dock) qui prend des allures de netbook... dépourvu de microprocesseur ! Une fois l'Atrix inséré sur l'arrière de l'appareil, on accède à une nouvelle interface « desktop » nommée Webtop qui est intégralement gérée par le smartphone qui joue alors le rôle d'unité centrale. Cette dernière est pensée pour profiter au mieux des mensurations d'un écran de PC, ou d'un téléviseur HD. Un large clavier confortable ainsi qu'un trakcpad permettent de piloter l'interface. Notez qu'au besoin, il est possible d'utiliser les deux prises USB arrière pour y raccorder un clavier, une souris, ou une mémoire de masse. Bon point : il est possible de désactiver le trackpad pour éviter les erreurs de saisie lors d'une frappe de texte (les paumes débordent sur le trackpad). NB : le Lapdock pèse 1.1 Kg, et mesure 117,7 x 63,5 x 10,9 mm. La résolution d'écran est de 1366 x 768 pixels.

La finition du Lapdock est excellente et les matériaux utilisés semblent robustes. Côté équipement, le Lapdock propose deux petits haut-parleurs (à l'arrière). À la manière du clavier de l'Asus Transformer, le Lapdock est équipé d'une batterie intégrée de 7.4 v (36 Wh) qui promet d'ajouter 8 heures d'autonomie (selon Motorola) lorsque le mobile est connecté.

Webtop : un OS « desktop » dans un mobile ?


Une fois l'Atrix connecté au Lapdock, une interface « destkop » nommée Webtop s'ouvre automatiquement. Si l'idée est plutôt originale, on s'aperçoit assez vite qu'il faudra encore attendre (quelques années ?) avant de pouvoir profiter pleinement d'un tel concept.

Voici le bureau de Webtop, l'interface « desktop » intégrée au Motorola Atrix. À tout moment, on peut garder la main sur l'interface du téléphone via la fenêtre « vue mobile »
L'accès à l'écran du mobile via Webtop se transforme souvent en inconvénient, Motorola ayant préféré s'appuyer sur cette solution pour afficher le carnet d'adresses ainsi que le client mail. Une solution de facilité qui ne permet pas vraiment de profiter des dimensions généreuses d'un écran desktop.
On passe cette fois à Firefox, l'une des rares applications (avec le gestionnaire de fichiers et le mediacenter) à avoir été optimisée pour Webtop : ici, on regrette vite Chrome Lite (sur le mobile) tant l'application est lente. Heureusement, le Flash est toujours pris en charge sans trop d'encombres.
Le médacenter est plutôt bien fichu. On apprécie les menus avec effets 3D s'inspirant assez largement de l'interface de Dirt (PC et consoles).
Le médacenter est plutôt bien fichu. On apprécie les menus avec effets 3D s'inspirant assez largement de l'interface de Dirt (PC et consoles).
Pour la bureautique avec Google Documents qui peut être utilisé confortablement grâce au tandem clavier / souris. Toutefois, là encore, Firefox manque cruellement de pêche.
On peut aussi utiliser la petite suite installée nativement, mais l'affichage se résume à un mode plein écran qui étire l'écran du mobile sur toute la diagonale du Lapdock... pas très propre.
On peut aussi utiliser la petite suite installée nativement, mais l'affichage se résume à un mode plein écran qui étire l'écran du mobile sur toute la diagonale du Lapdock... pas très propre.


Dans le cas de l'Atrix, on retiendra surtout deux choses. En premier lieu, les applications réellement optimisées pour l'interface se comptent sur les trois doigts d'une main. En dehors de Firefox, du gestionnaire de fichiers, ou du mediacenter, il faudra se contenter d'applications Android étirées sur toute la largeur de l'écran ! Ne comptez pas trop sur le Market pour corriger le tir, aucun programme optimisé Webtop n'est disponible.

Vient ensuite le problème des performances. Dans cet OS gigogne, interface et applications manquent cruellement de puissance. Mention spéciale pour la version ARM de Firefox qui donne l'impression d'être exécuté sur un Pentium III cadencé à 500 MHz.


Éloignons-nous cette fois des accessoires. Ces derniers ne parviennent pas à convaincre, mais il ne faut pas enterrer le téléphone pour autant. Comme vous pourrez le constater, l'Atrix réserve de bonnes surprises.

Internet


En mode « téléphone simple », le navigateur de l'Atrix donne entière satisfaction (dans le dock la donne change radicalement, voir chapitre précédent). Les pages se chargent rapidement et les défilements horizontaux et verticaux répondent bien aux commandes.

012C000004299706-photo-device2.jpg
012C000004299708-photo-device3.jpg

012C000004299710-photo-device7.jpg
012C000004299712-photo-device4.jpg

Le flash fonctionne plutôt bien sur Atrix


Android oblige, le fameux format Flash d'Adobe est toujours de la partie. Les vidéos sont lues avec une fluidité qui n'est certes pas parfaite, mais qui reste parfaitement acceptable dans la grande majorité des cas. Le terminal se paye même le luxe de parvenir à décompresser proprement le flux vidéo des Flash HD (1280 x 720) de streamflashHD. Attention toutefois, dans ce cas, on observe tout de même un décalage important entre le son et l'image.

012C000004299720-photo-device9.jpg
012C000004299722-photo-device8.jpg

Gros décalage avec le son et l'image avec les Flash HD


00C8000004299714-photo-device.jpg
00C8000004299716-photo-device5.jpg
00C8000004299718-photo-device6.jpg

Aperçu en mode portrait


Multimédia


Pour la musique, Motorola s'appuie sur l'application Tune Wiki, un lecteur audio doté de fonctions « sociales » qui permet également de charger les paroles au format texte avec certains titres (voir photo d'écran). Tune Wiki ne manque pas de qualités, mais on regrette tout de même l'absence de profils audio et/ou égaliseur de tonalité.

00C8000004299724-photo-device12.jpg
00C8000004299726-photo-device10.jpg
00C8000004299728-photo-device11.jpg

Tune Wiki : paroles des chansons et affichage des autres utilisateurs sur la carte. À droite : recherche de clips YouTube en relation avec les pistes écoutées


Quoi qu'il en soit, le son est plutôt bon et le casque est assez confortable. À noter également que le lecteur propose de choisir des pistes musicales pour les transformer en sonneries.

01F4000004299754-photo-device14.jpg

Affichage simili CoverFlow pour les vidéos



Aucune télécommande n'est présente sur le casque, mais un appui sur la touche de décrochage lance la reconnaissance vocale. Via une commande appropriée, cette dernière est en mesure de lancer la liste de lecture de son choix.

Quant au lecteur vidéo / photo, il s'appuie en grande partie sur l'application native d'Android. Pas question d'ouvrir les formats Divx et autres MKV : ici, on se limite au format MP4 H264. Seul le Xvid est lu de façon parfaitement fluide... sans son. Qu'à cela ne tienne, il est possible de passer par la case Market pour y télécharger RockPlayer ou MoboPlayer. Avec ces applications alternatives, Divx et variantes passent sans problèmes en décodage logiciel.

0136000004299732-photo-device1522.jpg
0136000004299730-photo-device16.jpg

Fichier MP4 et fichier Divx avec RockPlayer


En revanche, en raison des limitations de la puce Tegra 2 (cette dernière ne prend pas en charge la décompression matérielle des flux high profile), l'ouverture d'un MKV se traduit au mieux par un affichage saccadé avec décalage important entre le son et l'image, au pire par une bouillie de pixels informe. Les fichiers HD MKV devront donc être réencodés pour être lus sur l'Atrix.

Capture photo et vidéo


Motorola a doté l'Atrix d'un appareil photo numérique de 5 mégapixels qui produit des clichés d'excellente facture. Les couleurs sont intenses, les blancs sont fidèles et les détails ne manquent pas. En qualité maximale, la définition est de 2592 x 1456 (compter environ 1.3 Mo par photos).

Peu d'options sont proposées par la couche photo, mais on trouve tout de même quatre effets de couleur (sépia, noir et blanc, négatif, solarisation). Au besoin, on peut également forcer l'activation du flash en continu pour éclairer une scène avant de prendre la photo, ou pour faire des vidéos de nuit.

0190000004288562-photo-2011-05-23-15-50-22-430resize.jpg
00E6000004288564-photo-2011-05-23-15-50-22-430crop.jpg

L'APN de l'Atrix ne déçoit pas !


Lorsque l'excellent capteur photo de l'Atrix rencontre la puce Tegra 2, on est en droit d'obtenir un résultat de qualité. La pratique se confirme : l'Atrix génère des vidéos 720p nettes et détaillées parfaitement fluides. La définition du flux est de 1280 x 720 (format AVC), la fréquence est de 29.86 images par seconde. On regrette simplement l'absence de mise au point pendant la capture (par tap sur l'écran, par exemple).



Jeux vidéo


Le smartphone est équipé d'une puce Tegra 2 signée NVIDIA. Lorsqu'on sait que ce SoC (System-on-a-chip) recèle une unité de calcul dédiée délivrant une puissance comparable à celle d'une GeForce 6200 (d'après NVIDIA), on comprend qu'il n'y a pas trop de soucis à se faire. Dans la pratique, les jeux 3D complexes s'exécutent avec une fluidité parfaite.

0280000004299744-photo-device17.jpg

Les jeux sont parfaitement à l'aise sur Atrix



Surcouche Blur et applications additionnelles


Motorola propose une surcouche nommée « Blur ». Même si cette dernière n'est pas très réussie sur le plan graphique, elle apporte tout de même son lot de fonctionnalités bienvenues. Tout d'abord, Motorola poursuit la tendance initiée avec « Sense » (chez HTC) en proposant une intégration poussée des réseaux sociaux.

00C8000004299748-photo-device19.jpg
00C8000004299750-photo-device20.jpg
00C8000004299752-photo-device21.jpg

La surcouche Blur apporte le support des réseaux sociaux.


0096000004301650-photo-device18.jpg
Synchronisation des comptes
Sur l'écran d'accueil, on trouve des Widgets qui agrègent les contenus postés sur Facebook et Twitter et permettent de poster rapidement des phrases courtes sur l'un ou l'autre (ou les deux simultanément) de ces services. De plus, les contacts Facebook s'ajoutent au carnet d'adresses d'Android.

Blur va plus loin puisqu'il est possible d'associer des comptes Gmail, Yahoo, Facebook, Twitter, MySpace, LastFM, Picasa, LinkedIn, photobucket, Sync. Pro ou email à un unique compte MOTOBLUR. Lorsque tout est paramétré, il suffit de connecter ce compte sur le téléphone pour activer l'ensemble des services en un tournemain. Bien sûr, certains utilisateurs risquent de ne pas apprécier que ces informations d'identification soient archivées sur les serveurs de Motorola.

Motorola propose également un espace Web nommé MyMOTOBLUR. De là, il est possible de gérer ses PIM, de localiser l'appareil sur une carte Google Maps, ou d'effacer le contenu du terminal à distance (en cas de perte ou de vol).

0276000004299758-photo-blur.jpg
MyMotoblur


Un capteur biométrique !


Le déverrouillage par paterne propre à Android apporte un réel plus par rapport aux codes PIN à 4 chiffres. Motorola va encore plus loin avec l'Atrix. À l'arrière du téléphone, le large bouton de mise en marche fait également office de capteur biométrique. Après une configuration dans les règles, il suffit de glisser son index sur ce lecteur d'empreintes digitales pour déverrouiller son téléphone. Le capteur fonctionne à merveille, mais il arrive tout de même que l'on doive repasser son doigt lorsqu'il n'a pas été appliqué parfaitement la première fois. On salue tout de même l'initiative : une fois qu'on a pris le coup de main, on bascule vite sur ce système.

00C8000004299764-photo-device-13png.jpg
00C8000004299766-photo-device13.jpg

Paramétrage du capteur biométrique

Autonomie


L'Atrix est équipé d'une batterie de 1880 mAh. Par rapport à l'Optimus 2X qui est basé sur la même architecture (Tegra 2), le smartphone de Motorola se montre plus autonome lorsqu'il est sollicité. Ce présent test ne donne pas d'informations concernant l'autonomie en veille, mais en pratique, on constate que l'Atrix s'en sort plutôt. On peut compter tenir 1.5 à 2 jours (usage très léger) entre deux charges.

04301616-photo-autonomie.jpg
Autonomie en minutes


Conclusion


0082000004300782-photo-atrix.jpg
Pour conclure, il faut distinguer l'Atrix du concept ainsi que de l'ensemble de ses accessoires. Si l'on se focalise sur le téléphone, force est de reconnaitre que Motorola a fait un excellent travail. Le smartphone est puissant, bien équipé, et se distingue en proposant une qualité photo et vidéo HD qui se hisse au niveau de ce qui se fait de mieux à l'heure actuelle (sur mobile). On apprécie également la présence d'un lecteur d'empreintes digitales qui permet de déverrouiller le téléphone sans avoir à manipuler l'écran. Même si sa sortie risque d'être quelque peu occultée par l'HTC Sensation et le Galaxy S II, l'Atrix vient grossir les rangs des meilleurs smartphones Android disponibles à l'heure actuelle.

Parlons cette fois du Lapdock qui constitue la pierre angulaire du concept qui entoure l'Atrix. Si la qualité de fabrication est au rendez-vous, on doute clairement de l'utilité de déporter l'ensemble des calculs vers le terminal mobile en mode « Desktop ». Si l'idée semble être avant-gardiste (nulle ne sait ce que nous réserve l'avenir), en l'état actuel des choses, le procédé se transforme en handicap notoire à tous les niveaux. Au prix où il est proposé (compter 350 à 400 euros), le Lapdock entre en concurrence frontale avec les PC portables qui offrent des performances nettement supérieures, un écosystème d'applications considérable ainsi qu'une compatibilité accrue tous types de périphériques (scanners, imprimantes, etc.). En partant de ce postulat, on ne comprend pas vraiment l'intérêt de transformer son téléphone portable en unité de calcul pour disposer dans les faits de trois applications optimisées, qui plus est exécutées avec une lenteur rédhibitoire (pour le reste, il faut se rabattre sur les applications Android classiques qui devront être étirées sur tout l'écran).

En bref, si l'Atrix mérite sérieusement que l'on s'intéresse à lui, on ne pourra pas en dire autant du Lapdock. Les plus curieux pourront éventuellement découvrir le concept en optant pour le HD Multimédia Dock, ce dernier étant nettement moins onéreux.

Motorola Atrix

Les plus
+ Vélocité / Écran
+ Photo et capture vidéo
+ Lecteur d'empreintes digitales
+ Sortie HDMI + Câble Micro HDMI fourni
Les moins
- Un peu lourd
- Pas de décompression MKV
Fonctionnalités
Ergonomie
Autonomie
Puissance
4




Motorola Lapdock

Les plus
+ Concept original / Batterie interne
+ Finition, matériaux, qualité d'écran
+ Désactivation du tackpad
Les moins
- Prix / Écran brillant
- Peu d'applications optimisées
- Performances en berne sous Webtop
Applications optimisées
Performances
Finition/matériaux
1


Modifié le 18/09/2018 à 14h43
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en conduisant, même en main libre
Déjà plus de 45 000 précommandes pour la Mini Cooper SE électrique
L'Audi e-tron devient la voiture électrique la plus sûre du monde
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
Une étude montre que les cyclistes
Selon Google, 1,5% des mots de passe seraient compromis
Des scientifiques réinventent l'air conditionné grâce au froid de l'espace
Suite à un accident mortel, la marine américaine ne veut plus d'écrans tactiles
Un restaurant de burgers cuisinés par des robots ? Une start-up l’a fait
Nos théories sur l'évolution de l'Univers remises en question par 39 galaxies

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top