🔴 French Days : ventes flash jusqu'à - 50% 🔴 French Days 2022 : ventes flash jusqu'à - 50%

Test Roborock S7 Pro Ultra : un nouvel aspirateur robot haut de gamme qui sent le réchauffé ?

02 septembre 2022 à 18h01
1
Test Roborock S7 Pro Ultra © © Mathieu Grumiaux pour Clubic
© Mathieu Grumiaux pour Clubic

Le constructeur chinois revient à la charge avec une nouvelle déclinaison haut de gamme de son aspirateur robot Roborock S7.

Roborock S7 Pro Ultra
  • Base aspirante complète
  • Un aspirateur surpuissant
  • Cartographie millimétrée
  • Une application mobile aussi pratique que fonctionnelle
  • Une batterie increvable
  • Charge intelligente, une idée géniale
  • Une détection des petits objets déficiente
  • L’aspiration des tapis pose toujours problème
  • Lavage des sols inefficace sur des sols très sales
  • Nettoyage automatique de la serpillère sans intérêt
  • Prix très élevé

Tiens, revoilà le Roborock S7. Sorti il y a près d’un an maintenant, le constructeur chinois semble particulièrement fier de son aspirateur robot et a passé les douze derniers mois à le décliner dans de multiples versions.

Il y a quelques semaines nous avions pu tester le Roborock S7 MaxV Ultra, un robot aspirateur haut de gamme qui confirmait la tendance du marché à se tourner de plus en plus vers des modèles aux prix tutoyant voire dépassant les 1000€.

Voici désormais le Roborock S7 Pro Ultra (on commence à s’y perdre…), un nouveau membre de la famille S7 qui vient se caler entre le S7 MaxV Ultra et le modèle standard.

Ce nouveau modèle perd la caméra du MaxV Ultra (car le V veut dure Vision dans la gamme Roborock) mais conserve toujours son énorme base de récupération des déchets et de lavage des sols, ainsi que le système de nettoyage de la serpillère après usage. Le robot aspirateur est également amélioré avec un moteur annoncé comme deux fois plus puissant que celui du S7.

Le Roborock S7 Pro Ultra est il si différent du Roborock S7 MaxV et justifie t-il un aussi lourd investissement ?

Fiche technique Roborock S7 Pro Ultra

Nettoyage

Type de robot
Aspirateur robot laveur
Puissance d'aspiration
5100 Pa
Niveaux de puissance d'aspiration
4
Récupération de la poussière
Avec sac
Capacité du bac à poussière
0,4l
Capacité du bac à eau
0,2l
Brosse centrale
Oui
Type de brosse
Nylon, Caoutchouc
Brosse(s) latérale(s)
1
Base aspirante
Oui
Niveau sonore
67dB
Autonomie
180mn
Capacité de la batterie
5200 mAh
Temps de charge de la batterie
4 heures
Batterie amovible
Non

Navigation

Technologie de navigation
Laser
Cartographie
Oui
Détecteur d'obstacles
Oui
Détecteur de vide
Oui
Murs virtuels
Oui
Programmable
Oui
Modes de parcours
Murs vers le centre

Connectivité

Wi-Fi
Oui
Bluetooth
Non
Zigbee
Non
Environnement(s) logiciel(s) compatible(s)
Google Home, Amazon Alexa
Assistant vocal compatible
Google Assistant, Alexa

Caractéristiques physiques

Hauteur
353mm
Largeur
350mm
Poids
4,7kg
Forme du robot
Disque

Design : on ne change (presque) pas une équipe qui gagne

Le Roborock S7 Pro Ultra est déjà le troisième appareil de la gamme S7 que nous recevons et évidemment, avec autant de modèles en si peu de temps, les équipes du constructeur ne parviennent pas à nous surprendre quant au look et à la conception de ce nouvel aspirateur robot.

Commençons par l’aspirateur robot en lui-même, le S7 Pro. L’appareil ne diffère que très peu de ses prédécesseurs. Le Roborock S7 Pro adopte un format rond qui n’a pas change depuis des années et signe le retour du coloris blanc caractéristique de la marque. On aurait pu penser que la marque réutilise un plastique noir pour différencier son modèle haut de gamme, mais étrangement ce n’est pas le cas.

Test Roborock S7 Pro Ultra © © Mathieu Grumiaux pour Clubic
© Mathieu Grumiaux pour Clubic

Sur le dessus on retrouve une nouvelle fois les trois boutons de mise en route, de retour à la base et de nettoyage localisé, surmontés d’un indicateur LED. Le capot embarque également un logement pour les télémètres laser qui permettent la navigation et la cartographie dans le logement. Du classique donc.

Test Roborock S7 Pro Ultra © © Mathieu Grumiaux pour Clubic
© Mathieu Grumiaux pour Clubic

Pour accéder au bac à poussières, il faut toujours soulever la trappe sur le capot. La contenance du réservoir est de 400 mL, ce qui n’est pas mal du tout, pour que le robot aspire votre maison en un seul passage sans besoin de revenir sur sa base pour se décharger.

Test Roborock S7 Pro Ultra © © Mathieu Grumiaux pour Clubic
© Mathieu Grumiaux pour Clubic

Sous l’appareil on retrouve la brosse centrale, intégralement conçu en caoutchouc et qui devrait permettre une meilleure récupérations des déchets les plus importants, ainsi qu’une seule brosse latérale composée de deux fines pales en caoutchouc.

Test Roborock S7 Pro Ultra © © Mathieu Grumiaux pour Clubic
© Mathieu Grumiaux pour Clubic

Pour le lavage des sols, Roborock recycle son réservoir d’eau, d’une contenance de 200 mL ainsi que son support à vibrations accueillant la serpillère microfibres fournie dans l’emballage. Cette dernière peut être nettoyée en machine avec votre linge de maison pour garantir sa propreté.

Test Roborock S7 Pro Ultra © © Mathieu Grumiaux pour Clubic
© Mathieu Grumiaux pour Clubic

Passons désormais à la base de chargement. À première vue on pourrait penser que Roborock a modifié son accessoire mais il n’en est rien. Le constructeur a simplement remplacé le coloris noir par un plastique blanc.

L’objet reste tout aussi volumineux avec ses trois bacs. Le plus à droite est celui où sont stockées les poussières aspirées par le robot. Il contient un sac prêt à l’emploi et peut être laisser durant plusieurs semaines avant d’être remplacé. Un second sac est fourni par la marque, pour la suite il faudra passer à la caisse en commandant des consommables sur les différents sites e-marchand. Roborock avait pourtant proposé il y a de cela un an une base de récupération des poussières sans sac, avec un simple réservoir à vider à la poubelle. Une solution plus écologique et économique, mais qui ne fait sans doute pas les affaires de la marque.

Test Roborock S7 Pro Ultra © © Mathieu Grumiaux pour Clubic
Test Roborock S7 Pro Ultra © © Mathieu Grumiaux pour Clubic

© Mathieu Grumiaux pour Clubic

À ses côtés on retrouve les deux bacs permettant de stocker de l’eau propre, envoyé dans le réservoir du robot, et l’eau sale récupérée après le passage de l’appareil dans votre logement.

Test Roborock S7 Pro Ultra © © Mathieu Grumiaux pour Clubic
Test Roborock S7 Pro Ultra © © Mathieu Grumiaux pour Clubic

© Mathieu Grumiaux pour Clubic

Dans la base enfin on peut apercevoir la plaque permettant le nettoyage de la serpillère lors de la recharge du robot.

Aspiration : deux fois plus de puissance mais toujours les mêmes lacunes

Le Roborock S7 Pro Ultra est présenté par la marque comme son robot aspirateur le plus puissant avec 5100 Pa contre 2500 Pa pour le modèle S7 de base. Dans les faits, le S7 Pro Ultra possède une puissance équivalente au S7 MaxV Ultra, le contraire eut-été étonnant vu le prix encore plus élevé de ce dernier modèle.

Comme souvent chez Roborock, le S7 Pro Ultra possède quatre puissances d’aspiration à sélectionner dans l’application mobile. Par défaut l’appareil est paramétré en mode « Normal » et vous pourrez choisir entre le mode Eco, Turbo ou Max si votre sol est particulièrement encombré. Roborock propose également une option Max+, qui pousse le moteur dans ses retranchements.

Test Roborock S7 Pro Ultra © © Mathieu Grumiaux pour Clubic
© Mathieu Grumiaux pour Clubic

Notre premier passage en mode « Normal » ne nous a pas surpris outre-mesure, avec des résultats équivalents à celui du S7 MaxV Ultra. Pour un nettoyage des poussières ou des miettes, le Roborock S7 Pro Ultra s’en sort comme un charme, avec une récupération intégrale de ces divers détritus.

Concernant les poils d’animaux, et malgré la brosse principale étudiée pour ce point, il arrive encore à l’appareil de laisser quelques touffes et autres résidus sur le sol. La faute principalement à la brosse latérale, trop petite à notre gout et qui a bien du mal à ramener les déchets environnants vers l’intérieur de l’appareil.

Le Roborock S7 Pro Ultra possède également un mode de détection des tapis pour accentuer la puissance de nettoyage. Une fois repérés, ils s’ajoutent automatiquement à la cartographie réalisée par le robot lors de son premier nettoyage.

Test Roborock S7 Pro Ultra © © Mathieu Grumiaux pour Clubic
© Mathieu Grumiaux pour Clubic

Ce nouveau robot n’offre malheureusement pas de résultats satisfaisants sur les tapis à poils longs. Après plusieurs passages, et même à puissance maximale, il restait encore de nombreux déchets visibles sur notre propre tapis. Les tapis à poils courts sont eux bien mieux traités par le S7 Pro Ultra, avec une récupération presque totale des différents détritus qui ont pu s’y nicher au fil du temps.

Les modes Tubro et Max sont vivement recommandés sur un sol encombré et même si l’appareil a encore un peu de mal avec les plus gros débris, comme un tas de miettes qui se voit éparpillé par la brosse latérale.

Concernant le bruit produit par l’appareil, nous sommes agréablement surpris par le silence relatif du S7 Pro Ultra en mode « Normal ». Si l’aspirateur se remarque, il peut être utilisé lorsque vous êtes présents à la maison sans pour autant vous pulvériser les tympans. Les modes Turbo et Max sont logiquement plus bruyants mais le son assez sourd du moteur n’est pas des plus dérangeants.

Test Roborock S7 Pro Ultra © © Mathieu Grumiaux pour Clubic
© Mathieu Grumiaux pour Clubic

Concernant la récupération des poussières, que dire de plus par rapport au S7 MaxV Ultra ? La base remplit son office, toujours aussi bruyamment néanmoins, avec un vidage complet du réservoir de l’aspirateur, poils d’animaux et minuscules débris inclus.

Roborock propose une option dite « intelligente », avec trois réglages (Léger, Equilibré et Max) qui activera l’aspiration de la station en fonction du temps passé à chaque cycle de nettoyage et la surface parcourue par le robot lors du nettoyage. Un bouton « Station » vous permet également de vider manuellement le robot aspirateur si vous le souhaitez.

Lavage humide des sols : une débauche de moyens pour un résultat tout juste convaincant

Le Roborock S7 Pro Ultra dispose du même système de lavage à vibrations VibraRise vu sur le modèle S7 et ses successeurs, avec une fréquence de 3000 vibrations par minute lors du passage du robot sur votre sol. Plusieurs réglages sont à nouveau disponibles pour modifier le niveau d’eau diffusé lors du nettoyage, afin de donner un rapide coup dans votre logement ou au contraire de laver à grandes eaux.

Nous n’avions pas été particulièrement éblouis par la qualité du lavage humide du S7 MaxV Ultra, bon sans être absolument renversant, et le S7 Pro Ultra n’apporte aucune amélioration susceptible de modifier notre jugement.

Test Roborock S7 Pro Ultra © © Mathieu Grumiaux pour Clubic
© Mathieu Grumiaux pour Clubic

Si le lavage d’un sol moyennement sale ne pose pas de difficultés particulières à l’aspirateur robot, son système à vibrations à bien du mal à détacher les traces les plus incrustées au sol, sauf à utiliser le plus d’eau possible et à augmenter le nombre de passages dans l’application, ce qui a pour effet de rallonger sensiblement le temps de chaque cycle de nettoyage. Dans ce domaine, les Yeedi Mop Station et Dreame W10 sont toujours les références du secteur, et il serait temps pour Roborock de jeter un oeil sur ses deux concurrents.

Comme d’habitude, impossible d’utiliser un quelconque produit nettoyant avec le Roborock S7 Pro Ultra. Il faudra se contenter d’eau claire, ce qui sera suffisant pour redonner à votre sol son lustre d’antan mais pas assez pour le désinfecter en profondeur après plusieurs jours.

La station de charge s’occupe de remplir le réservoir de 200 mL du robot aspirateur mais également de le vider après passage dans votre logement. N’oubliez pas de vider de temps à autre ce dernier bac, rempli d’eau trouble et odorante. L’application mobile vous le rappellera très régulièrement pour éviter les mauvaises surprises et quelques haut-le-cœur.

Navigation : une excellente cartographie mais quelques difficultés lors des déplacements

Exit donc la caméra du précédent modèle pour ce Roborock S7 Pro Ultra, qui doit compter uniquement sur le télémètre laser présent en haut de l'aspirateur.

Comme sur le Roborock S7, la cartographie réalisée par l’appareil est tout simplement excellente. Il ne suffit que d’un seul passage à l’appareil pour retrouver dans l’application une cartographie précise du logement. Il sera également possible dans le logiciel de diviser la surface selon le nombre de pièces de l’habitation. Le système est toujours aussi intuitif et quelques minutes suffisent pour créer une carte complète et personnalisée. Le Roborock S7 Pro Ultra peut également gérer des cartes d’étage pour aspirer également les chambres et les dépendances.

Test Roborock S7 Pro Ultra © © Mathieu Grumiaux pour Clubic

Vous pouvez également créer des zones interdites et des zones de nettoyage, et personnaliser le comportement du robot selon la pièce visitée. Cette option reste l’un des points forts des appareils Roborock que l’on est heureux de retrouver sur ce modèle. Puissance d’aspiration, niveau d’eau diffusé sur le sol, tout est paramétrable pour un nettoyage adapté à votre maison.

Concernant la navigation lors du passage de l’appareil, Roborock ne fait ni mieux ni moins bien qu’avec le Roborock S7. L’aspirateur robot utilise toujours un système de déplacement qui consiste en premier lieu à longer le bord de chaque pièce puis de nettoyer ensuite le centre de chacune d’entre elles sous forme de couloirs. Du grand classique mais on a pas fait plus efficace pour récupérer l’ensemble des déchets d’une pièce sans en oublier le moindre centimètre carré, et le Roborock S7 Pro Ultra le prouve à la perfection.

Test Roborock S7 Pro Ultra © © Mathieu Grumiaux pour Clubic
© Mathieu Grumiaux pour Clubic

La gestion des obstacles pose elle plus de difficultés à l’appareil. Lors de nos différents essais, le robot aspirateur a eu du mal à comprendre qu’il lui était impossible de franchir les pieds bas de nos chaises de salle à manger. On aurait pu penser qu’un modèle Pro pourrait apprendre de ses erreurs mais à chaque nettoyage l’appareil tente de passer dessus avec au mieux un échec cuisant, au pire une notification nous demandant de l’aide pour le décoincer.

Le Roborock S7 Pro Ultra a également quelques soucis avec les plus petits obstacles, comme une chaussette qui traine ou un petit objet, comme un jouet, ne sont eux pas reconnus par les capteurs de proximité et poussés durant le cycle de nettoyage par le robot. On vous conseille donc, malgré les promesses d’une maison propre sans aucun effort, de faire un peu de ménage dans votre logement avant chaque passage, notamment en rangeant les câbles ou les jouets des enfants pour éviter les catastrophes éventuelles.

Si vous le souhaitez enfin, pour un nettoyage très localisé, vous pouvez opter pour le déplacement manuel avec les deux joysiticks virtuels au choix dans l'application. L'option est toujours aussi appréciable pour une aspiration rapide.

Test Roborock S7 Pro Ultra © © Mathieu Grumiaux pour Clubic
Test Roborock S7 Pro Ultra © © Mathieu Grumiaux pour Clubic

Logiciel : une application exemplaire d’ergonomie et de simplicité

Pas de révolution pour la partie logicielle qui accompagne le Roborock S7 Pro Ultra. L’application Roborock ne change pas d’un iota (le contraire aurait été surprenant) mais pourquoi transformer une formule qui marche ?

Test Roborock S7 Pro Ultra © © Mathieu Grumiaux pour Clubic
Test Roborock S7 Pro Ultra © © Mathieu Grumiaux pour Clubic

On a pu pester, au lancement de l’application il y a quelques années, sur des traductions ratées ou un design logiciel qui manquait clairement de finitions, mais le constructeur a rattrapé son retard et mieux encore, propose probablement l’une des meilleures applications du secteur, point.

La page d’accueil vous montre la carte en 2D et Roborock nous permet également d’obtenir une visualisation en 3D de la surface de nettoyage, toujours accessoire à notre goût mais qui pourrait satisfaire certains utilisateurs.

Test Roborock S7 Pro Ultra © © Mathieu Grumiaux pour Clubic
Test Roborock S7 Pro Ultra © © Mathieu Grumiaux pour Clubic

En bas de l’écran, deux gros boutons permettent de lancer un cycle de nettoyage mais également de renvoyer l’appareil à sa station. Une fois revenu à sa base, ce dernier bouton permet également de déclencher un vidage du bac à poussières. Au-dessus vous avez le choix entre un nettoyage complet (le réglage par défaut), par zone ou par pièce.

Sur la carte on retrouve également les différents boutons permettant de régler la puissance du moteur ou la pulvérisation d’eau et de modifier ou personnaliser les cartes.

Test Roborock S7 Pro Ultra © © Mathieu Grumiaux pour Clubic
Test Roborock S7 Pro Ultra © © Mathieu Grumiaux pour Clubic

Les options supplémentaires sont regroupées dans le menu symbolisé par une icône « trois petits points » en haut à droite de l’écran, et qui regroupe les options de programmation, la connexion au réseau ou encore les différentes informations relatives à l’entretien du robot. C’est également via ce menu que vous pourrez paramétrer les réglages de la base aspirante, notamment pour modifier la fréquence de vidage selon votre utilisation et le nombre de passages du robot chaque semaine.

Test Roborock S7 Pro Ultra © © Mathieu Grumiaux pour Clubic
Test Roborock S7 Pro Ultra © © Mathieu Grumiaux pour Clubic

Autonomie : trois heures de travail au minimum et une recharge intelligente

Le Roborock S7 Pro Ultra possède une batterie de 5200 mAh, la même que celle du Roborock S7 MaxV Ultra qui affichait dans nos tests une solide autonomie moyenne d’environ trois heures.

Sans surprises, le Roborock S7 Pro Ultra fait aussi bien, voire même un peu mieux que son grand frère avec une autonomie de 3H20 à puissance moyenne, et lavage du sol activé, durant nos différents essais. Quelle que soit la surface de votre logement, le robot aspirateur est capable de traiter votre sol d’une traite, sans passage à la base de chargement pour faire le plein.

Test Roborock S7 Pro Ultra © © Mathieu Grumiaux pour Clubic
© Mathieu Grumiaux pour Clubic

La marque innove davantage du côté de la recharge avec une mise à jour du logiciel interne de l’appareil publié durant le mois d’août 2022. Il est désormais possible depuis l’application de définir des plages horaires de chargement. C’est une idée maligne et inédite, jusqu’à preuve du contraire, sur ce type d’appareil qui permet à la fois de soulager la batterie qui n’est plus sollicitée en permanence et d’augmenter sa durée de vie, mais aussi de faire quelques petites économies d’énergie en utilisant les heures creuses pour recharger l’appareil. En ces temps de hausse des prix généralisée et de "fin de l’abondance", on ne crachera pas dessus.

Test Roborock S7 Pro Ultra © © Mathieu Grumiaux pour Clubic
Test Roborock S7 Pro Ultra © © Mathieu Grumiaux pour Clubic

Roborock S7 Pro Ultra : l'avis de Clubic

8

Si l’on se borne à évaluer le dernier-né de Roborock de manière purement factuelle, le Roborock S7 Pro Ultra est un excellent appareil, qui associe à la fois puissance, simplicité et polyvalence pour le nettoyage de son logement. Il est assez difficile de prendre à défaut l’aspirateur robot, mis à part un lavage des sols efficace mais pas autant que d’autres modèles concurrents, bien plus pertinents sur ce sujet.

Malgré tout, on se demande réellement à qui s’adresse cet appareil. Si vous avez un budget supérieur à 1000€ pour votre aspirateur robot, le Roborock S7 MaxV Ultra propose plus d’options et une navigation sensiblement améliorée pour un prix légèrement supérieur. Les 1199€ demandés par le constructeur son Roborock S7 Pro Ultra nous semblent particulièrement excessifs, notamment face à une concurrence très agressive.

Il est probablement temps que Roborock tourne la page du Roborock S7 et propose un nouveau robot aspirateur plus innovant et plus abordable plutôt que de décliner à l’infini son appareil phare histoire d’investir le marché haut de gamme par tous les moyens.

Les plus

  • Base aspirante complète
  • Un aspirateur surpuissant
  • Cartographie millimétrée
  • Une application mobile aussi pratique que fonctionnelle
  • Une batterie increvable
  • Charge intelligente, une idée géniale

Les moins

  • Une détection des petits objets déficiente
  • L’aspiration des tapis pose toujours problème
  • Lavage des sols inefficace sur des sols très sales
  • Nettoyage automatique de la serpillère sans intérêt
  • Prix très élevé

Design et fabrication 8

Qualité d'aspiration 8

Lavage des sols 7

Navigation 7

Logiciel 9

Autonomie 9

Roborock S7 Pro Ultra au meilleur prix
Amazon 1199€ Voir l'offre
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
1
2
_Troll
Concernant les articles sur ce genre d’aspirateur robot, on nous a fait plusieurs fois l’eloges de l’elevage d’animaux dans son salon et maintenant c’est le ‹ lavage des serpillieres en machine avec le linge de maison pour garantir sa proprete ›. Ceci est un manquement aux regles elementaires d’hygienes. Les serpillieres se lavent et s’essorent dans un saut ou une bassine reserve a cet usage et dont l’eau est jettee de preference a l’exterieure du logement ou au pire dans des WC dit a la turque. Et pour finir, ce genre d’aspirateur robot est juste un gadget de geeks fournissant seulement un leger nettoyage superficiel. D’apres le mode d’emploi de mon aspiarteur traditionel et une petite recherche sur internet, la puissance d’aspiration recommandee est de 25 kpa pour les sols durs, en ciment, en carreaux ou en parquet et de 40 kpa pour les sols tendres, moquettes, tapis ou plancher, et de 18 kpa pour l’aspiration en ateliers, sciure de bois, de metal.
Voir tous les messages sur le forum

Derniers tests

Test Amazfit GTS4 Mini : carton plein pour cette montre connectée à moins de 100 euros !
Test souris sans fil éco-conçu green_e : petite mais écolo
Test Hisense 65U8HQ : un MiniLED abordable et de nets progrès
Test DJI Osmo Action 3 : l’action-cam polyvalente idéale pour vos réseaux sociaux
Test TerraMaster T9-423 : un NAS neuf baies au format tour sans qu'il soit question de se ruiner
Test LG Tone Free T90Q : L’antibactérien innovant cède aux sirènes du graphène
Test Asus ROG Phone 6D Ultimate : le smartphone gaming ultime pour jouer des heures durant
Test Synology DS1522+ : l'excellence a un prix, l'option 10 GbE aussi !
Test Google Pixel Buds Pro : une recette qui évolue silencieusement, mais sans génie
Facile mais (trop) coûteux ? On a testé le kit de mise à jour du Framework Laptop
Haut de page