4G LTE : plus d'une trentaine de failles découvertes par des chercheurs sud-coréens

le 28 mars 2019
 0
Fotolia réseau mobile 4G LTE
Pixabay

Une équipe sud-coréenne de chercheurs a découvert 36 failles de sécurité dans des réseaux 4G, parmi lesquelles l'envoi de SMS frauduleux ou le blocage des appels entrants.

La 4G serait apparemment bien plus dangereuse qu'on l'imagine. Quatre chercheurs issus de l'Institut supérieur de la science et de la technologie (KAIST) ont publié les résultats inquiétants délivrés après avoir analysé deux réseaux 4G opérationnels. L'équipe a découvert 51 failles, 15 déjà connues et 36 nouvelles, dans le protocole LTE.

Les chercheurs ont développé leur propre « fuzzer »


Pour livrer leurs résultats, les chercheurs ont fait appel à la technique de fuzzing avec leur outil exclusif, LTEFuzz. Celle-ci est utilisée pour tester des logiciels en envoyant une quantité très importante de données aléatoires dans une application, un programme ou un service. L'idée est alors d'examiner le comportement en sortie. Si le programme vient à générer une erreur, ou qu'il échoue, alors, c'est que des défauts surgissent. C'est ainsi que l'équipe sud-coréenne a pu identifier les nombreuses failles.

Parmi les failles relevées, on retient le blocage des appels entrants d'un smartphone, l'envoi de SMS frauduleux, la déconnexion d'abonnés d'un réseau mobile, la perturbation de stations de base ou l'écoute des appels.

Certaines failles seraient encore exploitables, malgré leur signalement


Les brèches tiennent tant au standard même de la 4G qu'à une mauvaise implémentation technique de la norme LTE par les constructeurs. Même si les chercheurs du KAIST indiquent avoir prévenu l'ensemble des entreprises concernées du 3GPP, qui réunit les organismes de standardisation en télécommunications, et de la GSMA, qui représente plusieurs centaines d'opérateurs et constructeurs mobiles mondiaux, ces derniers préviennent que certaines failles seraient toujours exploitables.

Les spécialistes sud-coréens indiquent par ailleurs que leur outil LTEFuzz demeure opérationnel pour la NSA 5G (Non-Standalone), qui se base sur la 4G pour fonctionner. En revanche, l'équipe indique ignorer si celui-ci fonctionnera avec la 5G SA (Standalone), qui ne sera développée qu'en 2020.

Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Test LIFX Beam : l’éclairage connecté au service du design d’intérieur
Oups : Facebook a
Programmation : quels langages sont les plus recherchés et rémunérateurs ?
Google et Amazon font la paix : Chromecast va désormais supporter Amazon Prime Video
Finalement, Pepsi abandonne son idée de mettre de la publicité en orbite
MSI annonce que les cartes mères en chipset AMD 300 supporteront bien les Ryzen 3000
Mi 9 SE, trottinette électrique : Xiaomi signe une distribution exclusive avec Fnac Darty
Notre-Dame de Paris : Drones, robots... La technologie de plus en plus sollicitée par les secours
Les GAFAM désarment un projet de loi protégeant les données personnelles des utilisateurs
Les Furtifs, le dernier livre phénomène d'Alain Damasio, sort aujourd'hui
Lenovo a confirmé la prise de photos à 100 mégapixels sur le Z6 Pro
Les Freebox Delta, Revolution et Mini 4K s'offrent une mise à jour
La NASA publie une vidéo montrant comment des souris réagissent à la microgravité
Withings permet à la Body Cardio de calculer votre vitesse d'onde de pouls
scroll top