La reconnaissance vocale s'invite dans Google Docs

26 février 2016 à 11h37
0

Afin de faire de l'ombre à son éternel concurrent Microsoft et sa suite Office, Google multiplie ses efforts afin d'enrichir ses applications bureautiques. Après s'être longuement intéressée aux outils de collaboration, la firme californienne annonce l'implémentation d'un nouveau dispositif de saisie réalisé par la reconnaissance vocale.

A l'instar de Dragon Natural Speaking, il est désormais possible de dicter un texte au sein de Google Documents. Il ne sera donc plus nécessaire de disposer d'un clavier. Point intéressant : pour une fois, la langue de Shakespeare n'est pas privilégiée et le moteur d'interprétation fonctionne également en français, du moins en partie. Notons toutefois qu'il faudra nécessairement utiliser le navigateur Chrome.

Outre la simple dictée de texte, l'internaute pourra aussi ponctuer ses phrases via certaines commandes (point virgule, point d'exclamation, point d'interrogation, nouvelle ligne, nouveau paragraphe). De son côté, la mise en forme repose sur un vocabulaire entièrement anglais (select, align, center, underline, remove, highlight, copy, insert...).

035C000008360092-photo-google-docs-reconnaissance-vocale-ban.jpg


Les possibilités sont nombreuses et il sera même possible d'insérer et de modifier des tableaux ou de choisir les couleurs du texte et de surbrillance. Pour maîtriser complètement cet outil, il sera alors nécessaire de passer en revue les commandes sur cette page.

Bien entendu, la reconnaissance vocale nécessite une connexion à Internet. Pour un usage purement déconnecté, LIbreOffice en version 5.1 reste la principale alternative à Microsoft Office.

Retrouvez ci-dessous une démonstration de la reconnaissance vocale sur Docs en anglais :

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Vignette Crit'air : vers un durcissement des conditions d'obtention
Face à de très mauvais résultats financiers, EDF s'apprête à se serrer la ceinture
Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, qualifie le réacteur EPR de
Pollution : un think tank britannique demande à interdire les publicités pour les SUV
Quand Elon Musk affirme que les pyramides ont été érigées par des aliens, l'Égypte l'invite sur place
Depuis 2011, Hadopi c'est 87 000 euros d'amende pour... des dizaines de millions d'euros de subventions !
L'électricité produite en Europe au premier semestre provenait majoritairement d'énergies renouvelables
Plus de 700 km d'autonomie annoncés pour la Mercedes EQS
La première station de recharge à hydrogène ferroviaire annoncée en Allemagne
Les employés de Blizzard font la lumière sur d'inquiétantes disparités salariales
scroll top