Affaire Google / Oracle : le code d'Android passé au crible

24 janvier 2011 à 12h30
0
03941372-photo-java-logo.jpg
Au mois d'octobre 2010, l'éditeur Oracle accusait Google d'avoir « directement copié » son code de Java au sein du système Android. Ces propos ont récemment été soutenus par un développeur ayant passé en revue le code d'Android.

En rachetant Sun Microsystems en avril 2009, Oracle détient désormais les droits sur la technologie Java. Lors de son dépôt de plainte contre Google, la firme expliquait alors que sept brevets avaient été violés de manière évidente avec « environ un tiers des paquets de l'API Android » qui seraient dérivés « des paquets d'API Java sous copyright d'Oracle ». Le code d'Android embarquerait notamment les noms de classes et de méthodes de Java, les définitions, l'organisation, les paramètres, la structure, l'organisation et le contenu des librairies de classe Java.

Pour vérifier ces accusations, Florian Mueller, développeur et spécialiste des droits de propriété intellectuelle, a passé au crible le code d'Android 2.2 (Froyo) et 2.3 (Gingerbread). Au travers de cette analyse il aurait trouvé 6 fichiers communs au code de Java et, au sein du code de la bibliothèque multimédia, pas moins de 37 fichiers estampillés "PROPRIETARY/CONFIDENTIAL" et "DO NOT DISTRIBUTE!".

Google n'avait pas véritablement rejeté les propos d'Oracle mais déclaré que la procédure du dépôt de plainte n'était pas recevable car le plaignant n'avait pas précisé le contenu jugé illégal. Selon M.Mueller ce serait désormais chose faite. Les résultats de cette analyse peuvent être consultés sur différents fichiers PDF publiés ici. Reste que les propos de Florian Mueller ont été mis en doute par le blog américain ZDnet. Les fichiers en question ne seraient pas distribués au sein du système Android. Ces derniers se trouveraient au sein d'un répertoire racine réservé aux évaluations.

Ce n'est pas la première fois que le système Android doit faire face à plusieurs plaintes de violation de propriété intellectuelle. Microsoft, Gemalto, Vertical Computer Systems ou encore Skyhook ont également déposé des recours contre Google ou les fabricants ayant intégré le système au sein de leurs terminaux.

Mise à jour : 24 janvier 2011 à 14h43.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Emmanuel Macron se moque des opposants au déploiement de la 5G
L'attaque d'un hôpital par ransomware pourrait tourner en homicide après la mort d'une patiente allemande
Clubic évolue (en douceur)
Allongé et endormi
AMD dévoile le design de sa Radeon RX 6000 sur Twitter
Le data center sous-marin de Microsoft refait surface après deux ans d'immersion
Les satellites SpaceX, même peints, gâchent les nuits des astronomes
Déjà en rupture de stock, les NVIDIA RTX 3080 se vendent à prix d'or sur eBay
PS5 : des jeux jusqu'à 79,99 €, soit 10 € de plus que sur l'ancienne génération ?!
Cyberpunk 2077 : CD Projekt RED dévoile les configurations PC requises
scroll top