Affaire Google / Oracle : le code d'Android passé au crible

01 juin 2018 à 15h36
0
03941372-photo-java-logo.jpg
Au mois d'octobre 2010, l'éditeur Oracle accusait Google d'avoir « directement copié » son code de Java au sein du système Android. Ces propos ont récemment été soutenus par un développeur ayant passé en revue le code d'Android.

En rachetant Sun Microsystems en avril 2009, Oracle détient désormais les droits sur la technologie Java. Lors de son dépôt de plainte contre Google, la firme expliquait alors que sept brevets avaient été violés de manière évidente avec « environ un tiers des paquets de l'API Android » qui seraient dérivés « des paquets d'API Java sous copyright d'Oracle ». Le code d'Android embarquerait notamment les noms de classes et de méthodes de Java, les définitions, l'organisation, les paramètres, la structure, l'organisation et le contenu des librairies de classe Java.

Pour vérifier ces accusations, Florian Mueller, développeur et spécialiste des droits de propriété intellectuelle, a passé au crible le code d'Android 2.2 (Froyo) et 2.3 (Gingerbread). Au travers de cette analyse il aurait trouvé 6 fichiers communs au code de Java et, au sein du code de la bibliothèque multimédia, pas moins de 37 fichiers estampillés "PROPRIETARY/CONFIDENTIAL" et "DO NOT DISTRIBUTE!".

Google n'avait pas véritablement rejeté les propos d'Oracle mais déclaré que la procédure du dépôt de plainte n'était pas recevable car le plaignant n'avait pas précisé le contenu jugé illégal. Selon M.Mueller ce serait désormais chose faite. Les résultats de cette analyse peuvent être consultés sur différents fichiers PDF publiés ici. Reste que les propos de Florian Mueller ont été mis en doute par le blog américain ZDnet. Les fichiers en question ne seraient pas distribués au sein du système Android. Ces derniers se trouveraient au sein d'un répertoire racine réservé aux évaluations.

Ce n'est pas la première fois que le système Android doit faire face à plusieurs plaintes de violation de propriété intellectuelle. Microsoft, Gemalto, Vertical Computer Systems ou encore Skyhook ont également déposé des recours contre Google ou les fabricants ayant intégré le système au sein de leurs terminaux.

Mise à jour : 24 janvier 2011 à 14h43.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Le portage de Chromium OS débute pour le Raspberry Pi
HTC One A9 : le faux jumeau de l'iPhone 6
Le créateur du Bitcoin n’est finalement pas celui que l’on croyait
On Refait le Mac : premières impressions sur l'iPhone 6
Infos US de la nuit : incertitudes sur la date de lancement de l'iPhone 6
Alimentation de 850 W pour le multi-GPU chez Corsair
De Facebook... à Sexebook, réseau social coquin ?
Test Internet Explorer 8 : le dernier IE avant la refonte
Bonne et heureuse année 2009 à tous !
Platine Kiss DivX Ethernet disponible en France
Haut de page