Itanium : HP attaque Oracle en justice

Par
Le 16 juin 2011
 0
00fa000000043774-photo-cebit-mini-intel-itanium-logo.jpg
L'affaire HP-Oracle autour des serveurs Itanium continue. Alors que HP avait estimé récemment qu'Oracle ne pouvait légalement pas abandonner le développements pour ces serveurs, et abandonner les clients qui ont fait ce choix, le fabricant attaque Oracle en justice. Motif invoqué : ce dernier n'aurait pas respecté un contrat entre eux.

En huit mois, Oracle serait passé du statut de « partenaire » à celui d'« amer antagoniste », selon HP. Après la décision d'Oracle de mettre fin à ses développements pour les serveurs basés sur les puces Intel Itanium (lire à ce propos Oracle met fin aux développements pour Intel Itanium), HP avait menacé son ex-partenaire de représailles judiciaire. Il estimait qu'Oracle était « légalement obligé de continuer à offre ses suites logicielles sur la plateforme Itanium, » allant jusqu'à promettre dans une lettre qu'il prendrait « toutes les dispositions légales disponibles pour protéger les intérêts de nos clients et les investissements qu'ils ont fait. »

C'est donc chose faite. HP a attaqué en justice Oracle devant une cour californienne, expliquant qu'en agissant ainsi, son concurrent voulait forcer les clients à « migrer des serveurs Itanium de HP aux propres serveurs d'Oracle. » Dans un communiqué de presse, Oracle explique que HP lui a « explicitement demandé de continuer à supporter les Itanium, mais Oracle a refusé, et la promesse de garantie-support pour les HP Itanium a été supprimée de l'accord final. »

HP aurait donc été au courant de la décision d'Oracle d'abandonner le support pour les serveurs basés sur les puces Itanium. HP estime de son côté que son rival ne respecte pas son contrat, et entend démontrer son point de vue en justice. Il ne serait pas question de règlement à coup de gros chèque dans ce cas précis, même si des négociations pourraient faire changer Oracle d'avis, et poursuivre le support pour les serveurs Itanium. Mais il y a fort à parier que l'enjeu soit ailleurs : si Oracle souhaite effectivement pousser ses clients à migrer vers des serveurs maison, il pourrait jouer le tout pour le tout, et aller au procès.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.
scroll top