Snapdragon Ride Flex : la puce qui veut faire rouler nos voitures autonomes ?

08 janvier 2023 à 10h00
4
Conduite de voiture intelligente © Randy Tarampi / Unsplash
© Randy Tarampi / Unsplash

Présente au CES 2023, Qualcomm a levé le voile sur une nouvelle puce en mesure d'unifier plusieurs systèmes électroniques centraux des véhicules intelligents.

Qualcomm sait exploiter la grande messe des nouvelles technologies pour montrer qu'elle a toujours un train d'avance en matière d'innovation. Ou plutôt une voiture d'avance. En effet, le spécialiste des télécommunications, qui annonçait déjà ses ambitions dans l'automobile en 2020, vient de confirmer son offensive dans le domaine.

Faire « coexister » plusieurs mondes dans une seule puce

Regrouper le système de conduite autonome (AD), l'assistance avancée à la conduite (ADAS) et l'infodivertissement sur le même SoC : voici la volonté du géant de San Diego, dans un univers un peu en marge de son cœur de métier (bien qu'il gravite dans l'auto depuis des années). Il n'en est donc pas à son coup d'essai.

En 2020, le fabricant présentait son propre système de conduite autonome, le Snapdragon Ride Vision, censé voir sa phase de prédéveloppement aboutir en… 2023 ! Nous y sommes, et le Ride Vision est d'ores et déjà intégré au dernier-né de la gamme Snapdragon Digital Chassis : le SoC Snapdragon Ride Flex.

La puce « Flex » offre des perspectives désormais très concrètes et à la hauteur des ambitions de Qualcomm. En embarquant tous ces systèmes, elle lui permet notamment de régler différentes contraintes liées à la séparation des composants : multiplication des coûts, problèmes de compatibilité, complexité des circuits…

Le Ride Flex n'en demeure pas moins ultra performante. Sa plateforme logicielle est en mesure de faire tourner plusieurs minisystèmes d'exploitation simultanément, et toutes les fonctionnalités maîtresses sont isolées les unes des autres via, entre autres, des méthodes de virtualisation. Cela permet par exemple au cockpit numérique, au correcteur de trajectoire ou encore au système audio du véhicule de fonctionner avec leurs propres latences.

En substance, le Snapdragon Ride Flex s'imposerait comme « nouveau standard pour les architectures à criticité mixte à hautes performances », assure la marque.

Tout un domaine à conquérir

À travers cette innovation, Qualcomm entend séduire un maximum de marques automobiles dans un avenir proche tout en continuant de faire résonner son nom sur un segment de plus en plus concurrentiel. Mais pour cela, elle devra notamment s'assurer de rester convaincante sur les enjeux de sécurité des véhicules. Une thématique sur laquelle elle est déjà très transparente, en témoignent le nombre de normes et de garanties mentionnées dans ses différentes sorties.

Elle devra aussi rassurer quant à sa capacité à prendre en charge des expériences encore plus immersives et premium à bord des véhicules. Bref, de quoi faire chauffer encore davantage ses puces du futur.

Pour l'heure, le SoC Snapdragon Ride Flex va être mis à disposition des constructeurs automobiles pour des tests. La marque californienne envisage de le voir en production d'ici 2025.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
4
5
norwy
Une plateforme multi-OS fonctionnant en simultané : simple mais révolutionnaire à la fois pour un système de systèmes aussi complexe qu’une voiture (ou d’autre systèmes complexes).<br /> Good job.
Nico7as
Rassurant de voir qu’ils cloisonnent les différents systèmes.<br /> J’aimerai savoir si les blocks dédiés à la conduite autonome seront doublés, comme le fait Tesla et ses 2 ordinateurs FSD embarqués, pour assurer la redondance nécessaire à un système aussi critique que la conduite autonome.<br /> Pour l’instant, la démo ne montre que du maintien dans la voie et de la régulation adaptative…on est très très très loin de ce que fait Tesla en conduite autonome (FSD Beta).
MattS32
Rien de révolutionnaire, ça fait plus de dix ans qu’on parle d’utiliser la virtualisation dans l’embarqué, et notamment dans l’automobile. Et ça fait pas mal d’années que l’hyperviseur Xen a par exemple été décliné en une version « Embedded and Automotive ».
gemini7
J’ai regardé la vidéo suivante, —&gt;Driverless autonomous vehicle is now official in Shenzhen - YouTube&lt;— en plus de celle de Qualcomm, sur celle-ci, on nous montre un robot taxi, « Driverless autonomous vehicle » proposé par (Deeproute AI) et roulant à Shenzhen.<br /> Vraiment intéressant, ce robot taxi conduit bien, quand je vois, tous les obstacles (vélos, scooters, transporteurs, piétons etc), qui gênent la conduite de nos jours, en Chine, je trouve cette démo encourageante.<br /> Citation de l’article : « Regrouper le système de conduite autonome (AD), l’assistance avancée à la conduite (ADAS) et l’info divertissement sur le même SoC : voici la volonté du géant de San Diego, dans un univers un peu en marge de son cœur de métier (bien qu’il gravite dans l’auto depuis des années). Il n’en est donc pas à son coup d’essai. »<br /> C’est une bonne chose qu’ils aient fait cela, s’ils ont doublé le système avec une seconde puce ou système pour la redondance, c’est super.
Voir tous les messages sur le forum

Derniers actualités

2 ans après son lancement, la gamme Rocket Lake en
Le renouvelable, première source d'électricité dès 2025 ?
Radars en ville : le projet encore reporté
Vous aviez Stadia ? Voici le temps qu'il vous reste pour réactiver votre manette
Fini les bouchons d'oreille pour dormir, Philips veut que vous dormiez avec ces écouteurs spéciaux
Hogwarts Legacy : un véritable carton alors que le jeu n'est même pas encore officiellement sorti
Prix dérisoire pour le clavier mécanique Cooler Master V2 CK530
Désolé Windows 11, les joueurs PC ne t'aiment toujours pas et préfèrent...
Disney+ en difficulté… mais, ouf, les Toy Story et Reine des Neiges nouveaux arrivent
C'est aujourd'hui que les jeux Game Boy débarquent sur le Switch Online
Haut de page