La Suède bannit à son tour Huawei et ZTE de son équipement en 5G

Benjamin Bruel
Publié le 22 octobre 2020 à 06h54
Logo Huawei

L'autorité suédoise chargée de la régulation des télécoms a annoncé, ce mardi 20 octobre, que les équipementiers Huawei et ZTE seront bannis des infrastructures 5G du pays. Les équipements de ces deux groupes
chinois présents sur le territoire devront par ailleurs être retirés avant 2025.

Pour justifier ce bannisement, l'autorité des télécoms locale s'est basée sur une loi adoptée en début d'année et visant à garantir la sécurité
nationale. Après le Royaume-Uni, la Suède est donc le second pays européen à bannir strictement Huawei et ZTE de son réseau 5G. La Chine « exprime un fort mécontentement », par la voie de son ministère des Affaires étrangères.

Les entreprises chinoises excluent des enchères du spectre 5G

L'autorité suédoise des télécoms, la Swedish Post and Telecom Authority (PST), a fait savoir sa décision d'exclure définitivement Huawei et ZTE des
enchères du spectre 5G. Quatre entreprises sont encore en compétition et les premières décisions sont attendues pour le mois prochain.

Non contents d'être bannis, les équipements des groupes chinois Huawei et ZTE déjà présents dans le pays devront être retirés avant le 1er janvier
2025, a fait savoir la PST. Dans un communiqué, l'autorité locale explique que cette décision est la conséquence d'une loi adoptée en début d'année et d'une décision conjointe avec les autorités militaires « visant à garantir que l'utilisation des fréquences ne mette pas en danger la sécurité de la Suède », selon l'AFP.

La Suède suit ainsi la voie tracée par le Royaume-Uni qui, sous la pression américaine et justifiant d'une menace pour la sécurité nationale, a banni Huawei durant l'été. L'entreprise avait jugée « politisée » et « décevante » ce choix.

Un « impact négatif » sur les entreprises suédoises, réagit la Chine

Par la voix du porte-parole du ministère des Affaires étrangères chinois, « la Chine exprime un fort mécontentement à l'égard de la Suède », a-t-on appris ce mercredi dans un point presse tenu à Pékin.

« La Suède devrait maintenir une attitude objective et juste et corriger sa
mauvaise décision, afin d'éviter d'avoir un impact négatif sur la coopération économique et commerciale entre la Chine et la Suède
 »,
a déclaré le porte-parole, Zhao Lijian, selon l'agence de presse Reuters.

En France, Huawei ne fera pas l'objet d'une interdiction absolue du marché mais les opérateurs utilisant les équipements de la firme chinoise – leader du marché – devront obtenir des autorisations d'exploitations avec une
validité limitée à huit ans.

Source : GSM Arena

Benjamin Bruel
Par Benjamin Bruel

Journaliste spécialisé dans le numérique, l'espace, la technologie et l'innovation, je me passionne par tout ce qui a trait au futur et à la compréhension du monde de demain. J'exerce ce métier depuis quatre ans, souvent devant mon ordinateur et parfois en vadrouille entre deux pays d'Asie. Amateur de bande dessinées, de paranormal et de dark tourism, je voue aussi un culte aux œuvres de Philip Pullman et de Yoko Taro.

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !

A découvrir en vidéo

Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (10)
Jarjarbings

C’était prévisible ! Cet état voit déja une menace Russe qui n’existe pas et n’a eu de cesse d’années en année de renforcer sa défense en faisant appel aux technologies Américaine !

La dernière trahison en date remonte à 2017 / 2018 !

Alexol

J’aurais jamais cru que les Suédois allaient devenir les toutous des USA… Les Anglais, je dis pas, c’est de longue date, mais là…

Kar-ine

Le finlandais Nokia et le suédois Ericsson ont du leur faire un très gros cheque.

Il faut surtout voir à qui profite la chute de Huawai dans cette histoire.

notolik

On n’est pas à Télétubbyland…

Des avions de ligne se font descendre par des armes de guerre, des gens se font assassiner par vengeance (ou autre), des primes sont données par tête coupée, les espions et les barbouses pullulent.

Alors un pays qui en influence d’autres… C’est loin, très loin d’être dramatique.

carinae

menace russe qui n’existe pas … humm… pour le coup je ne pense pas qu’ils aient inventé les manœuvres militaires pas très loin de leur frontière ou les sous-marins qui s’égarent dans leur eaux territoriales. ils ont remis en place le service militaire … bref la menace n’est peut être qu’un pchitttt mais les russes jouent parfois un jeu dangereux …
Pour le reste il est très clair que les américains font pression lors de négociation commerciales. Il est bien connu que ce sont les 1er a faire tous les coups tordus possibles et imaginables (on l’a bien vu avec les masques). Ce qui est dommage c’est la faiblesse des Etats face a ce genre d’attitude …

notolik

Plus que Humm même :grin:

C’est leur façon de répondre (mode bourrin sans limite). Et ça leur réussit. C’est moche, ça peut choquer, mais ça marche.

Les méthodes russes, américaines ou chinoises sont radicalement différentes. Chacune fait des dégâts (certains plus que d’autres :laughing:) mais comment les arrêter?
Une guerre? :skull: :skull: :skull: :skull: :skull: :skull: :skull:

Nan c’est pas sérieux

JerryKhanFury

Bon chien ça… Sinon la menace des gangs mafieux, les violences à l’intérieur de leur pays, ils en pensent quoi les Suédois ? Welcome toujours ?

Bic19

Quelles trahisons ?

Jarjarbings

Et à quel moment tu penses voir la répartition des bases de l’OTAN ou pays adhérent à l’OTAN ou " achetant Américain " ?
Sinon l’OTAN ce n’était pas ce truc qui devait faire opposition à l’URSS ? Mais l’URSS s’est effondré le 26 décembre 1991, alors pourquoi l’OTAN est toujours là ?

                               **QUI MENACE QUI ?**

Krypton_80

Le pays intègre l’espace Schengen mais refuse d’adopter l’euro en 2003. D’autre part on y parle l’anglais couramment.