Chine : le travail forcé au service de sous-traitants d'Apple, Amazon, Google, Microsoft et Facebook ?

11 mai 2021 à 08h00
35
GAFAM © Koshiro K / Shutterstock.com
© Koshiro K / Shutterstock.com

Malgré des polémiques d'ampleur mondiale sur le sort de la minorité ouïghoure en Chine, les GAFAM sont encore une fois épinglés pour un potentiel recours à des ouvriers ouïghours forcés au travail.

Fréquemment réduits à une forme proche de l'esclavage par le pouvoir central chinois et forcés de travailler dans de nombreuses usines du pays, parfois à des milliers de kilomètres de leur ville d'origine, les Ouïghours se retrouvent tristement, une nouvelle fois, au centre de l'attention médiatique.

La Pomme sur le grill

Le temps passe, les polémiques s'enchainent depuis de (longues) années, le monde entier ne l'ignore plus et pourtant, les Ouïghours continuent de faire l'objet d'une politique étatique d'internement de masse comme d'esclavagisme en Chine.

Après des scandales pluriels, ayant sabré la réputation sur le vieux continent d'entreprises telle que Huawei qui a vu ses ventes, notamment de smartphones, s'effondrer ces derniers mois , d'autres firmes ne se gênent manifestement pas pour continuer d'exploiter la force de travail que représente la communauté ouïghoure.

Plusieurs ONG telles que Transparency Project et China Labour Watch, œuvrant pour les droits humains, ont notamment ciblé Apple, potentiellement coupable d'avoir passé des contrats avec sept sous-traitants concourant officiellement au « programme de réduction de la pauvreté » mis en place par Pékin. Officieusement, les firmes disposent de Ouïghours comme main-d'œuvre gratuite en plaçant leurs sites de production à côté des centres dans lesquels ils sont détenus. La marque à la pomme ne serait pas la seule visée.

Les GAFAM (encore) pointés du doigt

Ce n'est pas la première fois que la firme de Cupertino est accusée d'avoir recours à des sous-traitants dont les conditions de travail de leurs « employés » frôlent parfois l'esclavage. L'entreprise ciblée, Advanced-Connectek, fabriquerait des composants informatiques pour Apple. Celle-ci aurait été repérée par le biais d'images satellites analysées au sein d'un think tank australien. Nathan Ruser, chercheur en son sein, est formel : « Presque aucune autre usine du Xinjiang ne présente ces caractéristiques, à l'exception des parcs industriels où il y a du travail de détenus ».

La firme de Cupertino s'est pour l'instant contentée de nier les faits tout en annonçant diligenter une enquête sur le sous-traitant accusé. Néanmoins, le rapport dévoile que l'ensemble des GAFAM, à savoir Facebook, Microsoft, Google et Amazon, se fournissent également chez Advanced-Connectek.

En 2020, 83 firmes ont été incriminées par l’Australian Strategic Policy Institute pour avoir potentiellement recours de manière directe ou indirecte à l'emploi forcé de Ouïghours par le biais du « programme de réduction de la pauvreté » chinois. Mais le sort de cette minorité ne semble, une fois de plus, pas empêcher les dirigeants des GAFAM de fermer l'œil.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
35
14
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Une plainte contre Google pour discrimination salariale est devenue un recours collectif représentant 10 800 femmes
Logitech annonce une année fiscale 2021 exceptionnelle, la meilleure depuis... toujours
Apple en hypercroissance sur ses derniers résultats
Alphabet : des résultats financiers records grâce à la publicité, Google Cloud et YouTube
Arrêté par le FBI, il voulait faire sauter un centre de données d'Amazon
Une amende antitrust de 2,3 milliards d'euros pour Alibaba en Chine
Une imposition minimum pour les grandes entreprises numériques sérieusement discutée
Uber versera 1,1 million de dollars à une personne non-voyante refusée 14 fois par des conducteurs
Aux USA, Amazon aurait licencié illégalement des salariées critiquant les conditions de travail de la firme
Flexgate : un juge américain accuse Apple d'avoir vendu des MacBook Pro défectueux
Haut de page