Bruno Le Maire milite pour un marché unique de la blockchain

16 avril 2019 à 21h11
6
Bruno lemaire
Shutterstock.com

Le ministre de l'Économie et des Finances veut une régulation européenne de la blockchain et des cryptomonnaies. Son nouveau chantier XXL.

Après avoir mené la bataille de la taxe GAFA (toujours en cours en France avec la navette parlementaire, et sur le plan international avec les discussions à l'OCDE), Bruno Le Maire poursuit sa fronde contre les géants du numérique en insistant sur l'importance du développement de l'écosystème blockchain pour la France. Une vraie priorité d'Emmanuel Macron et de son gouvernement.

« Prendre une avance technologique pour pouvoir nous battre [...] contre les géants technologiques »

Dans son interview accordée au magazine Capital en marge du Paris Blockchain Week Summit, Bruno Le Maire a rappelé tout le potentiel de la technologie blockchain, « qui peut contribuer à la modernisation de nos entreprises et de notre économie ». Le ministre fait état d'une vraie stratégie ambitieuse et affirme avoir recensé plus de 200 projets innovants développés en France.

L'État prévoit ainsi d'investir 4,5 milliards d'euros dans les innovations dites de rupture, dont fait naturellement partie la blockchain. Avec un objectif clair et précis, que dévoile sans complexe le ministre : « L'objectif est bien de prendre une avance technologique pour pouvoir nous battre, Français et Européens, contre les géants technologiques chinois et américains ».

La France, pionnière en matière de réglementation des cryptomonnaies et de la blockchain

La France veut profiter du fait d'avoir été la première en Europe à adopter un cadre juridique des technologies blockchain. Et elle ne veut pas s'arrêter là. « Après l'adoption récente de la loi Pacte, nous avons déjà franchi des étapes importantes pour favoriser le développement de la blockchain dans notre économie. [...] Nous nous sommes dotés également d'un cadre fiscal et comptable adapté aux spécificités des crypto-actifs », rappelle Bruno Le Maire.

Après les cryptomonnaies, le gouvernement veut logiquement passer à l'étape supérieure en régulant la technologie blockchain dans l'ensemble des secteurs de l'économie, avec des actions prévues d'ici la fin de l'année, qui permettront de « déployer la blockchain dans les filières industrielles françaises ; financer des projets blockchain innovants ; accompagner et sécuriser les porteurs de projets dans leurs questionnements, notamment juridiques et réglementaires ; être à la pointe des enjeux technologiques, de sécurité et de souveraineté », indique celui qui fêtait son cinquantième anniversaire ce 15 avril.


La France veut donner sa chance à la blockchain et contaminer l'Europe en instaurant un cadre unique de régulation

Si le gouvernement paraissait au départ réticent, il est désormais bien décidé à donner sa chance à la blockchain, peu refroidi par la volatilité impressionnante des cryptomonnaies l'an dernier. Bruno Le Maire prend notamment l'exemple de Tezos, une start-up française qui développe un protocole blockchain qui fait fi des défauts connus des blockchains publiques, ou celui de Ledger, qui pourrait devenir la première licorne française de la technologie.

Bruno Le Maire a par ailleurs indiqué sur Twitter vouloir associer trois filières industrielles au développement de la blockchain dans leur activité : « Les industries du BTP, agro-alimentaire et énergétique. L'État les accompagnera », précise-t-il. Le ministre a aussi prévu d'évoquer avec ses homologues européens du G20 la mise en place « d'un cadre unique de régulation des cryptoactifs inspiré de l'expérience française ».

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
6
0
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Michelin et Sigfox nouent un partenariat autour de la traçabilité des conteneurs maritimes
Amazon : nouvelle grève des employés en Allemagne
Les cagnottes
Découvrez la belle Rapide E d'Aston Martin en photos !
Samsung et Intel se tirent la bourre pour la place de N°1 des semiconducteurs
Selon Tesla, ses voitures ont permis d'éviter l'émission de 4 millions de tonnes de CO2
L'iPad 2 sera officiellement obsolète le 30 avril
SFR supprime le disque dur de ses box, remplacé par un enregistrement sur le cloud
C'est confirmé : Foxconn va fabriquer les derniers iPhone en Inde, en délaissant la Chine
Salon de Shanghai : Kia présente une K3 en version hybride rechargeable
Haut de page