Test du HP Omen 15 (EK1) : HP passe à Ampère sans fougue, mais avec des arguments

© HP

Dans une gamme Omen entièrement remaniée l’année dernière, HP introduisait il y a quelques semaines une nouvelle configuration pour son PC portable gaming Omen 15. Pas de grand bouleversement mandaté par le constructeur californien cette année, seulement l’ajout en toute discrétion d’une RTX 3070 à une bécane déjà connue. Est-ce suffisant pour conférer un nouvel élan à cette machine… qui se démarquait surtout en 2020 par un rapport équipement / prix honnête ? Réponse dans notre test !

Ce qu’il faut dire en premier lieu, c’est que HP n’a pas fait de publicité particulière pour ce nouveau modèle, qui reprend, il est vrai, l’essentiel de la fiche technique proposée par le millésime 2020 du Omen 15. L’année dernière, la marque était toute fière de nous présenter un appareil débarrassé de l’ancienne identité visuelle de la gamme Omen, et qui profitait d’un châssis largement modernisé et affiné par rapport au modèle 2019 . C’est donc une resucée d’un appareil plutôt au goût du jour que HP nous propose en ce début d’année 2021, mais vous allez voir qu’une partie de la fiche technique est bel et bien restée coincée en 2020.

HP Omen 15 EK1
  • Les bonnes performances de la RTX 3070 en 100 W
  • Design barbant… mais sobre et discret
  • Écran Full HD / 300 Hz honnête
  • Connectique complète
  • Système de dissipation limité et bruyant
  • Processeur Intel d’ancienne génération
  • Châssis rigoureusement inchangé par rapport à l’an dernier
  • Prix qu’on aimerait légèrement plus attractif

Le modèle que HP nous a fait parvenir (Omen 15 EK1) profitait de cette fiche technique :

Fiche technique HP Omen 15 EK1

Résumé

Taille de l'écran
15.6in
Taux de rafraîchissement
300Hz
Processeur
Intel Core i7-10750H
Carte graphique
Nvidia GeForce RTX 3070
Taille de la mémoire
16GB

OS

Système d'exploitation
Windows 10

Processeur

Processeur
Intel Core i7-10750H
Type de processeur
6 coeurs / 12 threads
Fréquence du processeur
5GHz
Finesse de gravure
14nm

Mémoire vive

Taille de la mémoire
16GB
Type de mémoire
DDR4
Fréquence(s) Mémoire
2,933MHz
Nombre de barrettes
2
Nombre de slots mémoire libres
0

Graphismes

Carte graphique
Nvidia GeForce RTX 3070
Max-Q
Oui
Mémoire vidéo
8GB
VR Ready (réalité virtuelle)
Oui
Type mémoire vidéo
GDDR6

Écran

Taille de l'écran
15.6in
Taux de rafraîchissement
300Hz
Type de dalle
Dalle IPS
Type d'écran
LED
Résolution d'écran
Full HD
Format de l'écran
16/9
NVIDIA G-SYNC
Non
Écran tactile
Non

Stockage

Configuration disque(s)
SSD
Disque principal
1 To
Disque secondaire
1 slot M.2 NVMe
Lecteur optique
Aucun
Lecteur de carte mémoire
Carte SD

Connectique

Connectiques disponibles
USB 3.1

Réseau sans-fil

Version Bluetooth
5
Version Wi-Fi
6

Équipement

Haut-parleurs
Intégrés
Clavier
Azerty
Clavier rétroéclairé
Oui - RGB
Pavé numérique
Non
Lecteur d'empreinte digitale
Non

Caractéristiques physiques

Épaisseur
2.29cm
Largeur
35.79cm
Profondeur
23.97cm
Poids
2.49kg

Cette mise à jour du HP Omen 15 sous RTX 3070 est annoncée à un tarif recommandé de 2199 euros dans une version un peu moins bien équipée que la nôtre (écran 144 Hz seulement et SSD limité à 512 Go). Dès 1399 euros, HP nous propose aussi un modèle équipé d’un Ryzen 5 et d’une modeste GTX 1660 Ti : une configuration nettement plus modeste et assez peu attractive pour le prix. Ce modèle est aussi disponible avec un Core i5-10300H en option, mais pour 100 euros de plus.

Notons enfin que HP propose outre-Atlantique des variantes (bien plus intéressantes) conjuguant cette fois jusqu’à un Ryzen 7 5800H à une RTX 3070. Sauf erreur de notre part, ces moutures ne sont malheureusement pas disponibles dans l’Hexagone… du moins pas à cette heure.

En France, certains revendeurs proposent aussi pour 2399 euros un modèle équipé des mêmes composants que notre modèle de test, mais avec une option intéressante en matière d’affichage : une dalle QHD (2560 par 1440p) rafraîchie à 165 Hz.

Design : rien de nouveau sous le soleil

Le Omen 15 compte probablement parmi les PC portables les plus discrets à nous être passé entre les mains ces derniers mois. Entièrement drapé de noir, il ne dénote pas de la masse de machines lancées ces deux dernières années et ne mise sur aucun élément de design permettant de le remarquer par rapport à ses concurrents. C’est un peu dommage, d’autant que HP sait pourtant prendre des risques. On pense notamment aux designs ambitieux des gammes d’ultraportables Spectre et Dragonfly et dans une autre mesure au Omen 15 cuvée 2019, qui en dépit d’une esthétique discutable pouvait compter sur un châssis relativement atypique.

© Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Il faut cependant admettre que s’il est désespérément commun, le look de ce nouvel Omen 15 a au moins le mérite d’être sensiblement plus sobre que ce que nous proposait le constructeur américain par le passé sur ses produits Omen — avant leur changement d’identité visuelle.

On peut donc utiliser l’appareil au quotidien sans avoir l’impression d’exhiber partout avec soi un PC portable au look gamer trop revendiqué. Autre bon point, le Omen 15 est relativement compact. On se limite ainsi à des mensurations de 35,79 x 23,97 x 2,29 cm pour 2,49 kg. Pas trop d’embonpoint donc pour ce gamer de 15,6 pouces : son poids est globalement dans la moyenne observée sur ce type de machine.

Côté châssis, HP fait simple avec une silhouette aux lignes régulières et rectilignes. L’ensemble de l’appareil est tapissé d’aluminium brossé ce qui lui confère une solidité accrue par rapport au AUS TUF Gaming A15, l’un de ses principaux concurrents sur le marché. L’appareil d’ASUS fait très plastique, trop à notre goût. Ce n’est pas le cas sur le Omen 15, mais un défaut mérite quand même d’être souligné : le cadre en aluminium de l’écran nous parait trop souple et a tendance à vriller facilement. Mieux vaudra donc manipuler l’écran avec précaution pour éviter les problèmes, notamment lors de l’ouverture du capot. Notons par contre que le degré d’inclinaison de l’écran vers l’arrière est de 180 degrés (inclinaison à plat). À l’usage, c’est pratique.

© Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Le Omen 15 peut également compter sur une connectique généreuse, axée sur un port Thunderbolt 3 à 40Gbps, trois ports USB Type-A à 5Gbps, une sortie Mini DisplayPort, une sortie HDMI 2.1, un port RJ-45 et une prise casque Jack 3,5 mm. Le clavier est pour sa part honnête sans vraiment exceller. Très agréable en utilisation bureautique, il ne nous a pas autant convaincus en jeu… la faute à des touches de type chiclet à la course un chouia trop courte. La frappe reste néanmoins précise et relativement silencieuse (à l’exception de la barre d’espace qui fait un raffut du diable).

Globalement, l’expérience est convaincante, mais l’on est loin des excellents claviers proposés par ASUS ou Acer sur leurs laptops gaming de gabarit équivalent. Précisons aussi que HP fait l’impasse sur un pavé numérique, ce qui pourra poser problème à certains utilisateurs.

Le trackpad est lui aussi correct, avec de bonnes dimensions et une surface de glisse convenable. On regrette toutefois les craquements émis lors des clics. Cela ne revoit pas une très grande sensation de qualité, mais cette critique peut malheureusement être formulée à l’encontre de bien des laptops à l’heure actuelle. La webcam 720p est pour sa part médiocre, avec un énorme manque de détails et une image terne même dans de très bonnes conditions de lumière. Elle servira en dépannage.

Par ailleurs, HP ne profite pas de cette caméra pour nous proposer un système de reconnaissance faciale. C’était prévisible à ce prix, mais l’on regrette aussi l’absence de lecteur d’empreintes digitales sur l’appareil. Il faudra s’identifier à l’ancienne lors de l’ouverture de session…

Un point sur le démontage de l’appareil et l’accès aux composants. La chose se fait en retirant 8 vis phillips à l’aide d’un tournevis de précision. Il faut ensuite retirer avec doigté la plaque inférieure du châssis pour découvrir ce que nous cache le Omen 15 sous sa tunique d’aluminium.

On repère rapidement les deux barrettes de mémoire vive qui pourront être remplacées au besoin, au même titre que le SSD M.2 (sur la gauche). HP a le bon goût de nous laisser un emplacement libre de l’autre côté de la batterie pour lui ajouter un compère et ainsi étendre la capacité de stockage en quelques minutes (et/ou passer sur une configuration RAID). Une excellente nouvelle. La batterie pourra aussi être changée assez facilement, mais le reste des composants est soudé à la carte mère… comme sur 90% des laptops actuels.

© Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Le système de dissipation est pour sa part classique, avec deux ventilateurs qui aspirent de l’air frais sous le clavier pour le faire passer à travers un radiateur. La chaleur du processeur et de la carte graphique est ensuite expulsée par les grilles situées sur les flancs et à l’arrière du châssis. Nous verrons plus loin comment se comporte ce dispositif en jeu et dans le cadre d’un usage quotidien.

Avant de passer à la suite, évoquons rapidement l’expérience logicielle proposée par HP. Comme à son habitude, le constructeur nous inflige toute une panoplie de logiciels en promotion ou à l’essai. On appréciera notamment : McAfee, Dropbox, LastPass ou encore ExpressVPN. Les désinstaller un à un est pénible et prend du temps. Sur le Omen 15, on retrouve aussi les utilitaires conçus par HP, dont MyHP et le Omen Gaming Hub. Plutôt complet, mais globalement mal fichu, c’est lui qui nous intéresse puisqu’il permet d’accéder aux paramètres du clavier RGB, mais aussi au contrôle du système de dissipation. Au travers de cet outil, il est également possible de paramétrer un undervoltage des composants « Intelligent » ou « personnalisé ».

Écran : une dalle AU Optronics de qualité mais mal calibrée

Comme l’année dernière, le Omen 15 profite dans sa version la mieux équipée d’une dalle Full HD 16:9 capable d’atteindre une fréquence de rafraîchissement de 300 Hz. Nous avons donc affaire à une expérience d’affichage très fluide, et c’est évidemment plaisant, en jeu comme en utilisation quotidienne (surf sur le net, bureautique, multimédia…). Si votre budget est un peu serré, l’option 144 Hz également proposée est déjà très suffisante, surtout que les jeux capables de tirer correctement profit de 300 Hz sont rares.

© Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Encadrée de bordures plutôt imposantes, surtout sur le bas, ratio 16:9 oblige, cette dalle exploite la technologie d’affichage IPS et provient du fabricant taïwanais AU Optronics. Nous l’avons récemment rencontré sur les HP Envy 14, Dell G5 15 et Acer Predator Triton 500, mais aussi sur le MSI Creator 17 (qui embarque cette fois une dalle Mini LED). Avec notre sonde et le logiciel de mesure Calman nous avons voulu savoir ce que la dalle du HP Omen 15 vaut factuellement.

En matière de luminance maximale, cette dalle IPS fait le job avec un pic mesuré à 317,4 cd/m2 et une valeur générale calculée à 265,4 cd/m2. Nous sommes donc bien au niveau de la luminosité maximale promise par HP et l’écran profite par ailleurs d’un traitement anti-reflet efficace. Pour ce qui est du contraste, nous montons à 1618: 1. Un très bon résultat sur cette gamme tarifaire. À titre de comparaison, le TUF Gaming A15 et sa dalle Sharp se limitaient par exemple à seulement 1151: 1.

© Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Question colorimétrie, on relève par contre des couleurs faussées, marquées par une dérive sur les bleus et un DeltaE qui monte à 5,1. L’écart entre les couleurs est donc trop important. La température de l’écran est par ailleurs un peu trop froide, avec un indice de 7036 K mesuré par notre sonde en lieu et place des 6500 kelvins du standard vidéo.

Pour ce qui est de la couverture colorimétrique, nous sommes à 99,1% du spectre sRGB. Les espaces de couleurs DCI-P3 et Adobe RGB se contentent en revanche d’une prise en charge à hauteur de 76,1% et 75,6%, respectivement. Classique sur un PC portable gaming en milieu de gamme n’ayant pas une vocation créative.

En dépit d’une colorimétrie dans les choux et d’une température des couleurs trop froide, l’écran AU Optronics du Omen 15 est donc très convenable, avec une luminosité maximale honnête et un bon contraste.

CPU : juste ce qu’il faut.

Nous l’avons indiqué en introduction, notre unité de test combine un processeur Intel Core i7-10750H (6 coeurs / 12 threads) à une RTX 3070. Comme pour de nombreux autres laptops gaming en cette première moitié d’année, il faut donc se contenter d’une puce Intel de 10ème génération (Comet Lake-H), lancée au printemps 2020, faute d’alternative offerte à temps par Intel. Les premières puces hautes performances Tiger Lake pour PC portables sont en effet disponibles uniquement en 35W pour l’instant. Les modèles de 45 W doivent arriver, mais plus tard cette année, ce qui force HP à maintenir sur son Omen 15 une fiche technique très proche de celle proposée l’an dernier. En gros : seule la puce GPU change pour nous permettre de passer sous la nouvelle architecture Ampère de Nvidia… avec le bond en avant que cela permet en termes de performances graphiques.

Mais commençons par parler un peu du Core i7-10750H de notre Omen 15. Il s’agit d’une puce que nous connaissons fort bien puisqu’elle a été ajoutée à de très nombreux PC portables lancés en 2020-2021. Nous l’avons par exemple déjà croisée sur le Dell XPS 15, mais aussi sur le Dell G5 15. HP l’avait aussi déjà utilisé, mais en 35W, sur son très bon Envy 15. Ce CPU hexacore propose un assez bon niveau de performances et convient bien aux laptops gaming souhaitant rester abordables. Comme souvent, sa prestation est néanmoins très étroitement liée à la qualité du système de dissipation, d’autant que les puces Comet Lake-H (gravées en 14 nm) ne sont pas nécessairement réputées pour leur efficacité énergétique. Voyons commence se comporte le Omen 15 lorsque son processeur est fortement sollicité en calcul.

En stress test sous AIDA64, avec le mode performances actif et la ventilation au maximum, nous observons en début de marathon des fréquences allant jusqu’à 4,17 GHz. À cette fréquence, les températures montaient sur le Omen 15 à plus de 100 degrés au bout d’à peine 5 minutes charge CPU à 100% sur l’ensemble des coeurs. Cette température trop élevée a rapidement eu pour effet d’enclencher le thermal throttling (qui restera en place tout au long de notre test, avec plus ou moins d’intensité) et une baisse des fréquences, plutôt légère d’après ce que nous avons pu constater.

© Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Au bout d’une grosse demi-heure de stress test, et par la suite, les différents coeurs de la puce d’Intel restaient ainsi cadencés entre 4,00 et 4,10 GHz en moyenne, sans baisse notable. Une « stabilité » dont on profitait au prix de températures flirtant avec les 95 à 100 degrés, d’un thermal throttling constant… et d’un souffle très audible des ventilateurs. S’il est à deux doigts de la syncope, le système de dissipation du Omen 15 réussit cependant à laisser le Core i7-10750H s’exprimer dans de bonnes conditions : on reste en permanence au-dessus des 4,00 GHz. Il n’est toutefois pas difficile de comprendre pourquoi HP ne propose pas de processeurs Intel plus puissants en option : le système de dissipation rendrait très vite les armes s’il devait refroidir un Core i7 ou i9 à 8 coeurs de 10ème génération.

En dépit de cette chauffe marquée, le Core i7-10750H parvient ici à glaner 1166 points en single core sur CineBench R23, contre 7962 points en multi core. À titre indicatif, le même processeur récoltait seulement 6782 points en multi core contre 1171 points en calcul single core sur le Dell G5 15, dont la dissipation était encore plus aux abois. Nous sommes donc bien positionnés avec l’appareil de HP.

Plus puissants (grâce à deux coeurs et 4 threads de plus), le Ryzen 7 5800H d’AMD totalise pour sa part 1430 points en single core et 12724 points en multi core sur le même benchmark, contre 1205 points en single core et 9872 points seulement en multi core pour le Core i7-10870H.

Quelques mots pour évoquer la prestation du SSD intégré au Omen 15. Sur CrystalDiskMark, la barrette M.2 choisie par HP monte à 2631,04 Mo/s en lecture et 3005,33 Mo/s en écriture. Des résultats plus que convenables. Sans atteindre des sommets, ces débits suffiront amplement pour charger rapidement vos jeux et contenus.

GPU : la RTX 3070 en bonne forme !

Notre Core i7-10750H collabore avec une RTX 3070 en jeu. La puce Ampère de Nvidia est ici limitée à 100W de TGP sur le Omen 15. Nous sommes donc à 5W au-dessus de ce que propose la RTX 3070 sur l’ASUS TUF Gaming A15 2021, mais 40 W en dessous des RTX 3070 ajoutées aux MSI GP76 Leopard (17,3 pouces) et Lenovo Legion 5 Pro (16 pouces). En benchmark sur 3DMark Time Spy Extreme on relève ainsi 4336 points en score GPU, contre 3888 points pour le TUF Gaming A15 et 5667 points sur le GP76 Leopard, nettement plus imposant question gabarit. En termes de puissance graphique le Omen 15 se positionne bien compte tenu de son format et de son placement tarifaire. Voyons ce qu’il vaut concrètement en jeu.

Pour le savoir, nous avons lancé deux jeux récents et gourmands sur l’appareil : Cyberpunk 2077, capable de mettre à genoux les configurations les plus solides ; et The Médium… dont l’optimisation discutable a tendance à faire souffrir les GPUs mobiles, même de dernière génération.

© Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Sur le titre de CDProjekt RED, en Full HD, avec tous les paramètres au maximum (à l’exception du niveau Psycho que nous évitons lorsqu’il est disponible), le DLSS en auto et le ray tracing au maximum, nous oscillons entre 35 et 45 FPS dans les scènes très animées. La bonne nouvelle, c’est que le titre est tellement gourmand qui si l’expérience est fluide ici (et c’est le cas), les autres tripe A ne poseront aucun problème particulier au Omen 15. Sa RTX 3070 pourra les avaler tout cru.

Sur The Medium, dans les mêmes conditions (Full HD, réglages en ultra, DLSS et ray tracing actifs), nous obtenions entre 45 et 50 FPS, avec une dizaine d’images par seconde en moins lors des séquences en split-screen (eh oui, qu’est-ce qu’on vous disait…). Là aussi, compte tenu de la gourmandise du titre, le Omen 15 s’en tire avec les honneurs.

Autonomie : 70 Wh seulement et pas de miracles…

C’était prévisible, l’appareil n’est pas un foudre de guerre en matière d’autonomie. Avec une petite batterie dont la capacité (70,9 Wh) est proche de celle que l’on trouve sur la plupart des ultraportables de 13 ou 14 pouces, le Omen 15 n’est pas du genre à tenir toute la journée sans chargeur.

En lecture vidéo sur Netflix, via Edge, avec la luminosité de l’écran poussée à 100%, un casque audio branché et le rétroéclairage du clavier coupé, il aura fallu environ 6 heures pour que la batterie sorte le drapeau blanc. En utilisation variée, mêlant cette fois bureautique et surf, avec le rétroéclairage actif et la luminosité de l’écran à 70% nous parvenions à tenir environ 5 heures.

© Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Sans être catastrophique, l’autonomie du Omen 15 est simplement au niveau de ce que l’on trouve sur de nombreux PC portables gaming… qui laissent volontiers la question de l’endurance de côté au profit des performances. Cela dit, on aurait quand même apprécié que HP fasse un petit effort sur la capacité de la batterie, qui n’évolue pas d’un pouce par rapport au modèle de l’an dernier (70,9 Wh là aussi). Le TUF Gaming A15 embarque par exemple une batterie de 90 Wh, qui lui permet une autonomie plus généreuse.

HP confie quoiqu'il en soit la recharge de sa batterie à un chargeur 200 W de taille moyenne. Ce dernier parvient à faire intégralement le plein d’énergie du Omen 15 en approximativement 2h15 d’après nos observations. Une prestation un peu mollassonne pour une batterie de 70,9 Wh seulement. Cela dit, l’appareil a vocation à rester branché la plupart du temps (jouer sur batterie n’a rien d’une bonne idée), ce qui permet de relativiser ce constat.

Son : haut-parleurs à oublier, sortie casque convenable

Très centrés sur les médiums, les haut-parleurs du Omen 15 ne nous laissent pas vraiment un souvenir impérissable. C’était à prévoir. Les aigus se font très discrets et peu précis, tandis que les basses sont aux abonnées absentes. On note aussi un volume un peu faiblard qui aura bien du mal à couvrir la ventilation lorsqu’on est en jeu, par exemple. Deux bons points quand même : ces haut-parleurs ne saturent pas et ils ont le mérite d’être positionnés sur les côtés du châssis. Le son n’est donc pas étouffé contre le bureau.

© Nathan Le Gohlisse pour Clubic

La prise casque est pour sa part valable, avec une restitution sonore au point et une sortie très puissante. Trop même. Dès qu’on passe les 60-70% de volume la précision s’évapore et l’écoute n’est plus du tout plaisante.

Prix : heureusement qu’il y a des promos !

À son prix recommandé, le Omen 15 nous paraît un peu cher. S’il peut embarquer jusqu’à une RTX 3070, l’appareil se limite seulement à un Intel Core i7-10750H dans sa version la plus coûteuse disponible en France. Une puce aux performances modestes en comparaison du AMD Ryzen 7 5800H proposé par le TUF Gaming A15 2021, vendu pour sa part dès 1550 euros en version RTX 3060.

Heureusement, l’appareil de HP profite déjà de quelques belles ristournes. Dans sa mouture intermédiaire (Core i7-10750H / RTX 3070 / 16 Go de RAM / 512 Go de SSD / écran 144 Hz), l’appareil se négocie à 1599 euros sur le site officiel de HP à l’heure où nous rédigeons ces lignes. Un positionnement raisonnable qui rend alors le Omen 15 beaucoup plus attrayant qu’à 2200 euros ou plus.

Notez qu’outre le TUF Gaming A15 de chez Asus, le nouveau Dell G15 (attendu avant l’été) pourrait lui aussi constituer une alternative intéressante au Omen 15, avec un Core i7-10870H et une RTX 3060 aux commandes sur les modèles les mieux équipés.

© Nathan Le Gohlisse pour Clubic

HP Omen 15 2021, l’avis de Clubic :

En dépit de quelques défauts qu’on parvient à lui pardonner assez vite, le HP Omen 15 reste un appareil de 2020 auquel on a greffé une RTX 3070 pour remplacer sa RTX 2070 originelle. Ce n’est pas nécessairement un problème : mais l’absence totale d’autre évolution est forcément frustrante. Par exemple, HP n’a pas pris soin de nous délivrer un système de dissipation plus efficace ou une batterie de capacité plus généreuse. Le prix de l’appareil est aussi un tout petit peu trop élevé lorsqu’on le compare à certains de ses concurrents.

Notre modèle de prêt était positionné à un tarif de départ approchant les 2200 euros, alors que la concurrence se place légèrement en dessous des 2000 euros pour des configurations équivalentes. Si vous parvenez à trouver un Omen 15 en soldes, l’appareil mérite par contre clairement votre attention. Et puis d’ailleurs qui sait, HP nous réserve peut-être un autre modèle, plus novateur, en 2021. Nous restons donc aux aguets.

HP Omen 15 EK1

7

On l’aurait aimé peaufiné et plus audacieux, le Omen 15 nous revient parfaitement inchangé. C’est dommage. Pour autant, le laptop gaming de HP est globalement équilibré et convaincant, avec de très bonnes performances en jeu, et le tout dans un châssis à la fois compact et discret. La proposition que nous fait le constructeur américain reste donc tout à fait honnête, mais l’essai n’est pas entièrement transformé selon nous.

Les plus

  • Les bonnes performances de la RTX 3070 en 100 W
  • Design barbant… mais sobre et discret
  • Écran Full HD / 300 Hz honnête
  • Connectique complète

Les moins

  • Système de dissipation limité et bruyant
  • Processeur Intel d’ancienne génération
  • Châssis rigoureusement inchangé par rapport à l’an dernier
  • Prix qu’on aimerait légèrement plus attractif

Design 7

Écran 7

Performances 8

Autonomie 6

Prix 7

Modifié le 30/04/2021 à 19h07
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
5
5
Voir tous les messages sur le forum

Actualités récentes

The Division : Ubisoft annonce un opus free-to-play et un épisode mobile
Lastpass : que vaut cette solution de gestion de mots de passe automatique ?
Compteurs Linky : la CNIL met fin à la mise en demeure qui visait l'entreprise Engie
Metro Exodus : la mise à niveau PS5 / Xbox Series X|S arrive le 18 juin
Google Docs et Slides s’ouvrent à votre bibliothèque Adobe Creative Cloud
Les meilleures applications pour faire de votre iPad un ordinateur
Comment protéger un dossier par mot de passe sous Windows et macOS ?
Galaxy Tab A7 : Où acheter la tablette tactile de Samsung au meilleur prix ?
Avis RED by SFR : est-ce le meilleur forfait mobile sans engagement ?
Comment Shadow s'est retrouvé supprimé de l'App Store, pris entre Apple et l'xCloud de Microsoft
Haut de page