Strava : cachez plus facilement votre géolocalisation

le vendredi 02 mars 2018
L'application « tracker » pour sportifs Strava, qui a fait beaucoup parler d'elle fin janvier 2018, vient d'avoir une mise à jour : désormais, ses utilisateurs peuvent renoncer plus facilement à partager leur géolocalisation.

Strava, un outil de visualisation de données sur les déplacements (itinéraires, vitesse...), très utilisé par les joggeurs, a rendu plus facile la sortie de son programme de partage public de données.

Strava : s'opposer au partage de sa position géographique est désormais possible via un seul clic


Fin janvier 2018, Strava défrayait la chronique : Nathan Ruser, un étudiant en sécurité internationale à l'Université nationale d'Australie, découvrait sur un blog dédié à la cartographie les « heatmaps » (« cartes thermiques ») correspondant aux parcours les plus empruntés par les soldats des bases militaires américaines à l'étranger. Ces cartes, construites à partir de 13 trillions de « points GPS » partagés par les utilisateurs de Strava entre début 2015 et septembre 2017, permettent de connaître les itinéraires de passages à l'intérieur de ces bases militaires.

Depuis, la politique de Strava de partager ces données par défaut et de ne permettre d'arrêter ces partages que via une série de clics fastidieuse a attiré les foudres des spécialistes de la sécurité. En ce début de mars 2018, Strava fait donc marche-arrière en intégrant cette option sur la même page où se situent l'ensemble des paramètres. Désormais, il est donc plus facile de s'opposer au partage de sa position géographique, mais n'oublions pas qu'à l'installation de l'application, ce partage est toujours activé par défaut.

une heatmap strava


Les « heatmaps », un atout stratégique pour Strava

Les nouveaux paramètres ont été remarqués par Matt Cagle, un avocat américain spécialiste des technologies et des libertés civiles, qui a tenu à partager la nouvelle sur Twitter. À noter que dans la description du contenu de la dernière mise à jour, Strava se limite à évoquer la correction de bugs et fait un silence sur le nouveau paramétrage.

Il faut savoir que pour Stava, ces « heatmaps » sont un vrai argument de vente. Grâce à cet outil, la société déclare aider ses utilisateurs à trouver les itinéraires les plus empruntés (et donc les plus pratiquable), que ce soit à pied ou à vélo. Une page entière est dédiée à ces « heatmaps » sur le blog de Strava.

Voir aussi :
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
scroll top