Carrier IQ : Apple, HTC, Samsung, Motorola sont visés par une action collective

Par
Le 06 décembre 2011
 0
Les craintes autour du logiciel pour mobiles Carrier IQ grandissent. Aux Etats-Unis, une plainte dite en action collective (class action) a été déposée contre les principaux opérateurs de téléphonie (AT&T, Sprint, T-Mobile) mais également contre les constructeurs de smartphones Apple, HTC, Samsung et Motorola.

00fa000001682644-photo-le-drapeau-des-etats-unis.jpg
Une plainte déposée par plusieurs cabinets d'avocats vise les principaux opérateurs mobiles américains ainsi que les constructeurs de smartphones. Apple, HTC, Samsung, Motorola, AT&T, Sprint, T-Mobile et l'éditeur du programme en question Carrier IQ sont donc poursuivis devant une Cour fédérale du Delaware pour avoir permis « d'ouvrir une brèche sans précédent dans le droit à la vie privée de plus de 150 millions d'utilisateurs de mobiles », commentent les plaignants.

Selon le site BGR qui publie la plainte, les cabinets d'avocats reprochent aux entreprises visées d'avoir violé de nombreux textes de lois portant sur la protection des données personnelles mais également sur l'enregistrement des communications, le stockage de telles informations...

Pour rappel, la semaine dernière, un développeur a démontré qu'un programme est utilisé par les opérateurs aux Etats-Unis pour surveiller l'activité de leurs clients. Muni de son HTC Evo 3, Trevor Eckhart affirme que de nombreuses informations comme les messages reçus mais également les informations saisies ainsi que la localisation de l'utilisateur sont communiquées aux opérateurs.

Apple a déjà tenté de crever l'abcès en expliquant au site Ars technica que seul l'iPhone 4 contenait bien ce programme installé de manière native dans l'appareil. Par contre, la firme a bien précisé que Carrier IQ ne lisait ni les e-mails, ni les messages enregistrés et envoyés depuis un iPhone. En outre, Apple a indiqué qu'il comptait retirer complètement le programme dans une future mise à jour d'iOS.

Du côté des organismes de protection de la vie privée, l'inquiétude est également de mise. Plusieurs Cnil d'Europe (dont la France) ont confirmé que des enquêtes préliminaires avaient été diligentées. L'objectif de ces autorités est alors de savoir si les utilisateurs européens sont également touchés par ce programme.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Les dernières actualités Mobilité

scroll top