GoPro : du cloud et du montage mobile pour faciliter le partage de vidéos

23 juillet 2015 à 14h45
0
GoPro prépare un service de stockage en ligne et une application, qui permettront de monter et de partager rapidement des vidéos, sur le terrain.

Dans sa quête de démocratisation et de grande consommation, GoPro se diversifie et développe des services et des logiciels, complémentaires à son activité principale de fabricant de caméras miniatures.

GoPro souhaite faciliter la production et le partage de vidéos tournées avec ses caméras. Il prépare des produits immatériels, complémentaires à ces dernières, avec lesquels il proposera une solution tout-en-un. De quoi renforcer l'attrait des caméras mais aussi et surtout de quoi stimuler le partage de vidéos, les utilisateurs assurant ainsi directement la promotion de la marque auprès de leurs cercles.

Le fabricant propose depuis deux ans GoPro Studio 2.0, un logiciel de montage gratuit qui intègre des modèles de montages et permet aux profanes de produire en moins d'une heure une « vidéo GoPro » caractéristique, pêchue et rythmée par de la musique. Mais ce logiciel n'est disponible que sur ordinateur, ce qui implique quelques lourdeurs, comme les transferts de fichiers.

0190000008056658-photo-gopro-hero-lcd.jpg
La jeune GoPro Hero+ LCD permet de découper des plans directement depuis son écran

Un équivalent de GoPro Studio sur mobile

Pour y remédier, GoPro prépare un équivalent de Studio sur mobile, une application permettant d'éditer et de partager rapidement une vidéo, juste après l'avoir tournée. Or contrairement à l'ordinateur, le téléphone est le complément naturel des GoPro, puisqu'on l'utilise volontiers pour paramétrer sa caméra, cadrer ou jeter un œil à ses enregistrements.

Le président de la société, Tony Bates, a profité mardi de la présentation des derniers résultats financiers pour annoncer aux investisseurs que cette application était « dans les phases finales de développement et de tests », et qu'elle sortirait d'ici la fin de l'été. Un peu tard pour cette saison.

Et un équivalent d'iCloud Photos pour GoPro

Dans le même état d'esprit, GoPro prépare en outre un service de stockage en ligne, probablement similaire à iCloud Photos et à Google Photos. Évoqué à la Code Conference du mois de mai par le fondateur et directeur général de GoPro, Nick Woodman, ce service a été confirmé mardi par le président : « il offrira un transfert automatique des fichiers afin qu'ils puissent être gérés et regardés d'autres appareils ».

On peut penser que les caméras GoPro transfèreront automatiquement les fichiers lorsqu'elles seront connectées au Wi-Fi, à un téléphone ou à domicile, et qu'on pourra ainsi réaliser un montage depuis une tablette, sans avoir à se préoccuper du transfert des fichiers depuis la carte mémoire. Mais on ne sait pas encore comment GoPro s'accommodera de fichiers de plusieurs gigaoctets.

0258000006069682-photo-gopro-studio-2-0.jpg

D'autres acteurs sont sur le coup

En attendant, d'autres acteurs sont déjà sur la brèche.

Le spécialiste de la carte mémoire Wi-Fi Eyefi a récemment ouvert son application et son service de stockage en ligne aux photos issues de caméras GoPro. Les vidéos devraient venir dans un second temps.

Et une jeune startup dénommée Shred vient de lancer un logiciel de montage, pour ordinateur, qui automatise entièrement le montage d'une vidéo GoPro. Elle ne repose pas sur des modèles mais sur des algorithmes. On lui confie des dizaines de plans, une musique, et elle produit automatiquement une vidéo, avec le contexte au début, les préparatifs, en rythme avec la musique, puis le moment fort au moment clé du morceau.

L'application Shred est disponible dès à présent sur le Mac App Store. Elle repose sur le modèle du freemium : l'installation est gratuite, mais on paie plus ou moins au moment d'exporter son film, avec ou sans filigrane. Un forfait illimité sans watermark est proposé pour 30 dollars.

0190000008119372-photo-shred.jpg
0190000008119374-photo-shred.jpg

Contenus relatifs

Romain Heuillard

C'est vers l'âge de 12 ans, lorsque j'ai reçu mon premier ordinateur (un Pentium 100), que j'ai décidé d'abandonner ma prometteuse carrière de constructeur de Lego pour me consacrer pleinement à ma no...

Lire d'autres articles

C'est vers l'âge de 12 ans, lorsque j'ai reçu mon premier ordinateur (un Pentium 100), que j'ai décidé d'abandonner ma prometteuse carrière de constructeur de Lego pour me consacrer pleinement à ma nouvelle passion pour l'informatique. Depuis je me suis aussi passionné pour l'imagerie en général et pour la photo en particulier, mais je reste fan de sujets aussi obscurs que les procédés de fabrication de composants électroniques ou les microarchitectures de processeurs, que l'infiniment grand et l'infiniment petit. Je suis enfin foncièrement anti-DRM et pro-standards ouverts.

Lire d'autres articles
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires

Haut de page