Le gouvernement américain peut utiliser les Google Apps

27 juillet 2010 à 15h30
0
La firme Google a reçu l'autorisation pour utiliser ses applications par les services fédéraux des Etats-Unis. Elle peut désormais proposer aux services officiels américains ses « Apps » pour la messagerie électronique mais également la gestion de calendrier. Pour cela, Google explique que le fait d'utiliser la technologie du Cloud computing a joué en sa faveur.
00A0000002038938-photo-google-apps.jpg

Une nouvelle version des Google Apps a donc été proposée en conformité avec la loi appelée Federal Information Security Management Act (FISMA). La différence avec les applications traditionnelles pour le grand public est que celles dédiées au gouvernement pourront traiter d'informations jugées sensibles.

Pas de secret d'Etat donc mais pour autant, toutes les informations qui transiteront via ces applis devraient passer par des « serveurs informatiques hébergés sur le sol américain et physiquement distincts de ceux que la société utilise pour ses clients habituels » informe l'agence AP.

Google précise qu'à l'heure actuelle, pas moins d'une douzaine d'agences fédérales testeraient cette nouvelle version.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Vignette Crit'air : vers un durcissement des conditions d'obtention
Face à de très mauvais résultats financiers, EDF s'apprête à se serrer la ceinture
Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, qualifie le réacteur EPR de
Pollution : un think tank britannique demande à interdire les publicités pour les SUV
Quand Elon Musk affirme que les pyramides ont été érigées par des aliens, l'Égypte l'invite sur place
Depuis 2011, Hadopi c'est 87 000 euros d'amende pour... des dizaines de millions d'euros de subventions !
L'électricité produite en Europe au premier semestre provenait majoritairement d'énergies renouvelables
Plus de 700 km d'autonomie annoncés pour la Mercedes EQS
La première station de recharge à hydrogène ferroviaire annoncée en Allemagne
Les employés de Blizzard font la lumière sur d'inquiétantes disparités salariales
scroll top