Facebook fait l'objet, au Royaume-Uni, d'un recours collectif, qui lui réclame près de 3 milliards d'euros

14 janvier 2022 à 17h35
10
Royaume-Uni © © Kristina G - Unsplash
© Kristina G - Unsplash

Les plaignants, rassemblés par une experte en droit de la concurrence, sont sur le point d'attaquer Meta, maison-mère de Facebook , pour abus de position dominante.

Facebook essuie de nouvelles difficultés, cette fois-ci pour une prétendue violation du droit de la concurrence britannique. Sous la houlette de Lisa Lovdahl Gormsen, docteure en droit international de la concurrence, une plainte collective a officiellement été déposée le 13 janvier devant le Competition Appel Tribunal à Londres (une juridiction spécialisée dans les affaires touchant à la réglementation économique et à la concurrence). Celle-ci vise à faire condamner le groupe Meta pour abus de position dominante. Les plaignants réclament une condamnation à hauteur de 2,3 milliards de livres sterling (environ 2,8 milliards d'euros).

En exploitant les données personnelles de ses utilisateurs, Facebook se livre à un abus de position dominante, aux yeux de Lisa Lovdahl Gormsen

La plainte est déposée au nom des utilisateurs britanniques de Facebook à l'encontre de sa maison-mère, Meta, à qui ils reprochent de se livrer à un abus de position dominante en ayant exploité illégalement les données personnelles des 44 millions de membres du réseau social ces dernières années, entre 2015 et 2019 plus précisément.

L'experte en droit Lisa Lovdahl Gormsen, à l'origine de la plainte, explique par le biais du dossier déposé que la firme de Mark Zuckerberg a abusé de sa position dominante en imposant aux utilisateurs des termes et conditions injustes, pour exploiter leurs données personnelles.

Le dossier met en cause le géant Meta d'avoir enfreint le Competition Act de 1998, indiquant que le prix payé par les utilisateurs britanniques était injuste. Ce prix, ce sont les données privées transmises par les citoyens, qui permettent ensuite à Facebook de générer la plus grande partie de ses revenus, en se livrant à de la publicité ciblée.

Pour les plaignants, Facebook n'est pas un réseau social gratuit

Prix, publicité, revenus… Et les utilisateurs dans tout ça, qu'ont-ils reçu en échange ? C'est justement l'enjeu de la plainte, qui dénonce un manque d'équité pour des utilisateurs qui sont en quelque sorte forcés de donner un accès total à leurs données personnelles, pour pouvoir avoir accès gratuitement au réseau social, accès qui devient gratuit seulement symboliquement donc, les informations personnelles laissées sur la plateforme nourrissant le modèle économique du groupe. Et c'est cela qui est, aux yeux de la juriste, constitutif d'un abus de position dominante, en ce que les utilisateurs n'ont pas d'autre choix que de se plier à la politique de Facebook.

Meta logo © Meta / Facebook

Dans un communiqué relayé à l'AFP, un porte-parole de Meta rappelle que « les gens accèdent à notre service gratuitement. Ils le choisissent, car il leur apporte un service de valeur et ils ont un contrôle notable de l'information qu'ils partagent avec les plateformes de Meta et avec qui ». Sans oublier, à la décharge de Facebook, que l'utilisateur accepte la collecte de ses données au moment de l'inscription.

Une plainte au nom de tous les Britanniques, et un prochain procès aux États-Unis

La plainte, dans une affaire qui tient tant de la protection des données personnelles que de la concurrence, réclame 2,8 milliards d'euros pour pouvoir dédommager correctement les 44 millions d'utilisateurs britanniques de Facebook, qui sont en droit, selon la plainte, de recevoir une récompense monétaire pour avoir contribué à générer des milliards de dollars de recettes pour le groupe californien. Les 44 millions d'utilisateurs sont, via cette procédure, directement représentés au travers de la plainte.

Dans le même temps, Meta fait l'objet d'une accusation de position dominante, cette fois aux États-Unis (pour les acquisitions de WhatsApp et Instagram notamment, qui auraient été menées pour casser de potentiels futurs concurrents de Facebook). Jugée recevable par le juge fédéral, la plainte provenant de l'équivalent de l'Autorité de la concurrence américaine devrait bien déboucher sur un procès.

Source : Reuters

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
10
11
nicgrover
Et en France ? On continue à se laisser manger la laine sur le dos…<br /> Bon on n’est pas obligé d’adhérer à Facebook quoique professionnellement, bien des secteurs qui ne peuvent avoir de site Web, n’ont pas beaucoup de choix en la matière. Il n’y a que Facebook avec autant de vues…
jvachez
Dans le genre de non rémunération il y a pire : les poubelles.<br /> Non seulement on paye le ramassage mais en plus on fournit gratuitement des matières premières recyclables et du travail gratuit pour ceux qui acceptent de trier.
JeXxx
Heureusement que la connerie n’est pas rémunérée.
Gweegoo
Ce ne serait pas une autre occurrence de l’éternelle frustration de l’utilisateur qui accepte les termes et conditions puis regrette ensuite?<br /> Facebook/Meta n’oblige personne à accepter… et de toute évidence il ne s’agit pas d’un service critique à la personne…<br /> Je ne vois pas où est le « cas » du point de vue légal.<br /> Bien sûr, c’est pas grave, son nom est d’ores et déjà cité et rendu public…
Belgarath
En plus, n’oublie pas que tu payes en achetant le produit. La petite pastille verte sur l’emballage qui te dit que l’on paye une taxe écologique, il ne faut pas rêver, ce n’est pas la boite qui la paye, mais toi, car elle répercute.
EnLighter
Honnêtement, le système français de ramassage et de tri n’est pas le pire. Renseignes toi sur le système japonais et tu seras bien surpris (exemple : bouchon à part, contenants devant être propres avant dépôt dans les bennes, etc.).<br /> L’impression que j’ai est que chaque Etat essaye de compenser ses pertes dues à l’évasion fiscale comme il peut. Ce qui explique pourquoi les argumentations juridiques sont souvent jugées bancales par les propres instances des pays qui poursuivent.
pecore
Dieu sait que je n’aime pas l’intégralité du groupe META et Facebook en particulier. Mais j’aime encore bien moins les vautours opportunistes qui se font passer pour des redresseurs de tort. Sur ces 2,8 milliards, combien cette avocate serait sensée toucher si elle gagnait ? Probablement des dizaines de millions. Et depuis quand représente on en justice des gens qui n’ont rien demandé ?<br /> Les clients de Facebook ont, à tort ou à raison, bel et bien accepté les conditions demandées par Facebook et ils ont bel et bien bénéficié de leur service. De plus ce n’est un secret pour personne que beaucoup de services gratuits sont payés par la publicité, Clubic fait sans doute partie du lot. Pas de quoi crier au scandale, donc.<br /> Alors vraiment cette plainte, c’est n’importe quoi.
Jsp75
Ça fait un paquet de mauvaises nouvelles pour Facebook. A moyen terme, le truc va se faire saucissonner au nom de la loi anti trust.
ricozed
otez moi d’un doute …Cambridge analytics qui s’est fait épinglé pour avoir récupéré toutes les données des utilisateurs de manière illégale car sans l’accord des utilisateurs, était bien britannique non ?
Oli1
Bon, aller faire un procès à une boîte qui propose un service gratuit, tout en acceptant les CG de plein gré… bôf.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Galaxy S22 : la date de présentation a fuité
iPhone, Airpods et Apple Watch, mophie dévoile un chargeur de voyage 3-en-1 MagSafe
#EpicFail : Samsung laisse fuiter sa future tablette sur son propre site officiel
La carte SIM, c'est fini ! Qualcomm dévoile l'iSIM, beaucoup plus petite et sécurisée
Android : bientôt un widget pour le bien-être numérique... parce que vous passez trop de temps sur votre smartphone
Galaxy S22 Ultra : on sait tout sur le nouveau haut de gamme Samsung, avant même son annonce
Honor prêt à secouer le marché des smartphones pliants avec son Magic V
Epix et Venu 2 Plus : une avalanche de nouveautés pour les montres sport Garmin
Garmin fēnix 7 : la nouvelle montre sport de Garmin bourrée de fonctionnalités haut de gamme
Un nouveau leak dévoile les coloris disponibles pour le Samsung Galaxy S22 Plus
Haut de page