Yahoo fête ses 20 ans : du répertoire de liens aux applications mobiles

10 mars 2015 à 13h43
0
Initialement présentée sous la forme d'un répertoire de sites Internet sélectionnés manuellement par Jerry Yang et David Filo, l'entreprise Yahoo! est créée en janvier 1994 avant de se transformer en une société Internet en mars 1995. Vingt ans plus tard, et après de nombreuses restructurations, la firme de Sunnyvale axe sa stratégie sur le secteur du mobile.

A l'ère de Facebook et Google, il est difficile d'imaginer qu'il y a quelques années, Yahoo! formait le centre incontournable de la Toile. Et pourtant, en 1994, Jerry Yang et David Filo décident de dresser une liste de l'ensemble des sites qu'ils apprécient. Au mois d'avril, une centaine de liens sont référencés. A l'époque, le site compte quelques milliers de visiteurs par semaine. En septembre de la même année, cette liste compte 2000 liens et enregistre 50 000 visites par jour. Des catégories font leur apparition. L'index de référencement est lancé.

01F4000007946059-photo-yahoo-20-ans.jpg


Le 3 mars 1995, Yahoo! se transforme en société. D'emblée, le géant du Web America Online formule une proposition de rachat à 2 millions de dollars, une offre que les fondateurs déclinent en préférant revendre 25% de la société à Sequoia capital contre 1 million de dollars. Ce partenariat assure le développement rapide du groupe avec en août 1995, une cinquantaine d'employés contre 200 l'année suivante, 400 en 1997, 2000 en 1999 et plus de 12 000 aujourd'hui.

Plusieurs PDG, plusieurs stratégies

Ces vingt dernières années, plusieurs dirigeants se succèdent à la tête de Yahoo! multipliant par la même occasion différentes stratégies. Après Tim Koogle, jugé peu expérimenté au rôle de PDG, la société se tourne vers Terry Semel, un ancien de la Warner Bros mais sans aucune expérience avec le monde du Web. Le cofondateur Jerry Yang reprend les reines en 2007 et fait probablement sa plus grosse erreur en refusant de signer la proposition de rachat lancée en 2008 par Microsoft. Ce refus divise le conseil de direction et le cours du titre YHOO s'écroule sur le cours du NASDAQ.

M. Yang démissionne de son rôle de PDG l'année suivante ; il est remplacé par Carol Bartz, une sexagénaire issue d'Autodesk, avec pour seule mission de redresser la barre. Entre vagues de licenciements et fermetures de services, elle mise sur une stratégie centrée sur les médias. Ses efforts ne portent pas leurs fruits.

Après une longue période d'intérim assurée par Tim Morse et Ross Levinsohn, et ponctuée par la brève venue de Scott Thompson ayant manipulé son CV, Yahoo! est aujourd'hui dirigée par Marissa Mayer, anciennement chez Google. Celle-ci a un objectif principal : positionner Yahoo! comme une société incontournable sur le secteur mobile. En conséquence, Yahoo! effectue le rachat de plusieurs dizaines de startups. Pour l'heure, le pari semble réussi. La société revendique plus d'un milliard d'utilisateurs dont 575 millions sur la partie mobile.

Depuis l'arrivée de Marissa Mayer à la tête de Yahoo!, la valeur du titre sur le cours du NASDAQ remonte progressivement de 14,92 dollars à 42,98 dollars aujourd'hui.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

StopCovid : voici à quoi ressemble l'application, captures d'écran à l'appui
Twitter signale le billet de Trump menaçant de tirer sur les émeutiers
Premier vol habité de Crew Dragon : un décollage historique réussi, à revoir en replay !
Windows 10 mise à jour de mai 2020 : demandez la liste des bug déjà connus !
Voiture électrique : un nouveau barème pour le bonus écologique et la prime à la conversion
Trump signe un décret sur les réseaux sociaux, mais que contient-il ?
StopCovid : l'Assemblée nationale adopte officiellement l'application, qui sera disponible dès ce week-end
Porsche va devoir limiter les ventes de la Taycan pour réussir à contenter les clients
Un supercalculateur a simulé l'impact qui aurait fait disparaître les dinosaures
5G : le Royaume-Uni veut une alliance de 10 pays pour contrer les équipementiers chinois comme Huawei
scroll top