La transition vers IPv6 "insuffisante" d'après l'ARCEP

01 décembre 2021 à 12h15
6
réseaux © Pixabay
© Pixabay

L'ARCEP a sorti l'édition 2021 de son baromètre de la transition vers IPv6, dans lequel elle souligne des progrès qui restent malgré tout insuffisants.

Comme l'année dernière, les hébergeurs restent les mauvais élèves de ce baromètre, avec un taux jugé « alarmant » pour l'hébergement mail.

Des progrès importants, mais toujours trop lents

Comme chaque année, l'ARCEP a sorti son baromètre de la transition vers IPv6, destiné à faire le point sur la progression de l'utilisation du protocole en France. Bonne nouvelle, l'autorité souligne des progrès significatifs par rapport à 2020. La France, qui était en 10e place dans le classement mondial de l'utilisation d'IPv6 l'année dernière, passe désormais à la 6e place, avec un taux d'utilisation à près de 50 %. À l'échelle européenne, le pays se classe en 4e position, derrière la Belgique, l'Allemagne et la Grèce.

Cependant, malgré ces bons résultats, l'ARCEP met en garde les opérateurs. Selon elle, la transition est toujours insuffisante en matière d'objectif et de rythme de déploiement. Elle souligne les différences importantes entre les opérateurs sur le réseau fixe, mais les encourage à maintenir leurs efforts sur le réseau mobile, qui a connu des progrès significatifs.

Les hébergeurs, qui continuent d'accuser un retard important sur la transition, sont quant à eux toujours considérés comme les mauvais élèves de ce baromètre. Si les résultats sont mieux qu'en 2020, où seuls 17,9 % des sites en .fr, .re, .pm, .yt, .tf et .wf étaient accessibles en IPv6 contre 20 % aujourd'hui, cette augmentation reste trop lente. Pire encore, seuls 7 % des serveurs mail sont accessibles en IPv6.

Le risque d'un Internet scindé

L'ARCEP tient à rappeler la nécessité de passer au plus vite à IPv6, la pénurie d'adresses IPv4 ayant conduit à la mise en place de solutions comme le partage d'adresse. Cette façon de faire présente des risques pour les utilisateurs, qui peuvent se voir refuser l'accès à des sites à cause d'une adresse IP bannie à la suite du comportement d'un autre utilisateur. Elle complique aussi l'identification sur la base d'une adresse IP lors d'enquêtes judiciaires.

En outre, certains hébergeurs ont commencé à proposer des offres IPv6-only, avec IPv4 en option payante. Si ces offres commencent à se généraliser sans que l'adoption d'IPv6 continue d'augmenter significativement, l'autorité prévient de la possibilité d'un Internet scindé en deux.

La task-force consacrée à IPv6, fondée fin 2019, a identifié les entreprises comme un axe de travail important. Deux guides ont été rédigés pour les aider, l'un pour expliquer la nécessité de la transition et l'autre pour aider les équipes informatiques à la mettre en place.

Source : ARCEP

Vous utilisez Google Actualités ? Suivez Clubic pour ne rien rater de l'actu tech ! google-news

A découvrir en vidéo

Haut de page

Sur le même sujet

Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires (6)

tabtab
Sinon ils pourraient commencer à faire le ménage dans les plages pharaoniques d’IPv4 attribuées à des organisations étatiques et jamais utilisées, ça en libèrerait pas mal et donnerait du mou…
jvachez
Je pense que le frein vient de la conception d’IPV6 : IPV6 a été mal conçu.<br /> Une adresse IPV4 peut s’appendre par cœur, une adresse IPV6 est beaucoup trop longue et en hexadécimal en plus. Ca complique la configuration et multiplie les risques d’erreurs de saisie.
bennukem
Que la France (encore mieux l’UE) interdisent l’ipv4 aux fai en 2023. En un an ils feront tous des miracles pour adopter l’ipv6.
JCLB
Si le serveur ne log pas le port source comment tu retrouves le client si l’IP est partagée entre 16 abonnées ?
JCLB
Je suis preneur de vos retours en tant que principal auteur du guide de migration.
JCLB
Les serveurs loguent l’IP mais pas forcément le PORT. Et quand l’opérateur la partage entre plusieurs abonnés comment retrouver l’utilisateur ?<br /> Pas exemple Hadopi ne traque qu’en IPv4 et sans port. Donc les clients free avec 4rd à 4 par IP ne reçoivent jamais avertissement…
Voir tous les messages sur le forum