Finalement, les usagers de Linky ne devront pas "rembourser" leur compteur selon le gouvernement

Mise à jour du 02/06/2021 à 18 h : Des informations du Monde contredisant l'article du Parisien annoncent que, selon le gouvernement, le coût d'installation d'un compteur Linky n'aura pas à être remboursé par les usagers. La ministre déléguée à la Transition écologique, Emmanuelle Wargon, l'a confirmé ce mercredi lors d'une séance de questions à l'Assemblée nationale.

Mise à jour du 01/06/2021 à 15h : Suite à de nouveaux détails rapportés par France Info, nous avons complété l'article avec la déclaration d'Enedis qui confirme le fait que l'installation des compteurs ne sera pas gratuite pour les consommateurs.

Un nouveau mois commence et déjà une mauvaise surprise pour les foyers français. En effet, le très controversé compteur électrique Linky ne sera finalement pas gratuit pour les usagers qui devront prochainement le rembourser.

Et les premiers détails ont vraisemblablement fuité.

Des dizaines de millions de Français concernés

Histoire de faire passer la pilule de l'installation des compteurs Linky, l'ancien ministre de l'Industrie et de l'Énergie Éric Besson avait déclaré en 2011 que l'installation ne coûterait rien aux consommateurs. Mais une décennie plus tard, c'est la douche froide pour les quelque 32 millions de foyers (soit un total de plus de 90 %) équipés. Ce mardi 1er juin, le journal Le Parisien nous apprend que les utilisateurs devront procéder au remboursement de leur Linky.

Tout d'abord, rappelons que la Cour des comptes estimait le montant de l'installation couplée à la mise en service à 130 euros par compteur, soit un montant global atteignant 5,7 milliards d'euros. Dans le but de financer cela, Enedis avait précisé mettre 5,39 milliards de sa poche et que cette somme serait compensée par les économies générées par les nouveaux compteurs. Dans les faits, le groupe industriel français a réglé 10 % de cette somme avec ses propres fonds puis a contracté un emprunt à taux intéressant auprès de la Banque européenne d'investissement (BEI).

Enedis grand gagnant via un montage financier


Ainsi, suite à la mise en place d'un différé tarifaire, le remboursement a été espacé dans le temps et c'est le contribuable qui va passer à la caisse. D'après Le Parisien, le montant était censé être directement prélevé sur la facture de chaque client. Cela représenterait une hausse de 15 € par an à la charge du foyer. D'ici 2030, 2 milliards d'euros devraient ainsi être récupérés. Mais Enedis est venue en partie préciser ces informations.

Contacté dans l'après-midi par France Info, le groupe a confirmé que les clients paieront bien leur compteur mais a démenti le procédé évoqué par Le Parisien. Hélas, l'entreprise est restée assez évasive en précisant qu'aucun surcoût ne serait appliqué sur les factures. En effet, d'ici à 2024, Enedis parie sur une baisse du nombre d'interventions chez les particuliers, ce qui déboucherait sur un milliard d'euros d'économies. Reste à voir si cela sera suffisant pour couvrir les frais d'installation.

En bref, nous ne savons pas encore concrètement de quelle façon ce remboursement se matérialisera…

Modifié le 02/06/2021 à 18h10
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
125
75
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

E4, le robot de sécurité chien de garde en action ! (Vidéo Clubic)
VivaTech : Emmanuel Macron et Cédric O saluent le retour des grands salons (Vidéo Clubic)
Pour Amazon, le robot est l'avenir de la sécurité des travailleurs
La reconnaissance faciale envisagée pour sauver les koalas de l'extinction
Les compagnies aériennes prévoient d'investir massivement dans les taxis volants
Le robot chinois Zhurong nous fait parvenir des photos depuis la planète Mars
Sur les traces du Concorde : United Airlines achète 15 avions supersoniques auprès de Boom Supersonic
Désinformation en ligne : le MIT met au point une IA capable de détecter les réseaux de fake news
Airbus dévoile son idée d'éclairage à bord des avions pour faciliter le débarquement des passagers
Quand l’intelligence artificielle devient une alliée des archéologues
Haut de page