Affaire MegaUpload : Orange attaque Cogent en justice

25 janvier 2011 à 16h30
0
Aux dernières nouvelles, Cogent (opérateur de transit IP, bande passante) accusait l'opérateur Orange de brider l'utilisation de Megavideo à ses clients. La société avait même publiquement accusé Orange d'abuser de sa position dominante sur le marché de l'Internet. Le FAI rétorque par un procès en dénigrement.

00FA000003916414-photo-message-orange-megaupload-megavideo.jpg
Ainsi, Stéphane Richard, p-dg d'Orange a expliqué qu'il comptait porter plainte contre la société américaine Cogent. Il a indiqué à nos confrères de TheInquirer et de 01net que « les propos tenus par Cogent n'ont rien à voir avec neutralité, il s'agit de questions commerciales ». Pourtant, si l'accusation porte sur des termes économiques, le fond du problème reste présent. Orange restreint-il l'accès à certains sites qu'il juge non-respectueux du droit d'auteur ?

Pour rappel, l'affaire à débuté par le fait que les clients d'Orange voyaient une fenêtre apparaître en pop-up lorsqu'ils se connectent aux sites Megavideo et Megaupload. Cette « Alerte de connectivité » les informe que si « les téléchargements sont lents » ou la « lecture vidéo est hésitante », c'est qu'il est « probable que votre fournisseur Internet restreigne intentionnellement votre accès à des parties importantes de l'Internet ».

Le p-dg de Cogent expliquait ainsi les raisons, selon lui, qui poussent Orange à agir ainsi : « ils abusent de leur position dominante sur le marché français. Ils ont un abonné au haut débit sur deux et font pression sur les opérateurs grâce à cela. France Télécom possède OpenTransit, l'un de nos concurrents directs. Donc Orange bride la connectivité avec nous afin d'obliger les opérateurs du monde entier à être clients d'OpenTransit s'ils veulent atteindre ses abonnés ADSL ».

Une position loin d'être appréciée par Orange qui a donc décidé d'attaquer la société devant la justice française. D'un point de vue juridique, le dénigrement repose sur un principe bien connu basé sur l'article 1382 du Code civil qui énonce que : « Tout fait quelconque de l'homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé, à le réparer ».

Ce fondement ouvre alors la possibilité à Orange d'agir en référé afin d'obtenir plus rapidement réparation. Enfin, la Justice statuera sur la présence ou non d'une « nuisance » dans les propos de Dave Schaeffer, le p-dg de Cogent mais ne jugera pas la politique d'Orange.

Olivier Robillart

Mêler informatique, politique et journalisme tu essaieras ! Voilà ce que m'a demandé un jour un monsieur ridé tout vert qui traînait dans un square en bas de mon immeuble. J'essaie désormais de rempli...

Lire d'autres articles

Mêler informatique, politique et journalisme tu essaieras ! Voilà ce que m'a demandé un jour un monsieur ridé tout vert qui traînait dans un square en bas de mon immeuble. J'essaie désormais de remplir cette mission en tant que rédacteur pour Clubic. Je traite principalement de politique numérique tout comme de sécurité informatique et d’e-Business. Passionné de Star Wars, de Monster Hunter, d’Heroic Fantasy et de loisirs numériques, je collabore régulièrement à de multiples projets vidéo de la rédaction. J’ai également pris la fâcheuse habitude de distribuer aux lecteurs leur dose hebdomadaire de troll via la Clubic Week.

Lire d'autres articles
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires

Haut de page