Transducteurs : découvrez comment fonctionnent vos casques audio et vos écouteurs

Guillaume Fourcadier
Spécialiste Audio
27 mars 2022 à 16h24
12
Casque audio filaire

Nous parlons souvent d'écouteurs et de casques audio, mais connaissez-vous vraiment leur fonctionnement ? Savez-vous ce qui transforme un simple signal électrique en son ? On vous propose de faire le tour de la question et de découvrir en détail ces petits haut-parleurs que sont les transducteurs, en approchant aussi d'autres technologies de reproduction sonores.

Ce dossier s'organise en plusieurs parties de manière à vous proposer un aperçu relativement complet des technologies que l'on retrouve sur les casques et les écouteurs, des transducteurs les plus simples jusqu'aux plus étonnants.

Transducteurs de casques

Il convient de préciser en premier lieu que le terme « transducteur » désigne un élément transformant un type de signal en un autre type de signal. Dans le secteur audio, un transducteur désigne tout simplement le haut-parleur d'une enceinte ou la cellule d'un microphone.

Les transducteurs électrodynamiques : la base

La technologie dite électrodynamique englobe trois types de haut-parleurs parmi les plus répandus :

  • Électrodynamique : un terme exact mais imprécis pour désigner le type de haut-parleur électrodynamique le plus commun.
  • Planaire : aussi appelé « orthoplanaire », « orthodynamique » ou parfois « isodynamique ».
  • Armature équilibrée : technologie presque exclusivement présente sur les écouteurs.
Transducteurs de casques
Le haut-parleur électrodynamique "classique", archi-dominant sur les casques et écouteurs

Ce type de transducteur/haut-parleur repose sur l'un des principes physiques de l'électrodynamique. Rassurez-vous, point de calcul ou de notion trop avancée ici, nous resterons à la surface des choses pour décrire le principe.

Comme précisé plus haut, parler d'électrodynamique revient à évoquer sa technologie la plus courante (de très loin) plutôt que son principe fondamental, une imprécision, certes, mais une convention adoptée par le plus grand nombre. De fait, n'importe quelle enceinte ou casque classique fonctionne grâce à cette technologie reconnaissable à sa membrane ronde en forme de dôme.

Une base physique

Tout transducteur électrodynamique fonctionne avec un couple aimant/bobine, à la façon d’un moteur électrique dit linéaire. Dans un moteur rotatif, une bobine (accrochée à un axe) tourne dans un sens et dans un autre autour d'un enroulement d'aimants. Dans un moteur linéaire, cette bobine avance et recule, prise dans le champ magnétique d'une ligne d'aimants.

Transducteurs de casques et écouteurs
Un transducteur électrodynamique est une sorte de moteur éléctrique linéaire, qui n'est jamais qu'un moteur rotatif que l'on aurait mis à plat

L'action d'un transducteur dynamique utilise donc le couple aimant/bobine en jouant sur plusieurs principes de base de l’électrodynamique.

Tout d'abord, un matériau conducteur, parcouru par un courant électrique, génère un champ magnétique par induction. Celui-ci est négligeable (à basse tension) dans un câble, mais bien plus important dans une bobine, de par son agencement particulier. Inversement, une variation de champ magnétique à proximité d'un conducteur génère un courant électrique. C'est le même principe d'induction que celui de la charge sans fil.

Transducteurs de casques et écouteurs
Illustration d'un transducteur électrodynamique classique (modèle Tesla de Beyerdynamics), composé d'un aimant annulaire, avec une bobine placée directement dans un "sillon" afin d'être plongée au maximum dans ce champ. La bobine est fixée à une membrane, ce qui permet le déplacement d'air.

Mais ça ne fait pas tout le fonctionnement d'un haut-parleur électrodynamique : en effet, la bobine est plongée dans le champ magnétique d'un aimant. C'est là qu'entre en jeu le principe de la force de Laplace, soit une interaction entre le champ permanent de l'aimant et le champ variable créé par le courant alternatif (le signal audio) traversant la bobine. Cette interaction se traduit comme une force mécanique, d'attraction ou de répulsion. On considère, dans notre référentiel, que l'aimant est fixe et que seule la bobine se déplace.

Petite précision, pour ne pas confondre électromagnétisme et magie : l’électromagnétisme est une force et non une énergie. L’énergie est une variation de force, ici apportée par les variations (sens et intensité) de courant dans la bobine.

Transducteur main gauche
Illustration simple pour montrer le sens du déplacement d'une membrane (fixée à une bobine)

On peut illustrer ce mouvement mécanique par la « règle des trois doigts de la main gauche », qui permet de comprendre le sens du déplacement (voir illustration). Ce fonctionnement n'est pas forcément intuitif, mais il est valable pour toutes les familles de transducteurs électrodynamiques (planaires, armature, AMT, ruban).

Et le son ?

Il ne reste alors plus qu'à fixer/coller la bobine sur une membrane, elle-même fixée à la structure du haut-parleur afin de lui être asservie.

Transducteurs de casques et écouteurs
Très simplement, le déplacement de cette membrane, suffisamment rigide (rigidité ici améliorée par l'utilisation de structures particulières)

Le mouvement de la membrane (entraînée par le mouvement de la bobine), de 20 cycles à 20 000 cycles par secondes (20 Hz à 20 000 Hz, avec une amplitude plus ou moins grande), crée une agitation dans les molécules d'air. En d'autres termes : un son.

Contraintes

Nous avons là en théorie notre haut-parleur dynamique parfait. En pratique, énormément d'éléments sont à prendre en compte pour estimer sa qualité, allant de la disposition de la bobine au type de membrane, en passant par la rémanence de l'aimant permanent utilisé.

Les données constructeur évoquent en général trois points spécifiques :

  • La réponse en fréquence, que l'on devrait plutôt appeler la bande passante. Elle indique la gamme de fréquence couverte par le haut-parleur, par exemple 20 Hz – 20 kHz à - 3dB de tolérance. Cette dernière indique que le haut-parleur peut reproduire des fréquences de 20 Hz à 20 kHz, valeurs en-dessous (20 Hz) et au-dessus (20 kHz) desquels une baisse de plus de 3dB est constatée. En pratique, les marques prennent rarement en compte cette faible tolérance de 3 dB, et peuvent parfaitement mettre 20 Hz – 20 kHz comme 5 Hz – 100 kHz, même si cela n'est pas vérifié.
  • L'impédance soit la résistance de la bobine + le câble à un courant électrique alternatif. L'impédance donnée par les constructeurs est toujours relative à une fréquence de 1 kHz, et peut grandement varier suivant les fréquences. Elle dépend de nombreux facteurs, dont la longueur du fil constituant la bobine, le nombre de spires, le diamètre du fil, le matériau, etc.
  • La sensibilité : cette donnée s'obtient en mesurant l'intensité sonore du haut-parleur pour un signal de 1 mW aux bornes du transducteur, généralement mesuré à 1 kHz. Elle désigne, d'une certaine façon, son efficacité énergétique, à travers une valeur mécanique (en dB/mW). C'est une valeur encore plus générale car elle dépend de l'intégralité de la structure (incluant l'aimant) et non d'un seul élément comme la bobine.

Nous n'irons pas plus loin dans les détails techniques, certes très intéressants mais dont le développement serait laborieux pour ce seul dossier.

 Évolutions et variations

Ce principe aimant/bobine/membrane est la base du transducteur électrodynamique, introduit pour la première fois (officiellement) sur le casque Beyerdynamics DT48, à la fin des années 1930.

Technologie plus efficace que ce qui existait jusqu'alors, le principe électrodynamique reste encore de très loin le plus répandu à l'heure actuelle, et fut à l'origine d'innovations majeures : premier modèle stéréo (le Koss SP/3 en 1958), premier modèle ouvert (Sennheiser HD414 en 1968), et bien sûr les premiers modèles à réduction de bruit (Bose Aviation Headset et Sennheiser LHM 45 NoiseGuard vers 1987).

Transducteurs de casques et écouteurs
Premier casque (officiellement) de technologie électrodynamique, le DT48 de Beyerdynamics, ici dans une de ses premières éditions.

Sa force est clairement sa souplesse, puisque son principe peut se décliner des plus petits haut-parleurs d'écouteurs jusqu'à des tailles démesurées. La découverte des aimants en néodyme, bien plus efficaces que la ferrite ou l'alnico, a permis de démocratiser les casques nomades à partir des années 1980.

Le matériau utilisé pour les membranes a également changé au fil des époques. Cette membrane doit être, dans l'idéal, la plus fine et la plus légère tout étant la plus rigide possible. Evidemment, il n'y a pas de matériau parfait, c'est pourquoi énormément de genres coexistent. Parmi les plus répandus on trouve :

  • Plastique/polymère : famille la plus commune, que l'on retrouve du bas de gamme au très haut de gamme, parfois épaulée par un autre matériau en surcouche, type béryllium ou carbone amorphe.
  • Métal : aluminium, magnésium, parfois titane, et très rarement en pur béryllium (haut de gamme Focal). Ces membranes ont souvent des spécificités que l'on reconnaît presque immanquablement à leur signature sonore. Le titane, par exemple, donne généralement des pics peu maîtrisés dans les aigus.
  • Biocellulose : terme un peu générique et fourre-tout, qui peut aller de la membrane papier (peu efficace dans les aigus) ou bois, jusqu'à de la cellulose bactérienne (rarissime), en passant par de la fibre végétale (très courant). Des marques comme B&W apprécient particulièrement ce matériau.
Transducteurs de casques et écouteurs
Casque légendaire s'il en est, le MDR-R10 de Sony (1989) fut l'un des premiers à intégrer une membrane cellulose, en l'occurrence très avancée (cellulose bactérienne)

L'écueil principal du transducteur électrodynamique est qu'il n'a jamais connu de véritable révolution. Les avancées se font sur des détails et sur les à-côtés acoustiques.

Électrodynamique : tous les autres

Comme nous l'avions précisé, ce transducteur appelé « électrodynamique » n'est en fait qu'une disposition parmi d'autres. En effet, cette dualité aimant/bobine, avec exploitation des forces électromagnétiques, existe dans pratiquement tous les autres types de transducteurs. Ceux-ci sont plus rares, car souvent plus coûteux, plus spécifiques à une gamme de fréquence, ou tout simplement très contraignants. L'électrodynamique classique fonctionne parce qu'il est un compromis parfait.

Transducteur à armature équilibrée

Présents presque exclusivement sur certains écouteurs, ces étranges parallélépipèdes de métal n'étaient pas spécifiquement pensés, à la base, pour le domaine audio, mais sont à présent exploités pour la souplesse qu'ils autorisent.

On retrouve ici le couple aimant/bobine, mais agencé et utilisé différemment. Une petite armature métallique est placée en « équilibre » dans le champ d'un aimant, lequel va interagir avec le second champ créé par une bobine entourant l'armature, ce qui va faire osciller cette dernière. L'armature est fixée à une tige, elle-même fixée à une membrane.

Transducteurs de casques et écouteurs

Une petite chambre acoustique permet alors de diriger le son vers un tube métallique, que l'on prolonge généralement par un second tube en plastique jusqu'à la sortie des écouteurs.

Paradoxalement, le transducteur à armature, dans sa forme originelle, est plus vieux que le transducteur électrodynamique classique : son apparition remonte à la fin des années 1880. Le principe était globalement le même, avec une armature encore plus instable. Une intensité ridiculement faible suffisait à déplacer le couple membrane/tige, un défaut pour une utilisation audio, mais qui permit l'essor de téléphones « crystal phone » et de certaines radio, que la seule pression acoustique de la voix permettait d'alimenter en courant. Le transducteur était alors utilisé en microphone et non en haut-parleur (principe inverse donc).

Transducteurs de casques et écouteurs

 Ce type de transducteur présente quelques particularités :

  • Une très grande sensibilité (10 à 1 000 fois supérieure à celle d'un transducteur électrodynamique classique)
  • Une grande souplesse pour le filtrage et d'appairage : possibilité de création de structures multivoies et multi-transducteurs (séparation des gammes de fréquences entre plusieurs transducteurs)
  • Un coût de fabrication faible
  • Une efficacité certaines dans aigus, beaucoup moins pour les basses (petite membrane), ce qui limite cette technologie aux écouteurs

Transducteur planaire/orthodynamique

Autres représentants encore relativement classiques de la famille électrodynamique, les transducteurs planaires sont très proches des électrodynamiques de base, mais l'agencement des éléments qui les composent varie pour améliorer certains points.

Transducteurs de casques et écouteurs

De par la disposition de la bobine et de l'aimant, le transducteur électrodynamique classique possède des défauts impossibles à combler. La bobine, fixée sur une zone limitée de la membrane, ne peut pas faire bouger cette dernière dans son ensemble immédiatement. Il y a donc un décalage de propagation entre le point de fixation de la bobine et la périphérie de la membrane, ce qui affecte la linéarité de l'ensemble, en particulier dans les basses.

Le transducteur planaire, lui, prend le problème à l'envers et ne place pas de bobine dans le creux d'un aimant ; à la place c'est une bobine plane (réseau filaire) qui est intégrée sur l'ensemble d'une membrane, tout en disposant d'un large réseau d'aimant. Grâce à cela, la membrane du haut-parleur se fait alors plus réactive, linéaire, et potentiellement beaucoup plus large. Toute la membrane bouge en même temps, il n'y a pas de propagation à partir d'un point précis.

Transducteurs de casques et écouteurs

La difficulté ici est de parvenir à obtenir un champ magnétique puissant. La bobine plane est en effet assez éloignée des aimants et de leur axe dit « Nord-Sud ». Un large et lourd réseau d'aimants (souvent en barre) est donc nécessaire, généralement placé des deux côtés de la membrane pour optimiser sa force. Ce haut-parleur, plus lourd et complexe à régler, beaucoup moins sensible et donc plus difficile à alimenter, est à présent la technologie reine des casques HiFi haut de gamme.

Électrodynamiques particuliers

Pour être complets mais concis, nous pouvons encore évoquer deux autres types de transducteurs, un peu plus rares, tout de même utilisés dans les casques audios et écouteurs.

AMT : vive l'accordéon

Le transducteur AMT est un genre implémenté sur quelques rares casques audio comme les très vilain casque Ergo AMT ou le plus récent HEDDphone, ainsi que dans les écouteurs intras les plus chers au monde (les OBravo RA-c-cu à 10 000 $), mais cette technologie reste surtout utilisée en tant que tweeter pour les enceintes haut de gamme.

Transducteurs de casques et écouteurs
Proche du planaire à cause de la bobine plane, l'AMT mise sur une compression des différents plis et non sur un simple déplacement

Son principe est proche du transducteur planaire, puisqu'il intègre une bobine plane directement sur la membrane qui est ici plissée, comme un accordéon. Elle ne créé donc pas le mouvement d'air en avançant et en reculant, mais en se comprimant et se détendant. Le gros avantage de cette conception est sa capacité à expulser l'air extrêmement rapidement avec un mouvement minimum. Ce type de haut-parleur, là-aussi très lourd et difficile à alimenter, est particulièrement efficace dans les hautes fréquences, bien moins dans les basses fréquences.

Ruban : le faux jumeau ultra-aigus

Extérieurement, le transducteur à ruban ressemble à l'AMT. Mais ici, un élément plié et conducteur en aluminium, placé entre deux aimants, sert à la fois de membrane et de bobine plane. La membrane ne se compresse pas, elle avance et recule comme dans tous les autres électrodynamiques.

Ce type de transducteur peut monter très loin dans les aigus (sans trop problème autour des 30 kHz voire 50 kHz) et fait montre d'une linéarité impressionnante. C'est une des raisons pour lesquelles il est utilisé dans quelques microphones très haut de gamme et dans les tweeters d'enceintes.

Transducteurs de casques et écouteurs
Encore plus simple qu'un duo bobine/membrane, la membrane en aluminium joue également le rôle de bobine plane. Cette simplicité est également sa principale faiblesse : impédance proche de zéro, et sensibilité ridiculement faible.

À l'heure actuelle, le transducteur ruban n'est intégré, à notre connaissance, que dans un seul casque : le Raal Requisite SR1A. En effet, il souffre d'un problème assez simple : sa sensibilité ridicule, due à une faible induction, suppose qu'un tel casque nécessite une puissance démentielle pour fonctionner ; en outre, il demande un adaptateur spécial pour compenser une impédance proche de 0 (ce peut occasionner un court-circuit dans l'amplificateur).

Les autres transducteurs

Si le principe électrodynamique soit archi-dominant, il n'est pas le seul moyen de transformer un signal. D'autres genres de transducteurs, souffrant souvent d'énormes limites, existent.

Électrostatique : la reine audiophile

Popularisé par Stax dans les années 50, la technologie électrostatique sur casque repose sur un autre principe de répulsion/attirance.Cette fois, on abandonne le couple aimant/bobine pour un trio composé de deux électrodes et d'une membrane polarisée.

Transducteurs de casques et écouteurs
Un exemple de membrane électrostatique. Des électrodes ajourées, prenant en sandwich une membrane polarisée

Une membrane extrêmement fine est ainsi polarisée à une tension continue, entre quelques dizaines et plusieurs centaines de Volts suivant les modèles. De l'autre côté, des plaques métalliques perforées (électrodes) reçoivent l'audio sous forme de signal électrique, là-aussi à plusieurs centaines de volt (-200 V + 200 V par exemple), chacune ayant toujours une tension opposée à l'autre.

À l'image de la force de Laplace en électrodynamique, les intéractions électrostatiques se traduisent par une force mécanique exprimée par la loi de Coulomb. Selon celle-ci, deux charges statiques de même polarité se repoussent, deux charges statiques de polarité opposée s'attirent. La membrane polarisée, attirée et repoussée par les électrodes, crée donc un son en se déplaçant. Son extrême légèreté (aucune bobine pour l'alourdir), permet une réactivité extrême et une réponse très étendue dans les aigus. Toutefois, du fait de leur particularité, les transducteurs électrostatiques nécessitent des amplificateurs spéciaux qui ne sont presque jamais adaptés à une utilisation nomade.

Transducteurs de casques et écouteurs
Le Sennheiser Orpheus HE-1, successeur du HE90 sorti dans les années 90.

Assez rare, ce transducteur est pourtant iconique car il équipe le casque le plus cher du marché, le HE-1 Orpheus de Sennheiser.

Electret : l'électrostatique pratique

Vous avez peut-être déjà entendu parler d'écouteurs avec transducteur électrostatique, notamment sur des modèles haut de gamme, sans que cela ne nécessite d'amplificateur particulier. Dans un tel cas, les transducteurs sont des modèles dit à électret.

La différence est simple, la membrane est ici polarisée en permanence, tout comme nous utilisons des aimants permanents dans les modèles électrodynamiques. Ces dispositifs, plus petits, demandent également une tension plus faible aux bornes des électrodes (avec parfois un petit transformateur de tension en amont).

Transducteurs de casques et écouteurs
Parmi les transducteurs rois pour la reproduction des aigus sur écouteurs, les transducteurs à électret (ici de la marque Sonion) viennent en général avec un transformateur de tension (l'élément à droite).

Notons que les transducteurs à électret sont souvent utilisés dans les microphones. Leurs équivalents purement électrostatiques sont les modèles à condensateur, qui nécessitent l'utilisation d'une alimentation fantôme (entre 9V et 52V pour les micros modernes) pour la polarisation.

Piézoélectrique : faire tout, tout seul

Finis les principes de répulsions et d'attirance, les transducteurs piézoélectriques sont beaucoup plus simples. Ici, l'objectif est d'exploiter les propriétés de certains matériaux, principalement des quartz ou des céramiques, qui ont pour particularité de légèrement se déformer une fois soumis à un courant électrique. Ces déformations sont suffisantes pour créer un déplacement d'air et donc un son.

Transducteurs de casques et écouteurs
Illustration d'un transducteur piézo, dont le principe est de se dilater et se rétracter sous l'effet d'un courant électrique.

Malheureusement, le très faible volume d'air déplacé limite les transducteurs piézoélectriques aux hautes fréquences, c'est pourquoi on ne les retrouve en général qu'en tant que tweeter dans quelques écouteurs. Notons que ces transducteurs étaient très courants dans les appareils auditifs (écouteurs cristal) au cours des années 60-70, du fait d'un coût très faible. Ils ne sont en fin de compte pas particulièrement adaptés à l'écoute musicale.

Conduction osseuse

Très étrange, déjà assez connue grâce à des marques comme Shokz (anciennement AfterShokz), la conduction osseuse n'est pas un genre de transducteur à proprement parler, mais une technique générale de propagation du son.

Le principe est de transmettre une onde mécanique par les os de la mâchoire et du crâne, jusqu'à la cochlée, l'organe qui transforme les vibrations en information nerveuse. Très utilisé par certains malentendants puisqu'elle permet de se passer du tympan, la conduction osseuse est également intégrée dans des écouteurs sportifs, qui n'obstruent donc pas le canal auditif. Bien que les technologies utilisées soient rarement explicites, elles sont généralement un dérivé de l'électrodynamique. Quelques rares constructeurs haut de gamme exploitent également les transducteurs piézoélectriques en conduction osseuse, comme Unique Melody sur ses MEST.

Transducteurs de casques et écouteurs
Le transducteur à conduction osseuse d'un casque Shokz (anciennement Aftershokz), qui vient se plaquer contre le crâne

Plasma : celui qui n'existait pas

Si nous avons présenté des transducteurs très rares voire presque uniques sur des casques et écouteurs, le driver plasma, ou ionophone, reste le plus exotique, puisqu'il n'a jamais dépassé l'étape de prototype sur des casques audio. L'unique référence que l'on connaisse est un système appelé Plasmasonic. Côté enceinte, le transducteur plasma existent sur quelques rarissimes références en tant que tweeter ou « super-tweeter » (pour les fréquences au-delà de 20 kHz).

Transducteurs de casques et écouteurs
Jamais sorti, peut-être fonctionnel, le mystérieux système Plasmasonic aurait pourtant pu connaître un certain succès commercial.

La recette ? Générer un courant suffisamment important entre deux électrodes pour ioniser l’air, le rendant ainsi très conducteur. Dans cet état ionisé, l'air peut interagir avec un champ magnétique, vibrant comme le pourrait le faire une membrane. Sur le papier, l'absence de masse (membrane) permet d'outrepasser les limites rencontrées par d'autres technologie en termes de rapidité et d'amortissement. Cela autorise notamment des très hautes fréquences (jusqu'à 100 kHz), et ce, de manière suffisamment linéaire.

Plusieurs problèmes existent toutefois. Le premier est la limitation dans les basses fréquences, du fait du peu d'air déplacé. Le second, bien plus gênant, vient de la sécurité, notamment de l'ionisation de l'air (émission de plusieurs gaz). Il n'est donc pas si étonnant de constater que jamais un constructeur ne s'est hasardé à vendre un tel produit, et qu'aucun produit fait maison de ce type n'a jamais été vu en fonctionnement.

L'évolution technologique des transducteurs

On pourrait se contenter de penser que les casques audio et les écouteurs n'ont pratiquement pas évolué depuis des décennies. L'électrodynamique est si majoritaire qu'elle ne laisse que les miettes aux autres technologies. Pas étonnant, tant celle-ci est polyvalente, simple et peu coûteuse.

Pourtant, si le principe de base de la technologie est le même depuis 80 ans, l'électrodynamique a connu des améliorations à tous les niveaux, et c'est d'ailleurs certainement ce qui lui a permis de rester au goût du jour. Plus encore, des techniques autrefois peu efficaces, comme le sous-genre planaire ou les transducteurs à armature, sont largement arrivées à maturité et permettent de compléter les manques d'autres technologies, notamment en matière de miniaturisation. Le marché du true wireless, ainsi que le développement du marché de l'audition, poussent d'ailleurs de plus en plus vers la miniaturisation.

Alors, pas d'avenir en dehors de l'électrodynamique ? De nombreuses technologies sont en projet, comme l'utilisation de lasers (photoacoustique) pour transmettre des faisceaux sonores très précis. En l'état toutefois, difficile d'imaginer que le marché du casque et des écouteurs connaîtra un réel bouleversement dans les années à venir. Il faudrait pour cela une approche révolutionnaire, un genre qui détrône l'électrodynamique sur tous les points clés : bande-passante, rendement, coût, polyvalence (adapté aux casques et aux écouteurs). Et ce n'est pas si facile.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
12
10
Francis7
J’aime bien les articles didactiques genre ingénieur. <br /> J’avais des enceintes Sony où les hauts parleurs étaient tout à fait plats, de forme carrée et de profil ça ressemblait à un nid de guêpes ou une ruche d’abeilles. Si elles étaient bien placées, elles renvoyaient un son de caisson de basses qui vous remuait les tripes et remplissaient bien les oreilles. Un bonheur. Tout le monde était impressionné.<br /> Et si elles étaient mal placées, le son n’était pas terrible.<br /> Il faut mettre les enceintes dans des coins de la pièce.
saerdryl
j ai testé le planar c est fabuleux
stratos
techniquement non<br /> car une surface c’est +6 db dans les sub et bass freq<br /> Donc dans un coin +12db dans les sub et basse. Si c’est un plus sur un bureau ou pres du sol + 18 db dans les bass et sub.<br /> Donc deja ce gros problème, mais en plus par rapport à sa position par rapport au mur on a aussi une fréquence d’annulation, et plus il y a de mur proche plus la freq d’annulation est importante<br /> Si on a pas de sub, il faut en général placer entre 5 a 60cm max, et si on a un sub a ce moment c’est le sub qu’on place près du mur et les enceinte entre 60 a 2m<br /> sans parler de la dispersion sonore de chaque enceinte etc ou la si on est parfois 5° sous l’axe on a des trous de 10db dans les 2Khz,…<br /> Bref avant de se casser la tête sur ce genre de techno l’important est le placement et l’acoustique.<br /> monitorplacement-radiation-space930×1327 90.1 KB<br /> why-you-must-calibrate-your-audio-monitor-speakers-and-how-to-do-it-15-728728×410 25 KB<br />
Francis7
stratos:<br /> Bref avant de se casser la tête sur ce genre de techno l’important est le placement et l’acoustique.<br /> Oui, oui.
Francis7
Un détail : dans une autre installation, j’avais un caisson de basses Jamo Sub 650, le top du top à l’époque.<br /> Et bien des voisins de l’immeuble venaient me dire que ça fait trembler les murs et les portes de leur appartement, alors que je n’y entendais aucune différence chez moi. Il y avait aussi des voisines qui dansaient près de chez moi. <br /> Conclusion : Le caisson de basses était mal placé et puis il n’y avait pas d’autre moyen, alors je l’ai vendu.
lobo41
Article intéressant qui n’évitera pas l’utilisation par beaucoup, de daubes diverses pour écouter de la « musique » à partir de leur smartphone à plusieurs centaines d’Euros.
vallembreuse
Et ça … en soi … Ce n’est pas ton problème ! La sensibilité auditive n’est pas la même chez tout le monde.<br /> Et le portefeuille calme vite les ardeurs.<br /> La recherche du saint graal en terme de perception sonore est réservée à une niche.
Francis7
J’ai des écouteurs Sennheiser d’un ancien baladeur qui ont bien 20 ans et des Sony du smartphone. Ils me servent surtout à écouter des visios au travail.<br /> Chez moi, c’est un casque HIFI Sony sans fil Radio-Fréquences et non Bluetooth que j’utilise sur l’ampli Sony.
LedragonNantais
Ça c’est un super article, qui change des truc techno habituel. J’ai eu la chance à la boutique son-video Nantes de tester le Meze Empyrean, un magnétique planaire fait main à 3000 balles. J’étais pas prêt, vraiment pas. Daft Punk, ACDC, Iron Maiden, MJ. le mec m’a passer plein de truc pour me montrer, c’est dingue comme tu redécouvre la musique.<br /> Après y a des planaires moins chères c’est sur, mais c’est plusieurs centaines d’euro minimum quand même. Pour un audiophile, ça vaut le coup.
Nymoi
Du coup, haut-parleur devrait se dire bas-parleur, wharf !
zigomatx
Cool, cet article !!! Bien réalisé !
libero78
Top l’article, je l’ai trouvé intéressant et très instructif. Je rejoins les avis sur le fait que « l’oreille » de chacun peut apprécier différemment un même équipement ou son. C’est comme le goût <br /> Cependant, avec du « bon » matériel, on peut éduquer notre oreille pour qu’elle apprécie à sa juste valeur un équipement sérieusement construit.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Les AirPods Pro 2 dès cette année, mais sans passer à l'USB-C ?
Sony lance les LinkBuds S, des WF-1000Xm4 simplifiés mais next-gen... et brouille encore les pistes
On connaît le prix des Google Pixel Buds Pro en France... et c'est une bonne surprise !
Après sa
Turtle Beach dévoile une oreillette-micro gamer pour smartphone et ordinateur
Cette barre de son Sony voit son prix diminuer de plus de 100€ !
Sony WH-1000Xm5 : le roi des casques nomades révolutionne enfin son design et perfectionne sa technologie
Officiellement abandonnés par Apple, les iPod sont déjà en rupture de stock
Workspace, Google Assistant, Android 13, Pixel 6A, Pixel Buds Pro : ce qu'il faut retenir de la Google I/O 2022
Pixel Buds Pro : Google annonce ses nouveaux écouteurs sans-fil à réduction de bruit active
Haut de page