De l'art de composer ses photographies

Par
Le 21 octobre 2005
 0

Composez en post-traitement

Si ce n'est déjà fait, vous le remarquerez bien vite à l'usage : il est beaucoup plus rapide et beaucoup plus gratifiant de travailler sa composition au moment de la prise de vue. Plus rapide, car lorsque l'on doit post-traiter - disons une cinquantaine de photos à la suite d'une sortie ou d'un week-end -, on a déjà bien assez à faire avec les retouches basiques certes, mais si importantes pour finir de « révéler » les images à savoir : luminosité, contraste et netteté. Le propos n'est pas ici d'expliquer ces retouches basiques, mais bien de parler en quelques mots de celles - plus conséquentes -, qui portent directement sur la composition. Nous disions donc qu'il est long de retoucher la composition d'une photo, et que c'est se rendre un grand service que de faire le maximum du travail à la prise de vue. Néanmoins, il est des cas où - quelle qu'ait été la bonne volonté du photographe -, un peu de post-traitement s'impose. C'est typiquement le cas lorsque :
  • L'objectif que l'on a utilisé est « trop court » : recadrer dans ce cas permet d'obtenir la vue plus rapprochée que l'on souhaite.
  • L'image inclut des éléments parasites qui gênent sa lisibilité.
  • On a photographié un bâtiment sous un angle qui a créé des obliques : il est possible en post-traitement de reconstituer la vue de face que l'on n'a pu saisir sur le moment.

À noter :
Si vous ne disposez pas de logiciel de retouche :
  • Jetez un œil sur celui qui vous a été livré avec votre appareil. Très simple, il vous permettra de vous faire la main sur des retouches basiques.
  • The Gimp est un logiciel très puissant, qui plus est gratuit et en français ! À essayer avant de se tourner vers les ténors incontournables (et très chers au moins pour le premier des deux) du secteur : 107 Photoshop et Paint Shop Pro.

Améliorer le cadrage

Le recadrage est la pratique la plus courante et en même temps la plus simple pour améliorer la composition d'une photo. On recadrera comme nous l'avons dit pour compenser un objectif trop court, mais aussi pour parfaire la composition d'une photo prise sur le vif.

Diminuer la taille de l'image réduit les possibilités d'impression par la suite : une image issue d'un appareil équipé d'un capteur de 5 millions de pixels en qualité fine et à la résolution maximale permet de réaliser sans problème des tirages de 20 x 30 cm. En 800 x 600 pixels, l'image se prêtera parfaitement à l'affichage sur le web et à l'envoi par email. Elle sera en revanche insuffisante pour l'impression.

0000009600148681-photo-compo-recadrage.jpg

La première photo en 3 008 x 2 000 pixels peut être imprimée sans problème en 30x20 cm.
Mais malgré le caractère agréable de la scène, on n'aura pas vraiment envie d'un tirage de cette photo trop vide.


0000009600148680-photo-compo-recadrage.jpg

Avec un recadrage, le résultat est beaucoup plus convaincant.
Mais la photo ne fait plus que 800 x 600 pixels : idéal pour l'affichage, mais insuffisant pour l'impression.

À savoir :
  • La plupart des appareils disposent d'une fonction « recadrage ». En mode lecture et au moyen de la commande de zoom, vous pourrez améliorer le cadrage de vos images directement depuis l'appareil. Cette manipulation est intéressante si vous voulez imprimer ou envoyer vos photos sans passer par l'étape PC.
  • Si votre objectif est trop court, vous pouvez aussi utiliser le zoom numérique. Mais les résultats sont dans ce cas inférieurs à ce que permet un recadrage, car l'appareil opère par interpolation en inventant les pixels qui lui manquent : l'image perd alors en netteté.
  • Certains appareils Panasonic (FX9, FZ30, LX1) disposent de l'« Extra Optical Zoom ». Cette extension du zoom optique recadre l'image en utilisant la partie centrale. Ainsi, le FZ30 dispose d'un zoom 15,3 x pour des images à 5 millions de pixels et de 19,1 x pour des images à 3 millions de pixels.
  • Pour connaître la taille d'impression maximale d'une photo, il suffit de simuler une impression en 300 dpi dans un logiciel de retouche.
  • Parfois, un simple effet miroir peut suffire à améliorer une composition.

0096000000148625-photo-compo-sans-split.jpg
0096000000148626-photo-compo-split.jpg

Inverser le sens de l'image peut suffire à l'équilibrer.


Réduire les éléments parasites

Un passant décidément pas décidé à sortir de notre champ de vision, un éclairage de secours dans une pièce d'un ancien château, etc. : voici autant d'éléments qui nuisent à la lisibilité de l'image et que l'on pourra parfois éliminer avec un grand profit.

0000009600148791-photo-compo-retouches.jpg
0000009600148790-photo-compo-retouches.jpg

Avant et après recadrage et suppression de pétales fanés : le retrait d'un élément parasite contribue à épurer une composition.


À noter :
  • Mieux vaut ne pas toucher à l'image que de faire une retouche voyante ! Choisissez vos outils en fonction de votre degré de maîtrise et affinez votre technique avant de vous lancer dans des retouches conséquentes.
  • Certains éléments a priori parasites peuvent au contraire être intéressants, par leur caractère graphique par exemple.

0096000000148801-photo-compo-lignes.jpg

Ici, les fils électriques accentuent le côté graphique de la composition.


Réduire les distorsions

Les photos d'architecture sont les plus sujettes aux distorsions. Une fenêtre dont les bordures deviennent courbes, des droites qui se transforment en lignes de fuite lorsque l'on photographie d'en bas ou de côté... tout cela se corrige.

0096000000148619-photo-compo-redressement.jpg
0096000000148620-photo-compo-redressement.jpg

Redressez les droites à l'aide de l'outil « correction géométrique », puis recadrez.

0096000000148472-photo-compo-chaussures.jpg

Une fois la perspective supprimée, l'image ne trahit plus le point de vue en contre-plongée d'où elle a été prise.


À noter :
  • Corriger des distorsions à un impact sur la taille de l'image. Plus la distorsion corrigée est importante, et plus la portion utilisable de l'image sera réduite.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
scroll top