De l'art de composer ses photographies

le vendredi 21 octobre 2005
Portraits et paysage sont les deux principaux cas d'école de la photographie ou de la peinture. Voici quelques règles pour les aborder.

Les paysages

Il est à propos de rappeler une règle simple évoquée dans notre précédent dossier. Pour bénéficier d'une grande profondeur de champ (zone de netteté qui se répartit de part et d'autre du sujet, à raison d'1/3 devant le sujet, 2/3 derrière), il faut opter pour une petite ouverture (f/11 par exemple). Pour avoir une zone de netteté plus limitée, il faut privilégier une grande ouverture (f/2,8 par exemple).

Choisissez votre objectif

Toutes les focales peuvent être utilisées en paysage, avec à chaque fois un résultat spécifique.
  • Un grand-angle permettra d'embrasser un vaste espace et de bénéficier d'une zone de netteté étendue, qui va souvent du premier à l'arrière-plan. Comme en photographie de portrait, cet objectif va permettre d'inscrire le sujet (une maison, un arbre...) dans son environnement.
  • Un téléobjectif permettra quant à lui d'aller chercher un détail significatif dans un paysage et éventuellement de composer de façon plus abstraite : mouvements de sillons, juxtaposition de cultures de couleurs variées, etc. Avec un téléobjectif, la zone de netteté est plus réduite et il est facile d'en tirer parti en plongeant une partie de l'image dans le flou (en particulier le premier ou l'arrière-plan).

À savoir :
  • Utilisez le testeur de profondeur de champ de votre appareil - s'il en dispose - pour identifier les parties situées dans et hors de la zone de netteté.
  • Il existe une exception à la règle qui demande de décentrer le sujet, et on la retrouve particulièrement en photographie de paysage : les reflets.

0096000000148804-photo-compo-reflet.jpg

Lorsque l'on a des reflets, on peut retrouver une composition moitié / moitié.


Jouez avec les différents plans

Les paysages ont la fâcheuse tendance de nous amener à inclure beaucoup de vide dans la composition : typiquement des champs sans fin au premier plan et un ciel sans matière pour les lointains. Même si l'élément que vous souhaitez photographier a un réel intérêt - une église charmante, un arbre à la floraison remarquable - cela ne suffira pas à faire une bonne photo.

Les arrière-plans
Les arrière-plans permettent également de créer une impression de profondeur. Dans le cas d'un paysage montagneux, d'une photo prise d'un point de vue dégagé, les plans peuvent être multiples et se décliner presque à l'infini. Le dégradé de couleurs sous lequel ils se présentent (du plus sombre vers le plus clair en direction de l'horizon) a une portée graphique non négligeable.

Les premier plans
Une fleur, des branchages, des rochers... autant d'éléments que l'on peut placer au premier plan dans un paysage, et qui contribueront à meubler le vide du premier plan. Vous pouvez indifféremment - au moyen de l'ouverture choisie et de la zone de mise au point -, les inclure ou non dans la zone de netteté. Un élément flou au premier plan habillera le devant de l'image avec légèreté. Un élément net permettra quant à lui au regard de se divertir.

0096000000148482-photo-compo-paysage.jpg

Placez des éléments au premier plan pour éviter les zones vides et monochromes.


À savoir :
  • Évitez les premiers plans trop massifs.
  • Ne placez pas votre sujet au premier plan.
  • Lorsque le ciel présente un intérêt majeur (de beaux nuages, un coucher de soleil, un arc-en-ciel...) optez pour 2/3 à son profit.

0000009600148793-photo-compo-ciel.jpg

Un beau ciel mérite qu'on lui accorde de l'espace.


  • Utilisez les éléments qui vous entourent pour créer un cadre « naturel » à votre photographie.

0000009600148485-photo-compo-village.jpg

Les feuillages, les troncs d'arbres... beaucoup d'éléments peuvent être utilisés pour mettre en valeur le sujet.


Donnez des indications d'échelle

La photographie de paysage peut être l'occasion de montrer des étendues immenses et des lieux peu familiers. Si c'est le cas, vous pouvez placer dans votre composition des éléments connus qui viendront donner une indication d'échelle pour des paysages ou des lieux peu familiers. Plus généralement, lorsque l'on est dans l'infiniment grand ou petit et / ou que l'on frôle l'abstraction, la présence d'un élément familier (la silhouette d'une personne...) peut permettre au spectateur de trouver la « clef » de l'image.

0000009600339634-photo-guide-composition-paysage.jpg

Un élément connu contribue à donner une indication d'échelle
Modifié le 01/06/2018 à 15h36