Le Pentium M s'invite dans nos PC de bureau

26 mai 2005 à 17h20
0

DFI 855GME-MGF

Le taiwanais DFI a été le premier constructeur à proposer une plate-forme Pentium M dédiée au monde du bureau. Au format microATX, la carte en question répond au doux nom de 855GME-MGF et arbore un PCB noir. Pentium M oblige, DFI a équipé sa carte d'un chipset traditionnellement réservé aux Ordinateurs Portables en l'occurrence l'Intel i855GME. Ce chipset s'il a le mérite de supporter pleinement les Processeurs Pentium M et Celeron M accuse tout de même le poids des années et cela se ressent principalement au vu de ses caractéristiques plutôt limitées. Il n'est ainsi pas question de PCI-Express mais simplement d'AGP 4x alors qu'officiellement le front side bus maximal est de 400 MHz. La carte de DFI permet heureusement de passer outre cette limitation et via un petit jumper on peut exploiter les processeurs Dothan en FSB533. Mais le plus gros point noir du chipset vient probablement de la gestion plutôt empirique de la mémoire, du moins sur le papier. Pas question ici de dual channel, de DDR2 ou même de DDR400 ! En effet, le chipset, et donc la DFI 855GME-MGF, se borne au support de la DDR333 et l'on se contentera de seulement deux connecteurs mémoire pour accueillir un maximum de 2Go de mémoire. On soulignera au passage que l'installation d'une carte graphique AGP aura de fortes chances de gêner l'accès aux barrettes mémoires. Pas très sexy donc, même si là encore les ingénieurs de DFI ont conçus le BIOS pour faciliter l'overclocking de la mémoire. Ainsi avec un Pentium M à FSB400 on peut aisément exploiter de la DDR400 mais les choses se corsent si vous utilisez un Pentium M pourvu d'un FSB533. Ici le recours à un ratio engendre une désynchronisation du FSB et du bus mémoire ce qui s'avère pénalisant pour le cœur graphique intégré au chipset. En effet si votre système sera parfaitement stable en utilisant un ratio fixant la mémoire à 220 MHz et le FSB à 133 MHz (4x133), le cœur graphique perdra lui totalement les pédales en 3D engendrant des crashs ou l'apparition d'artefacts avec la plupart des jeux.

0000014000129878-photo-dfi-855gme-mgf-1.jpg

Carte mère DFI 855GME-MGF

Autre écueil, le chipset a recours à un southbridge plutôt anachronique DFI ayant étrangement sélectionné un composant serveur l'Intel 6300ESB. La conséquence de ce choix se matérialise par la présence d'un port PCI-X totalement inutile pour le commun des mortels alors que le support de l'USB 2.0 est lui limité à quatre ports. Le southbridge prend tout de même en charge le bus PCI et deux ports à cette norme viennent compléter le connecteur AGP déjà présent sur la carte. Notez que le Serial-ATA est également supporté et l'installation de Windows XP directement sur un disque Serial-ATA ne pose aucun souci. Par contre, une fois Windows XP Service Pack 2 installé, le contrôleur IDE apparaît avec un point d'exclamation jaune dans le gestionnaire de périphériques et il faut réinstaller ses pilotes pour avoir accès aux unités IDE. L'Intel 6300ESB propose également la prise en charge des modes RAID 0 et RAID 1 sur les ports Serial-ATA.

0000011800129879-photo-dfi-855gme-mgf-2.jpg
0000011800129880-photo-dfi-855gme-mgf-3.jpg

Carte mère DFI 855GME-MGF : détails

Pour ce qui est des autres caractéristiques la carte embarque un contrôleur réseau Realtek RTL8110S de type Gigabit Ethernet ainsi qu'une puce VIA pour la gestion du FireWire et un codec Realtek ALC655. On retrouve également deux ports Serial-ATA, deux connecteurs IDE, un connecteur floppy alors que la connectique arrière regroupe pêle-mêle deux ports PS/2, un port série, un connecteur VGA, quatre ports USB 2.0, un port parallèle, un port FireWire, un connecteur RJ45 et une rampe audio de trois connecteurs minijack. Question refroidissement, DFI a opté pour une solution totalement silencieuse : le northbridge et le southbridge étant tous deux recouverts d'un radiateur. Les ventilateurs pour Pentium M n'étant pas courant, DFI livre sa 855GME-MGF avec un ventirad de taille plutôt compacte. Quand on le sort de sa petite boîte on se dit qu'il va avoir bien du mal à ventiler le Pentium M et pourtant il y arrive... Exit le cuivre, exit le heat pipe, le ventirad Pentium M de DFI est un simple radiateur en aluminium rappelant celui des anciens Pentium sur lequel trône tout simplement un ventilateur. Hélas, le ventilateur retenu s'il est efficace, s'avère plutôt bruyant ce qui pourrait poser problème si vous souhaitez utiliser la solution DFI dans un mini PC...

0000011800129881-photo-dfi-855gme-mgf-4.jpg
0000011800129882-photo-dfi-855gme-mgf-5.jpg

DFI 855GME-GMF : Socket et ventirad

Revenons-en au cœur graphique intégré qui en un mot comme en cent est un véritable désastre ambulant. À peine compatible avec DirectX 8.0 la partie graphique de l'i855GME opère à 133 MHz et ne fonctionne convenablement qu'en mode 2D. Il faudra oublier la notion même de jeu vu que sur six de nos tests, même des jeux pourtant anciens comme Splinter Cell premier du nom, plantent sans ménagement. La carte graphique s'imposera donc comme une évidence d'autant que DFI n'a pas prévu la moindre sortie vidéo. Côté BIOS enfin DFI propose tout l'attirail conventionnel avec réglage des ratios mémoire, des temps de latence, possibilité de fixer les fréquences PCI et AGP ou bien encore le changement des voltages pour le processeur mais pas pour la mémoire. On retrouve également une fonction pour modifier le coefficient multiplicateur du CPU ainsi que la possibilité d'ajuster MHz par MHz la fréquence du FSB.

DFI 855GME-MGF

Les plus
+ Bonnes performances
+ Overclocking facile
Les moins
- Prix élevé
- Ventirad un brin bruyant
- Southbridge vieillot - PCI-X inutile
Performances
Fonctionnalités
Fiabilité
3
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Pour le patron de Take Two (GTA, BioShock), Stadia est une déception
« Il est temps de briser Amazon » : quand Elon Musk se paie Jeff Bezos
La Maison-Blanche s'en prend aux pays qui taxent les géants numériques américains
Microsoft licencie des dizaines de journalistes, remplacés par des robots
Citroën prépare une nouvelle berline hybride haut de gamme pour 2021
L'Allemagne impose une borne de recharge pour véhicules électriques dans chaque station-service
Gaia-X : le projet européen de cloud computing visant à concurrencer la Silicon Valley se précise
La Poste déploie l'Identité Numérique, un service pour se connecter à 700 services avec un identifiant unique
Les employés de Facebook s'insurgent contre le refus de Zuckerberg de censurer les posts de Donald Trump
ITER : le premier élément du Tokamak est installé
scroll top