Corsair TwinX1024-3200XL Pro

22 juin 2004 à 18h25
0
00059460-photo-logo-corsair.jpg
Vous pensiez avoir tout vu en matière de mémoire DDR ? Vous pensiez qu'au-delà des timings les plus agressifs offerts par les barrettes les plus élaborées il n'était pas possible de faire mieux ? Détrompez-vous ! Corsair, fabricant dont la réputation et la renommée ne sont plus à faire a surpris son monde en lançant il y a quelques semaines une nouvelle gamme de barrettes mémoires baptisées 'XL'. Non ces barrettes ne sont pas extra larges, la signification de leur doux surnom étant à chercher du côté de l'anglicisme X-treme Low Latency, pour temps de latence extrêmement bas en français dans le texte. Corsair qui proposait jusqu'à présent de la mémoire LL avec des temps de latence déjà agressifs, fait ici encore mieux avec sa récente gamme XL certifiée en 2-2-2 pour une fréquence de 200 MHz.

Quelques jours après cette annonce inattendue, Corsair a été rapidement rejoint par ses concurrents, au premier rang desquels figure OCZ visiblement désireux de ne pas laisser un de ses rivaux faire cavalier seul. Il faut dire que la gamme XL de l'américain s'adresse à sa cible de prédilection, celle des overclockers et autres utilisateurs avancés prêts à sacrifier leurs tirelires pour quelques FPS gagnées sous leurs jeux favoris. Historiquement, cela faisait un bail qu'aucun constructeur ne s'était risqué à lancer des mémoires avec de tels timings faute de puces adéquates depuis l'épuisement des mythiques Winbond BH5. Corsair tente donc de remettre au goût du jour les barrettes hautes performances avec ses TwinX 3200 XL sur lesquels nous nous penchons aujourd'hui.

0000012C00091857-photo-corsair-twinx3200xl-pro.jpg

Présentation des Corsair TwinX1024-3200XL Pro

Comme pour chacune de ses gammes, Corsair décline sa mémoire XL en versions standard et Pro, cette dernière étant celle qui nous préoccupe aujourd'hui. Si la version standard est disponible en éditions 512 ou 1024 Mo, la version Pro n'est disponible qu'en 1024 Mo. Outre ces considérations quantitatives, la Corsair TwinX 3200 XL Pro se distingue du modèle standard par la présence d'un dispositif composé de diodes permettant de visualiser en temps réel l'utilisation de la mémoire. Physiquement, les barrettes se présentent avec un radiateur métallique noir de taille imposante, hébergeant sur son sommet deux rangées de neuf diodes clignotant au gré de la consommation mémoire. Gadget, ce vue-mètre séduira tout de même certains passionnés de tuning, mais comme quelques tests l'ont démontré avec brio il est loin de représenter en temps réel la charge effective des puces mémoires.

000000FA00091876-photo-corsair-twinx3200xl-pro-2.jpg

Au-delà de ce gadget il faut savoir que Corsair fait ici appel à des puces DDR de sixième génération signées Samsung. Abondamment revêtues de pâte thermique les puces sont au nombre de 16, pour une barrette de 512 Mo. XL oblige, Corsair a programmé le SPD de manière à ce que le BIOS de votre carte mère utilise par défaut les timings les plus agressifs à savoir 2/2/2/5. Cette fonction baptisée "Plug'n'Frag" par Corsair n'est pas toujours efficace puisque sur notre plate-forme Abit, la configuration de la CAS latency était réglée par défaut sur 2.5, au lieu de 2. Toutefois nous n'avons pas buté sur ce genre de problèmes avec notre carte Asus P4C800. Question voltage, Corsair utilise ici une tension de 2.75v.

000000DC00091872-photo-corsair-twinx3200xl-pro-cpuz.jpg

Corsair TwinX1024-3200XL Pro vues par CPU-Z


De l'importance des timings

Pour bien comprendre l'intérêt des mémoires XL, il nous faut revenir sur quelques principes de base. Trop souvent certains croient à tort que la fréquence est le paramètre déterminant lorsque l'on considère les performances d'une mémoire. C'est faux, puisque les timings, ou temps de latence, sont en vérité les plus influents. C'est ainsi qu'une barrette cadencée à 200 MHz avec des timings agressifs pourra être plus performante qu'une barrette fonctionnant plus rapidement (à 250 MHz par exemple) au prix de temps de latence plus élevés. Pour déterminer les caractéristiques d'une puce, on distingue quatre paramètres qui sont le tCAC, le tRCD, le tRP et le tRAS. Ces valeurs, exprimées en nanosecondes, sont utilisées avec une autre donnée (le tCLK) pour calculer les temps de latence d'un composant. On obtient ainsi le CAS Latency, qui est le paramètre influant le plus sur les performances, mais aussi le RAS to CAS delay, le RAS Precharge Time ou le RAS Active Time. Corsair certifie donc que ses TwinX 3200 XL peuvent fonctionner en 2-2-2-5.

Par rapport aux TwinX 3200 LL, l'amélioration apportée tient donc à première vue au paramètre RAS Active Time qui passe de 6 à 5. Cette diminution aura bien sûr un effet positif pour les performances, mais il faut savoir que le RAS Active Time est le paramètre qui affecte le moins les performances. Dès lors on peut se demander où est l'intérêt des TwinX XL. En fait, leur intérêt principal vient du fait qu'elles sont capables de fonctionner avec des timings très agressifs y compris dans les hautes fréquences. Corsair n'hésite pas à indiquer que ses barrettes peuvent fonctionner à une fréquence de 250 MHz pour des timings très agressifs de 2.5-3-3-7 là où les barrettes dites spécialisées affichent des timings plus proches des 3-4-4-8. Sur le papier les Corsair XL promettent donc à l'utilisateur de pouvoir cumuler le meilleur des deux mondes en ayant à la fois des timings agressifs et une fréquence de fonctionnement élevée et c'est bien là tout leur intérêt.

000000C800059918-photo-corsair-twinx-xms-pro-led-activity-lights.jpg



Synchrone ou Asynchrone ?

L'utilisateur désireux d'overclocker son système dispose de deux options différentes. Soit il opte pour un fonctionnement de son système en mode synchrone avec une vitesse du bus processeur identique à celle du bus mémoire, soit il opte pour un fonctionnement asynchrone où la vitesse du bus mémoire est inférieure à celle du bus processeur. Jusqu'à présent la deuxième solution recueillait de loin les faveurs des overclockers acharnés puisqu'elle permettait de disposer des meilleures performances grâce à la non dégradation des temps de latence. Avec l'arrivée des Corsair XL, les modes synchrone et asynchrone se voient remis en question, les barrettes offrant dans les deux cas des temps de latence extrêmement faibles. Il sera donc intéressant de voir dans ce test quel mode il faut privilégier avec cette nouvelle race de barettes. Une chose est cependant acquise, les Corsair XL risquent de cannibaliser les TwinX PC4000 proposées par la même marque...

Avant de nous pencher sur les performances obtenues en utilisant diverses combinaisons, il faut souligner que nous avons pu faire fonctionner notre système en mode synchrone avec un FSB de 220 MHz et des timings on ne peut plus agressif de 2-2-2-5. Hélas, malgré une augmentation du voltage DDR, le système n'était pas assez stable et nous avons du redescendre à une FSB synchrone plus modeste de 215 MHz pour conserver les timings précédemment énnoncés.
00051152-photo-configuration-compl-te.jpg
Pour tester les performances des nouvelles barrettes Corsair nous avons utilisé une plate-forme supportant convenablement l'overclocking. Après avoir bataillé avec une P4C800 Deluxe fort peu collaboratrice, nous avons finalement opté pour une Abit IC7-Max3 aux talents beaucoup plus prononcés lorsqu'il s'agit d'overclocking. Le détail de la configuration employée figure ci-dessous :
  • Abit IC7-Max3 - BIOS 1.6,
  • Intel Pentium 4 3.2 GHz ES cadencé à entre 2.8 et 3.5GHz,
  • Disque dur Maxtor 80Go 7200RPM UDMA133,
  • Sapphire Radeon 9800XT
Fonctionnant sous Windows XP Professionnel Service Pack 1 notre système exploitait les derniers Drivers disponibles à la date du test. En sélectionnant un processeur 'Engineering Sample', certes non disponible dans le commerce, nous pouvons abaisser le coefficient multiplicateur pour le bloquer à une valeur de 14 (au lieu des 16 par défaut) afin de pratiquer, sans encombre, divers niveaux d'overclocking en vue de correctement mesurer l'impact des latences dans diverses conditions. Pour conduire ces tests nous avons utilisé trois fréquences de bus différentes : 200 MHz, 215 MHz et 250 MHz (en synchrone et asynchrone). Notez que nous n'avons pas pu dépasser les 250 MHz en mode synchrone les dernières nées de Corsair semblant éprouver quelques difficultés à allez au delà...

Partant d'un constat relativement simple et pourtant diablement logique (plus le FSB est élevé, meilleures sont les performances), nous avons choisi pour chaque test de réaliser trois graphiques différents en fonction du réglage de ce FSB. Cela permet de rendre les choses plus claires et ainsi de comparer ce qui est effectivement comparable.

FSB 200

00091965-photo-corsair-3200xl-quake-iii-1.jpg

En FSB 200, les nouvelles barrettes de Corsair prennent naturellement la tête avec un avantage décisif sur leurs homologues les TwinX 3200LL. Le gain prodigué par le passage à des temps de latence plus agressifs atteint ici 3.5%.


FSB 215

00091966-photo-corsair-3200xl-quake-iii-2.jpg

En montant le FSB de quelques mégahertz, on parvient à conserver des temps de latence agressifs. Si nous avons pu faire fonctionner les TwinX 3200XL en 2-2-2-5 avec un FSB de 220 MHz le système n'était hélas pas suffisament stable pour exécuter les tests, et ce malgré l'augmentation de la tension mémoire. A cette fréquence, où nous maintenons un fonctionnement synchrone, les Corsair 3200XL ont naturellement l'avantage sur les LL avec un gain 2%.


FSB250

00091967-photo-corsair-3200xl-quake-iii-3.jpg

En faisant atteindre à notre bus processeur les 250 MHz nous bénéficions, en mode synchrone, d'une bande passante plus large. On pourrait alors penser que cet apport de bande passante ait un impact plus significatif sur les performances que le seul abaissement des temps de latence. Ce n'est pas le cas puisqu'en mode asynchrone, où les latences sont de 2-2-2-5 avec un bus mémoire limité à 200 MHz, les performances obtenues restent supérieures à celles du mode synchrone. Ceci tend à confirmer l'impact majeur des temps de latence sur les performances globales d'un système. En configuration asynchrone, le gain apporté par les TwinX 3200 XL face au modèle LL est de l'odre de 3%, reléguant au passage les Corsair TwinX 4000 à la dernière place.

FSB 200

00091974-photo-corsair-3200xl-pcmark-1.jpg

En bonne intelligence, les TwinX 3200 XL affichent des performances meilleures que les 3200 LL avec un FSB cadencé à sa vitesse normale de 200 MHz. Le gain est ici de 2%.


FSB215

00091975-photo-corsair-3200xl-pcmark-2.jpg

Le passage à une valeur de 215 MHz pour le front side bus, ne bouleverse pas fondamentalement nos observations et le graphique se passe de commentaires. Les TwinX 3200XL conservent la tête du peloton avec un avantage de 1.7% sur les 3200LL.


FSB 250

00091982-photo-corsair-3200xl-pcmark-3.jpg

Avec un processeur flirtant autour des 3.5 GHz nos Corsair TwinX 3200 XL ne se démontent pas et offrent toujours les performances les plus élevées (en mode synchrone) devant les TwinX 4000. PCMark étant un outil synthétique, les TwinX 4000 parviennent tout de même à devancer les TwinX 3200XL & LL lorsque celles-ci fonctionnent en asynchrone, le logiciel de test étant moins sensible aux temps de latence qu'un jeu comme Quake III.

FSB 200

00091971-photo-corsair-3200xl-sisoft-1.jpg

SiSoft Sandra mesurant principalement la bande passante, l'amélioration des temps de latence n'a que bien peu d'effet sur les résultats comme on peut le voir ci-dessus.


FSB 215

00091973-photo-corsair-3200xl-sisoft-3.jpg

Même constat avec le passage à 215MHz du FSB...

FSB250

00091972-photo-corsair-3200xl-sisoft-2.jpg

Ici la donne n'évolue guère et nous observons tout d'abord une infime différence entre les TwinX 3200LL et les TwinX 3200XL, à la faveur de ces dernières, en mode asynchrone. En fonctionnement synchrone les TwinX 3200 XL conservent la tête face aux TwinX 4000 avec un gain de performance somme toute limité.

FSB 200

00091968-photo-corsair-3200xl-memtach-1.jpg

MemTach plaide clairement en faveur des TwinX 3200XL où le résultat MemCpy souligne un gain de 12% face aux TwinX 3200LL. Plus prosaïquement, le test MemSet affiche un gain de moindre importance.


FSB 215

00091970-photo-corsair-3200xl-memtach-3.jpg

Pas de grande surprise ici non plus où les TwinX 3200 XL continuent d'imposer leur loi aux TwinX 3200LL...


FSB 250

00091969-photo-corsair-3200xl-memtach-2.jpg

Terminons par un dernier test en montant le FSB à 250 MHz. Les Corsair TwinX 3200LL sont ici nettement distancées et notamment en mode asynchrone où les TwinX 3200XL sont 2% plus véloces. En mode synchrone les temps de latence excessivement bas des TwinX 3200 XL les propulsent en tête du test MemCpy face aux TwinX 4000. Ces dernières sont d'ailleurs mises à mal par les mêmes TwinX 3200XL en configuration asynchrone. Moins sensible aux variations des latences, le test MemSet place la TwinX 4000 au même niveau que la TwinX 3200XL, et ce malgré des timings pourtant moins bons.

Conclusion

Inattendues, les nouvelles Corsair XL remplissent leur office à merveille en délivrant les meilleures performances quelque soit la solution d'overclocking que vous choisissez. Car ne nous leurrons pas, ces nouvelles barrettes ne s'adressent pas à monsieur tout le monde. Destinées avant tout aux overclockeurs, ces derniers trouveront en elles les ressources nécessaires pour pousser leur système dans ses derniers retranchements, histoire de gagner en performance.

Le point le plus appréciable des Corsair TwinX 3200XL vient de leur fonctionnement tout-terrain qui les rend diablement plus convaincantes que des barrettes plus spécifiques comme les PC4000 proposées par nombre de fabricants, Corsair y compris. Certes face aux TwinX 3200LL, les TwinX 3200XL n'offrent qu'un gain de performances moyen de 3% mais elles s'avèrent beaucoup plus flexibles en permettant notamment d'atteindre sans sourciller les 250 MHz. A l'issu de ce test on aurait d'ailleurs presque pu dire que les nouvelles TwinX XL sont tout simplement épatantes. Hélas, un seul petit détail, pourtant non négligeable, nous empêchera de formuler une telle conclusion... Détail ayant bien sûr trait au prix des barrettes qui se négocient autour de 400 euros le gigaoctet, soit presque aussi cher qu'un processeur. Il s'agit donc de bien réfléchir à l'utilité d'un tel investissement avant de fracasser son portefeuille, mais gageons que si vous craquez les TwinX XL feront sans aucun doute votre bonheur.

Corsair TwinX1024-3200XL Pro

8

Les plus

  • Encaisse bien l'overclocking
  • Latences toujours excellentes
  • Souplesse à nulle autre pareil

Les moins

  • Prix trop élevé

0

Performances9

Stabilité8


Cet article vous intéresse ? Retrouvez le dans le comparateur de prix de Clubic.com
00073195-photo-gif-petite-fl-che-orange.jpg
Comparer les prix des Corsair TwinX1024-3200XL Pro
Modifié le 18/09/2018 à 14h00
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Corsair TwinX1024-3200XL Pro en test sur Clubic
ADSL : nouvelles offres chez Alice et Easyconnect
PalmOne repasse dans le vert !
Jouez avec Linux : WineX 4.0 disponible
L’université française proposera le PC portable à 1 euro par jour
Spécifications des nouveautés Shuttle
L'Abit AV8 (Socket 939) en juillet en France
Forfait 2048k chez Wanadoo officialisé
Musique en ligne : Loudeye rachète OD2
Siemens dévoile le SL65
Haut de page