Sony DRU-500A

16 janvier 2003 à 10h30
0
0050000000055962-photo-s-lection-clubic-80.jpg

Introduction

00AA000000056239-photo-logo-sony.jpg
Au fil des derniers mois la gravure de DVD s'est popularisée à vitesse grand V, d'une part parce que les graveurs sont bien plus abordables qu'il ne fut un temps, d'autre part parce qu'ils sont également plus véloces. Bien sûr l'essor des DivX et la tentation de copier ses DVD vidéos n'y sont sans doute pas étrangers. Quoiqu'il en soit deux standards différents de DVD enregistrables existent et il fallait jusqu'alors choisir son camp entre DVD-R/RW ou DVD+R/RW au moment de l'achat. Chaque standard ayant ses propres avantages et inconvénients le choix entre DVD-R et DVD+R était pour le moins cornélien !

Mais c'était sans compter sur Sony dont la capacité à innover sur des secteurs où on ne l'attend pas est toujours aussi surprenante. Le constructeur nippon a en effet lancé tout récemment le graveur DVD ultime, du moins sur le papier. Le DRU-500A, puisque c'est son nom, a dores et déjà fait couler beaucoup d'encre pour la simple et bonne raison qu'il s'agit là du tout premier graveur universel à pouvoir enregistrer indifféremment les DVD-R/RW, les DVD+R/RW ainsi que les CD-R/RW. Cette compatibilité multi standard fait que ce graveur est en rupture de stock chez pratiquement tous les commerçants tellement la demande est forte. Ce véritable engouement a encore pris de l'ampleur lorsque Sony a publié un firmware gratuit permettant d'augmenter la vitesse de gravure des DVD+R ! Mais ce graveur est-il à la hauteur du tapage médiatique dont il a été l'objet ? C'est ce que nous allons voir ici.


Design

De manière générale Sony a toujours été réputé pour le design de ses produits. Toutefois force est de constater que jusqu'à présent le constructeur, à la réputation flamboyante, ne faisait guère d'effort pour soigner l'allure de ses unités optiques pour PC. Ce n'est heureusement pas le cas du DRU-500A qui tranche singulièrement avec les précédents modèles. L'unité arbore fièrement une façade toute blanche dont le panneau frontal du tiroir est des plus esthétiques grâce à sa couleur grise métallisée. Hormis cela, la façade est dotée de bien peu d'ornements et révèle simplement la présence d'une diode de couleur ambre indiquant l'état du graveur et d'un bouton d'éjection. Exit donc la molette de réglage du volume ou la prise casque dont l'utilité est, il faut bien l'avouer, contestable. Sony n'a heureusement pas oublié d'équiper le graveur d'un système d'éjection d'urgence via la présence d'un petit orifice. L'arrière du graveur est des plus classiques, on y trouve pêle-mêle : un connecteur IDE, un connecteur Molex, une sortie audio analogique et le traditionnel cavalier de réglage maître/esclave. Au fil de nos divers tests le graveur nous a paru silencieux en fonctionnement bien que l'éjection soit particulièrement brutale et bruyante.

0190000000056237-photo-sony-dru500a.jpg
012C000000056254-photo-sony-dru500a-box.jpg

0168000000056276-photo-sony-dru500a-visuel-1.jpg

Un design hors du commun ?


Deux formats DVD : il ne doit en rester qu'un

015E000000056238-photo-gamme-dvd-r-rw-r-rw-sony.jpg
L'informatique est un monde atypique et il est fréquent que les constructeurs fassent compliqué alors qu'ils pourraient faire simple. Alors que le DVD enregistrable est du plus haut intérêt, les fabricants de graveur n'ont pas pu s'entendre. Ce qui explique la cohabitation de deux formats de DVD concurrents offrant chacun la même capacité de stockage, c'est-à-dire 4,7Go. A tout seigneur tout honneur, le DVD-R initié par Pioneer a l'avantage d'offrir une compatibilité maximale avec les platines DVD de salon lorsque le média est utilisé pour stocker des vidéos. Si Pioneer revendique la plus forte part de marché, son talon d'Achille réside dans le format DVD-RW qui est séquentiel et donc peu adapté aux exigences du stockage de données. De l'autre côté le format DVD+R est peu pérenne car plus cher et plus problématique en terme de compatibilité que le DVD-R. Le format DVD+RW est sans conteste le meilleur support pour stocker des données. Ce format a d'ailleurs remporté les faveurs de Microsoft qui offrira un support natif du dit format dans les prochaines versions de Windows. Alors qu'en DVD-RW il faut effacer l'intégralité d'un disque pour supprimer un fichier existant, cette opération se fait à la volée sur un DVD+RW et point n'est besoin d'effacer l'ensemble du support. En effet le DVD+RW supporte l'écriture aléatoire et gère matériellement les éventuels défauts physiques d'un média. A l'usage le DVD+RW est très souple et s'utilise à la manière d'un disque dur pour peu que vous disposiez du logiciel adéquat prenant en charge l'UDF sous Windows.



Fonctionnalités

0058000000056252-photo-logo-dvd-rw.jpg
Le dernier graveur de Sony est indubitablement le plus complet des graveurs DVD disponible à ce jour. Il grave donc les DVD-R en 4x, les DVD-RW en 2x, les DVD+R en 4x et les DVD+RW en 2.4x. Du côté de la gravure des CD, le graveur est annoncé comme étant capable de graver les CD-R en 24x et les CD-RW à la vitesse de 10x. La lecture des CD-Rom s'effectue à la vitesse de 32x, contre 8x pour les DVD-ROM en 8x alors que l'extraction audio numérique (DAE) se fait à 32x. Sony annonce des temps d'accès assez moyens : 200ms pour les DVD et 160ms pour les CD. A la lecture de ces spécifications pour le moins alléchantes on comprend l'engouement du grand public pour ce graveur véritablement universel. Nous ne vous cacherons pas notre propre impatience quant à tester ce graveur.

012C000000056255-photo-sony-dru500a-vu-par-nero-5-5.jpg
Le DRU-500A de Sony est l'un des très rares graveurs de DVD a embarquer 8Mo de mémoire cache. Ceci est tout à fait appréciable dans la mesure où les 2Mo de cache qui équipent généralement les graveurs de DVD sont bien souvent insuffisant pour mener à bien la gravure d'un DVD de 4,7Go ce qui force le graveur à recourir trop fréquemment à la méthode de Buffer underrun. Bien entendu le DRU-500A est doté de la technologie Power-Burn, propriétaire à Sony, qui suspend automatiquement la gravure si le flux de données est interrompu pour la reprendre dès que le débit redevient convenable. Power-Burn est légèrement plus élaboré que le célèbre BURN-Proof de Sanyo, puisqu'il reprend la gravure immédiatement sans créer aucun gap. Qui plus est, si le graveur estime que l'ordinateur a du mal à débiter les données assez rapidement du disque dur, il abaissera automatiquement la vitesse de gravure. De fait vous ne devriez pas rencontrer d'échecs de gravure. Sony a également développé la fonction lossless technology qui permet l'utilisation du Power-Burn avec les DVD sans compromettre la qualité du DVD gravé. Certains graveurs de DVD ont pour défaut de créer des espaces vides à chaque utilisation de la technologie anti buffer underrun avec pour résultat l'impossibilité de lire le DVD sur diverses platines de salon ou lecteurs PC. Disponible en version ATAPI interne le graveur exploite une interface UltraDMA 33.

La gravure de CD-R utilise la méthode d'écriture Z-CLV (ou Zoned Constant Linear Velocity). Dans les faits le DRU-500A démarre la gravure d'un CD à la vitesse de 16x avant de franchir un premier palier à la quinzième minute pour atteindre les 20x. Enfin vers la moitié du média la vitesse de gravure atteint le dernier palier de 24x. Du côté de l'overburning de CD, il ne fallait pas attendre d'un graveur DVD de véritables prouesses. Durant nos tests nous n'avons pas pu excéder les 80 minutes, exit donc les CD de 99 minutes... Au contraire le Sony DRU-500A est capable de lire certains CD-R de 99 minutes. Enfin les copieurs seront ravis d'apprendre que le dernier-né des graveurs Sony supporte le mode DAO/96. La fonction EFM n'est par contre pas prise en charge et il faudra se contenter d'une compatibilité SafeDisc 2 uniquement. Dernière précision, le graveur n'est pas capable de lire les disques audio protégés par la technologie Key2Audio, on n'en attendait pas moins de la part de Sony...

0190000000056247-photo-sony-dru500a-inside.jpg

Electronique du DRU-500A



Package logiciel

Alors que la plupart des graveurs en version retail sont livrés avec une offre logicielle des plus chiches, chez Sony abondance de logiciel semble ne pas nuire ! Le logiciel le plus important est Veritas Record Now qui permet de créer puis d'enregistrer vos données sur CD ou DVD. Très simple ce logiciel propose trois étapes pour mener à bien une gravure : la sélection du graveur, l'ajout des fichiers ou dossiers et la gravure en elle-même. Ce logiciel est certes simple d'approche mais particulièrement dépouillé. C'est pourquoi Sony communique dans sa documentation un lien pour télécharger gratuitement la version complète de RecordNow DX. RecordNox DX est beaucoup plus complet et permet notamment de créer des fichiers image, d'extraire des pistes audio, de copier des CD, de créer des Video CD et de réaliser vos propres compilations.

Pour ce qui est de la création de DVD vidéos Sony a opté pour Sonic MyDVD 4.0 et son compagnon de route ArcSoft ShowBiz. Ainsi vous pourrez capturer vos vidéos familiales depuis ShowBiz, pour peu que vous disposiez d'une carte d'acquisition, en vue de les monter. Dès que le montage est terminé et une fois les transitions insérées vous pourrez créer les menus de votre DVD vidéo sous MyDVD avant de le graver. Notez que Sony propose dès à présent un lien pour télécharger gratuitement la version 4.5 de MyDVD lorsque cette dernière sera disponible. Pour la sauvegarde de données Sony livre Simple Backup. Ce logiciel, signé Veritas, permet de sauvegarder simplement le contenu de vos Disques durs ou répertoires. Enfin Sony n'oublie pas pour autant l'aspect multimédia de son produit et livre PowerDVD XP et Musicmatch Jukebox. PowerDVD XP autorise la lecture de DVD vidéos alors que MusicMatch Jukebox est un excellent lecteur de fichiers multimédias de type MP3 & WMA. Enfin il est possible de télécharger gratuitement depuis le CD deux autres logiciels Veritas : DLA qui permet d'écrire sur les DVD+RW et CD-RW à la volée depuis l'explorateur Windows en glissant déposant des fichiers. Bref le bundle logiciel du DRU-500A est des plus complets. Notre seul regret est l'absence de Nero 5.5 qui demeure la référence des logiciels de gravure.

012C000000056240-photo-sony-dru500a-simplebackup.jpg
012C000000056241-photo-sony-dru500a-recordnow.jpg

Veritas SimpleBackup, RecordNow

012C000000056246-photo-sony-dru500a-recordnow.jpg
012C000000056243-photo-sony-dru500a-cyberlink-powerdvd-xp-4-0.jpg

RecordNow DX & PowerDVD XP 4.0


00FA000000055970-photo-sonic-mydvd-4-0-diaporama.jpg
012C000000056242-photo-sony-dru500a-musicmatch-jukebox-7-1.jpg

Sonic MyDVD 4.0 & MusicMatch Jukebox 7.1


Outre cette avalanche de logiciels, Sony livre le DRU-500A avec un disque DVD+RW 4.7Go, une nappe IDE et un jeu de quatre vis noires pour fixer correctement le graveur à l'intérieur de votre PC.

Pour tester ce graveur hors du commun nous avons utilisé la configuration suivante :

Carte mère Abit BG7
Intel Pentium 4 2.8GHz
768Mo de DDR266
Carte graphique MSI GeForce 4 Ti4800SE
Disque dur Seagate 40Go UDMA100 7200rpm


La machine fonctionnait sous Windows XP Professionnel Service Pack 1 et notre graveur Sony DRU-500A embarquait le dernier firmware 1.0f disponible.

Performances en lecture CD

027F000000056248-photo-sony-dru500a-cd-read.jpg


Le DRU-500A est annoncé comme capable de lire les CD-Rom à la vitesse de 32x. Il nous fallait vérifier cette donnée constructeur. Pour ce faire nous avons utilisé l'incontournable Nero CDSpeed. On note que le graveur utilise la méthode CAV et démarre la lecture aux alentours de 14x pour atteindre 32x dès la soixante quatorzième minute. La vitesse moyenne mesurée est de 24x ce qui est légèrement en dessous de nos attentes mais tout à fait acceptable. Le temps d'accès mesuré de 131ms est plutôt moyen alors que l'occupation CPU est tout à fait honorable (6% en 8x).


Performances en lecture DVD

0278000000056249-photo-sony-dru500a-lecture-dvd.jpg


Pour un graveur DVD le minimum est tout de même de pouvoir lire les DVD-Rom. Le DRU-500A accomplit bien entendu cette tâche mais ses performances sont quelque peu décevantes. Avec notre DVD Universalis 8.0, la lecture a démarrée à 3,32x pour s'achever à 7,88x. La vitesse moyenne s'élève donc à 5,91x et la méthode de lecture utilisée était le CAV. Le temps d'accès de 133ms n'est pas non plus sensationnel. Le taux d'occupation CPU est satisfaisant et n'atteint que 2% à vitesse maximale.

La lecture des DVD vidéos s'effectue à la vitesse de 2x en CLV. Cela n'est certes pas très véloce mais permet une lecture tout à fait fluide de vos DVD préférés. En lecture le DRU-500A s'est avéré particulièrement silencieux ce qui est un bon point.


Performances en extraction audio

027F000000056250-photo-sony-dru500a-dae.jpg


Grâce à l'internet le MP3 s'est imposé en quelque mois comme le format de stockage audio par excellence. Dès lors les performances en extraction audio d'une unité optique sont capitales pour extraire ses morceaux favoris en quelques secondes. A ce petit jeu le DRU-500A obtient de bons résultats. L'extraction démarre à 14x pour atteindre 32x au bout de la soixante treizième minute. Dès que les 32x sont atteints la vitesse d'extraction s'effondre royalement et retombe à 12x. Cela nous donne une vitesse moyenne d'extraction de 23x pour un temps d'accès peu enviable de 140ms. Le taux d'occupation CPU se monte à 10% ce qui commence à devenir significatif.


Performances en gravure de CD

027F000000058867-photo-sony-dru500a-gravure-cd-r.jpg


Le DRU500A donne ici satisfaction puisque la gravure d'un CD-R démarre à la vitesse de 11x pour atteindre très rapidement les 24x annoncés. On note toutefois d'importantes variations tout au long de la gravure mais la vitesse moyenne atteint quand même les 21x ce qui est très convenable. Il faut donc compter quelques quatre minutes pour graver un CD complet.


Performances en gravure de CD-RW

027F000000058868-photo-sony-dru500a-gravure-cd-rw.jpg


Lorsqu'il s'agit de graver des CD-RW le DRU500 remplit parfaitement son office. La gravure commence donc à 10x pour se terminer à la même vitesse. Il faut donc compter un peu moins de 8 minutes pour graver un CD-RW de 74 minutes.


Performances en gravure DVD+RW

0278000000056251-photo-sony-dru500a-dvd-rw-rec.jpg


015D000000056264-photo-sony-dru500a-temps-de-formatage.jpg


Peu de surprises ici. La gravure de DVD+RW s'effectue en P-CAV à la vitesse quasiment constante de
2,54x ce qui équivaut à un débit de 3450Ko/s. La vitesse moyenne mesurée est de 2,55x. Comme lors de la lecture de DVD le taux d'occupation CPU est très faible et n'excède pas les 2%. Précision importante la lecture d'un DVD+RW s'effectue également à la vitesse de 2,5x. Le temps requis pour formater les médias de type DVD+RW est pour sa part satisfaisant.


Performances en gravure DVD+R & DVD-R/RW

Nero DVDSpeed est décidemment bien capricieux. En effet le logiciel n'a pas non plus deigné fonctionner avec les médias DVD+R, DVD-R et DVD-RW. Aussi nous avons du nous contenter du temps de gravure relevé en condition réelle. La gravure de notre seul et unique DVD+R s'est achevée au bout d'une quinzaine de minutes ce qui correspond bien à une vitesse effective de 4x.

Les performances du DRU-500A sont conformes à ses spécifications en matière de gravure DVD-R/RW. Aussi la gravure d'un DVD-R s'achève en quelques 15 minutes alors que la gravure d'un DVD-RW prend le double de temps, c'est à dire 30 minutes.


Compatibilité des médias

0050000000056274-photo-logo-dvd-r-rw.jpg
Les premières unités du Sony DRU-500A avaient quelques soucis de compatibilité avec certains media DVD. Sony a promptement rectifié le tir et le dernier firmware en date, le 1.0f corrige nombre des problèmes qu'ont pu observés les heureux possesseurs de ce graveur. Lors de notre test nous avons essayé différents médias dont nous disposions : Sony DVD+RW 2,4x, Sony DVD-RW 4x, DVD+R 2,4x, Imation DVD+RW 2,4x, Pioneer DVD-RW 2x, Pioneer DVD-R 4x. Tous ont été parfaitement reconnus et exploitables. Toutefois certains disques Verbatim DVD-R 2x et les premières générations de disques DVD-R Pioneer sont annoncées par Sony comme incompatibles avec le DRU-500A. Dernière précision : le DRU-500A est équipé d'un système permettant de sélectionner la meilleure vitesse de gravure en fonction du disque DVD insérée. Aussi il ne sera pas possible de graver en 4x un DVD+R 2x.

Si un DVD-R ou DVD-RW a de fortes chances d'être lu par un lecteur DVD-Rom, ce n'est pas forcément le cas des DVD+R et DVD+RW. En effet notre DVD+RW de référence s'est montré inutilisable sur certains vieux lecteurs DVD-Rom qui ne le reconnaissaient même pas.

0168000000056277-photo-sony-dru500a-visuel-2.jpg

Conclusion

Sony réussit avec le DRU-500A le mariage presque parfait du DVD-R/RW et du DVD+R/RW. Cette compatibilité universelle avec les deux principaux formats de DVD actuellement disponibles permet de créer ses DVD en utilisant le format le plus adapté à vos besoins. Mieux les vitesses de gravure des DVD-R/RW et DVD+R/RW sont les plus rapides du moment. De plus la prise en charge de la gravure de CD évite le recours à un graveur secondaire lorsque vous désirez créer un simple CD. Plutôt performant et disposant d'un bundle logiciel des plus avantageux ce graveur fera fureur chez les amateurs de vidéo ou ceux à la recherche d'une solution de sauvegarde capable de traiter de grands volumes tout en souplesse. Seul ombre au tableau le prix de ce graveur est assez élevé (437€ sur notre comparateur de prix) bien qu'il soit finalement à la hauteur de la prouesse technique réalisée par Sony. Notons aussi que la vitesse de lecture des DVD-Rom ne fera guère d'envieux. Au final il est facile mais tellement vrai de conclure avec cette formule : j'en ai rêvé, Sony l'a fait...

Sony DRU-500A

8

Les plus

  • Support DVD+R/RW & DVD-R/RW
  • Design
  • Riche offre logicielle

Les moins

  • Lecture DVD-Rom assez lente
  • Temps d'accès en lecture moyens
  • Absence de fonction MountRainier

Note globale9

Performances8

Fonctionnalités7

Compatibilité9


Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Sony DRU-500A en test sur Clubic !
FTP Expert 3 est sorti
SiS 655 chez Gigabyte
Wanadoo propose un modem ADSL Bluetooth
AMD Opteron & Athlon 64 en avril ?
Viewsonic atteint les 16 millisecondes
53 jours avant le GeForce FX ?
Samsung passe numéro deux mondial
Heroes IV : Winds Of War est gold !
Après Delphine, Rage Software ferme ses portes !
Haut de page