Moniteurs LCD 15 pouces

0
Même lorsqu'on a présent à l'esprit que le matériel informatique n'est pas vraiment un placement à long terme tellement les prix baissent rapidement, la chute vertigineuse des prix des écrans LCD en un an a de quoi étonner. Faut-il se laisser séduire par des prix en chute libre et des designs alléchants, c'est ce que nous allons tenter d'éclaircir dans ce tour d'horizon.

Un peu de technique

0146000000051038-photo-technologie-lcd.jpg
On distingue principalement deux types d'écran LCD, les écran DSTN (dual-scan twisted nematic), plus connus sous le nom d'écrans à matrice passive et les écrans TFT (thin film transistor) également appelés écrans à matrice active. Les premiers, de piètre qualité, tendent actuellement à disparaître au profit des seconds. Nous ne parlerons dans ce guide que des écrans TFT qui représentent actuellement la principale part du marché.

En simplifiant assez fortement, on peut considérer un écran LCD comme un quadrillage de pixels chacun controlé par un transistor. Pour obtenir un écran LCD pouvant atteindre une résolution de 1024x768 pixels (une résolution très classique à l'heure actuelle), il faut très précisement 1024x768=786432 transistors. Au niveau de chaque transistor se situent trois chambres qui contienent le cristal correspondant aux trois couleurs de base. En exitant les cristaux avec des charge électriques plus ou moins elevées, on obtient des variations plus ou moins prononcées de chaque teinte, qui combinées peuvent produire plusieurs millers, voire millions de couleurs.
Pour augmenter la taille d'un Moniteur LCD, il "suffit" d'augmenter le nombre de transistors en proportion.

Après cette petite présentation, une question vient tout de suite à l'esprit : comment un moniteur LCD peut-il afficher des résolutions inférieures à celle pour laquelle il est construit, par exemple 800x600 pour un moniteur LCD comprenant 1024x768 transistors ?
- L'électronique du moniteur se contente d'interpoler mathématiquement les pixels manquants ce qui donne en général un affichage médiocre. C'est l'affichage qu'on obtient au démarrage de l'ordinateur avec l'écran du BIOS. On pourra déja conclure qu'il est fortement déconseillé d'utiliser un moniteur dans une autre résolution que sa résolution principale.

LCD vs CRT / Round 1 : Avantages du LCD

Les raisons qui pourraient faire changer un possesseur d'écran à tube cathodique (CRT) pour un écran LCD sont assez nombreuses à première vue.

Plus compact et plus léger

0121000000051027-photo-vue-de-cot-cran-crt-lcd.jpg
C'est évidemment le premier avantage qui vient à l'esprit. Avec une profondeur de l'ordre de 10 cm, les Moniteurs LCD sont deux à trois fois moins épais que leur équivalent CRT. Leur poids se situe aux alentours des 4kg à comparer aux quelques 15kg de moyenne pour un écran CRT 17", on a vite fait de préférer un écran LCD lorsqu'il sagit d'amener son PC chez un ami pour faire une LAN.
Autre atout évident de cette compacité, le gain de place sur un bureau : au prix du mètre carré dans les grandes villes, les sociétés devraient massivement investir dans ce créneau ;-)

Un meilleur design

Le moniteur LCD donnant, à la base, l'impression d'un produit très "high-tech", il est plus fréquent pour un constructeur de proposer des coloris et des formes nouvelles. Par ailleurs, son faible poids donne aussi plus de liberté au designer dans la conception du support. La plupart des constructeurs vont même jusqu'à déporter le transformateur électrique sur la prise pour gagner en épaisseur.

Peu de réglages

Alors que pour un écran CRT, il faut jouer avec la taille et la position horizontale et verticale, le coussin (afin d'éviter la forme en tonneau de l'image), le trapèze, le parallélogramme, le demi-cylindre et l'inclinaison, le moniteur LCD se contente d'un réglage de la température des couleurs (niveau de rouge, vert et bleu contenu dans l'image). En effet, les pixels étant physiquement positionnés aux bons endroits, ils sont forcement toujours cadrés par rapport à la bordure du moniteur.

Un meilleur confort visuel

0064000000051028-photo-moniteur-lcd-design-extra-plat.jpg
Si on exclue la qualité de l'image, dont nous reparlerons plus tard, le moniteur LCD, de part sa technologie qui ne nécessite pas de balayage ne génère pas de fatigue de l'oeil, même à faible distance.

Les composants utilisés dans les moniteurs LCD sont a faible réflexion ce qui permet de les utiliser face à une fenêtre tout en ayant peu de reflets, ce point est très nettement appréciable. Par ailleurs, les cristaux génèrent une lumière proche de celle du soleil ce qui donne un ton plus naturel à l'affichage.

Si l'on reprend la présentation technique, on peut aussi déduire, avant de le constater, que l'image possède les mêmes qualités en tout point de l'écran : Fini les angles d'image moins nets que génèrent les moniteurs à tube d'entrée de gamme.

Une faible consommation électrique

En moyenne, un écran LCD consomme deux à trois fois moins qu'un moniteur CRT. Cette faible consommation apporte un autre avantage : un moniteur LCD ne chauffe quasiement pas. Dans les pièces non climatisées l'été, certains apprécieront. Il devient également tout à fait possible de l'accrocher à un mur sans risquer de bruler la tapisserie ou bien encore de l'encastrer dans un meuble.

Durée de vie élevée

Tout le monde sait que l'informatique n'est pas vraiment un investissement à long terme mais s'il est un élément que l'on conserve en général plusieurs années, c'est le moniteur. Les moniteurs LCD possèdent une durée de vie de 60.000 heures en moyenne contre 25.000 pour les moniteur CRT.

LCD vs CRT / Round 2 : Inconvénients du LCD

Ce portrait du Moniteur LCD serait un peu trop idyllique si l'on s'arrêtait là. Nous serions tous passés au LCD et cet article n'aurait presque pas lieu d'exister. Les Moniteurs LCD possèdent bien sûr leur lot d'inconvénients.

Un prix élevé

00FA000000051029-photo-starwars-etoile-noire.jpg
On a beau dire que les prix des moniteurs LCD chutent, ils n'en restent pas moins plus chers que leurs équivalents à tube. A la date de l'article, un moniteur LCD 15" moyen de gamme coute environ 3800F alors que l'équivalent en CRT, un modèle 17", coute un peu moins de 2000F.

Une qualité d'image encore inférieure

Même si l'amélioration est nette depuis le passage aux écrans à matrice active et au fur et à mesure que les constructeurs affinent leur technologie, globalement, à moins de choisir un modèle haut de gamme, l'image est moins bonne qu'avec un modèle à tube.

Le point le plus perfectible reste le temps de réponse, c'est à dire le temps qu'il faut pour changer la couleur d'un pixel de l'image. Dans le cas d'un moniteur CRT, l'image étant rafraichie par balayage à 85Hz, voire 100Hz, on peut évaluer un temps de réponse fictif compris entre 10ms et 12ms. Les meilleurs moniteur LCD donnent une valeur proche de 25ms mais la moyenne se situe plutôt aux alentours des 40ms.
Avec un temps de réponse trop élevé et lorsque l'image affichée change rapidement, comme c'est principalement le cas dans les jeux rapides (quake-like), on constatera une forte remanence : une image n'aura pas le temps de s'afficher que l'image suivante arrivera.

L'angle de vision

On a tous constaté en se baladant dans les rayons des revendeurs informatiques comment l'image d'un moniteur LCD peut devenir illisible si l'on ne se trouve pas en face de l'écran mais décalé horizontalement ou verticalement par rapport à celui-ci. D'énormes progrès ont été fait dans ce domaine et il n'est pas rare de trouver des moniteurs dépassant le cône de 70° par rapport à la perpendiculaire. Précisions que la valeur fournie par les constructeurs est avant tout théorique et que très souvent, l'image perd encore beaucoup en qualité lorsqu'on ne se situe pas exactement en face du moniteur.

Le protocole de test

Afin de déterminer dans quelle mesure chacun des moniteurs testés pouvait être utilisé, nous les avons soumis aux tests suivants:

Un passage sous "MonitorTest" de la société PassMark permettant de révéler le niveau réel de contraste, la qualité des applats et de l'échelle de couleurs (noir, rouge, vert et bleu) ainsi que l'éventualité de pixel éteints ou allumés en permanence (pixels défectueux).

Une utilisation bureautique d'une journée complète de chaque moniteur testé (Word, Excel et Internet)

Une utilisation dans un jeu plutôt lent (Age of Empire) et dans un jeu rapide (Quake 3) afin de déterminer si avec une fréquence de rafraîchissement d'image élevée, le moniteur, avec son temps de réponse arrive à suivre.

Pour terminer, nous avons utilisé chaque moniteur pour lire des DVD comprenant à la fois des scènes d'action et des scènes plus lentes.
00E6000000051030-photo-adi-microscan-i600-axo.jpg

ADI Microscan I600

Caractéristiques

Angle maximum de vision horizontale et verticale : +60 / -60 et +60 / -25
Rapport de contraste d'image : 250:1
Luminosité d'image : 200 cd/m2
Consommation en fonctionnement : 35 Watt
Temps de réponse : 50ms
Diagonale mesurée: 38 cm
Nombre de couleurs : 266000

Dans l'ensemble, les caractéristiques proposées par le moniteur ADI I600 font de lui un moniteur d'entrée de gamme, le constructeur se contentant avec ce modèle des valeurs minimales pour la presque totalité des caractéristiques.

On notera le temps de réponse important (50ms) ce qui conduira directement à un veto pour un utilisateur souhaitant utiliser son moniteur, entre autre, pour jouer à des jeux rapides. On relèvera aussi que l'ADI I600 est un des rares moniteurs à ne pas dépasser les 266000 couleurs

Design et ergnomie

0096000000051039-photo-adi-microscan-i600-cot.jpg
L'ADI I600 ne comprend pas de support, il se contente en effet d'être posé directement sur sa base, un pied pivotant, à l'arrière, permettant de régler l'inclinaison avant/arrrière du moniteur. Ce point oblige à baisser la tête pour regarder son moniteur ou bien à investir dans un support afin de le relever. Cela explique aussi pourquoi le constructeur à choisi de ne pas donner une valeur symétrique à l'angle de vision vertical, privilégiant de ce fait l'angle vers le haut.
Le fait d'avoir à baisser la tête pour regarder un moniteur est certainement un point subjectif mais disons tout de même que ce n'est pas naturel après avoir passé des années face à un moniteur CRT surélevé. Ce choix du "pas de support" peut s'expliquer par le fait que l'ADI I600 s'oriente aussi verticalement. A l'arrière du moniteur, le pied pivote orientant, au choix, le moniteur en position portrait ou paysage.

Côté mise en place, les débutants seront contents car les cables sont déja connectés sur le moniteur et il suffira de les relier à l'alimentation et au PC pour terminer l'installation. Les boutons de réglages, situés sur le dessus sont très accessibles et des plus classiques : un bouton menu, un bouton +, un bouton - et un bouton marche/arrêt. Au programme du menu de réglage : la luminosité, le contraste et la température des couleurs. Simple et classique.

Qualité de l'affichage

0104000000051040-photo-adi-microscan-i600-ar.jpg
La faible valeur de rapport de contraste donnée par le constructeur est confirmée par le passage sous MonitorTest : il faut attendre un taux de couleur de l'ordre de 15% pour pouvoir distinguer un noir profond d'un noir additioné d'une couleur primaire.

En utilisation bureautique, le reproche qu'on pourrait faire à l'ADI I600, concerne l'utilisation de la molette de souris pour se déplacer dans des documents (web, traitement de texte...): le temps de réponse important génère une trace assez énervante à chaque pas de la molette. On notera aussi la forte influence, d'un éclairage artificiel à la verticale du moniteur sur l'homogénéité des applats de couleurs, ce défaut est très visible sur le bureau Windows, la couleur du fond d'écran semble plus claire à certains endroits de l'écran qu'à d'autres. Par contre l'insensibilité aux reflets se confirme et c'est un vrai plaisir que de pouvoir travail dos à une fenêtre sans être dérangé le moins du monde.
00FA000000051032-photo-hercules-prophetview-720-axo.jpg

Hercules ProphetView 720

Caractéristiques

Angle maximum de vision horizontale et verticale : +70 / -70 / +60 / -60
Rapport de contraste d'image : 300:1
Luminosité d'image : 230 cd/m2
Consommation en fonctionnement : 24 Watt
Temps de réponse : 30ms
Poids : 3.5Kg
Diagonale mesurée : 38,1 cm
Nombre de couleurs : 16 millions

Ces caractéristiques se situent plutôt dans le haut du pavé pour un moniteur se situant dans cette gamme de prix.

Design et Ergonomie

Il est clair qu'en première impression, l'Hercules ProhetView 720 en jette : un pied en forme de croissant, une ligne à faire rougir de jalousie Claudia Schiffer, une couleur bleue des plus attirantes, bref, un vrai playboy. Certaines mauvaises langues diront que l'arrière est loin d'être aussi réussi et que l'on décide de laisser le film plastique qui recouvre le boitier pour conserver une couleur uniforme ou bien que l'on choisisse de l'enlever, ça fait un peu "toc". On leur répondra que l'arrière d'un moniteur, on s'en moque !

0096000000051033-photo-hercules-prophetview-720-cot.jpg
Au niveau des réglages, le constructeur, certain de son design, s'est même payé le luxe de mettre les boutons en face avant, ce qui vient encore rajouter une touche "très classe" à l'ensemble. On retrouve un bouton marche/arrêt, un bouton "ajustement automatique", un bouton "menu", un bouton + et un bouton - ce qui permet d'accéder au paramétrage du constraste, de la température des couleurs, au centrage de l'écran (qui ne sert pas à grand chose étant donné la présence du bouton qui fait cela en automatique). Le réglage de la luminosité s'effectue grâce aux boutons + et -, sans avoir à sélectionner un quelconque menu (pas évident à deviner mais très pratique).

Pas grand chose à redire, donc, au niveau du design et de l'ergonomie : c'est du grand art (si tant est que l'on puisse parler d'art dans ce domaine ingrat qu'est le matériel informatique).

Qualité de l'affichage

La valeur du taux de contaste, meilleure que sur le moniteur ADI se confirme et il faut moins de 8% de couleur mélangée à du noir pour pouvoir la distinguer du noir profond.

00C8000000051041-photo-hercules-prophetview-720-ar.jpg
On constate le même défaut que sur l'ADI I600 concernant l'influence d'une source de lumière artificielle. Les aplats de couleur unies n'apparaissent justement pas unis du tout en fonction de la provenance de la source de lumière.

Le temps de réponse, inférieur à 30ms, très correct pour un moniteur de cette gamme se remarque. L'utilisation de la molette dans des applications bureautique est plus agréable que pour l'ADI I600 sans toutefois parvenir, et de loin, au confort que l'on peut avoir avec un écran CRT. Dans des jeux rapides, cette valeur correcte du temps de réponse apporte également un meilleur confort de jeu.
00FA000000051034-photo-viewsonic-viewpanel-vx500-axo.jpg

Viewsonic ViewPanel VX500

Caractéristiques

Angle maximum de vision horizontale et verticale : +80 / -80 / +80 / -80
Rapport de contraste d'image : 400:1
Luminosité d'image : 260 cd/m2
Consommation en fonctionnement : 36 Watt
Temps de réponse : 25ms
Poids : 4.5Kg
Diagonale mesurée : 38 cm
Nombre de couleurs : 16,7 millions

Multimédia : Haut-parleurs intégrés : 2*2w et connexion DVI proposée.

Il est clair qu'au vu des caractéristiques techniques du ViewPanel VX500, on se trouve plutôt dans le haut du panier, le prix (5400F) est là pour en témoigner. Le temps de réponse n'est pas loin de ce qui se fait de mieux et on se rapproche considérablement du temps de réponse équivalent à un moniteur CRT (10ms). Il suffit de prendre une à une les caractéristiques de ce moniteur pour voir qu'en théorie, en tous points, il surclasse ses concurrents.

Notons la présence d'une prise DVI, en plus de la prise VGA, les possesseurs de Cartes Graphiques avec sortie DVI (ATI All in Wonder Radeon par exemple) apprécieront de voir que l'image n'est pas convertie deux fois avant d'arriver devant leurs yeux. Pour rappel, lorsque le moniteur ne comprend pas de prise DVI l'image, calculée par la carte graphique, est convertie au format analogique pour transiter dans la prise VGA puis reconvertie en numérique pour être affichée par les transistors du Moniteur LCD. Avec une prise DVI, l'image reste du début à la fin de la chaîne en numérique, sans aucune perte.

Design et Ergonomie

Les couleurs grise et noir du Viewsonic Viewpanel VX500 et son pied plutôt conventionnel rendent ce moniteur un peu plus classique que l'Hercules ProphetView 720, ce qui ne l'empêche pas de proposer un design très sympa. On apprécie beaucoup le capot à l'arrière du moniteur qui permet d'effectuer les connections (alimentation, VGA ou DVI et audio) puis de masquer tout cela pour obtenir un moniteur stylé sous tous ses angles. Seuls les fils en sortent discrètement : du très bon travail.
00DC000000051035-photo-viewsonic-viewpanel-vx500-ar-ss.jpg
00DC000000051036-photo-viewsonic-viewpanel-vx500-ar-avec.jpg

Qualité de l'affichage et audio

Commençons directement par ce qui fâche : les haut-parleurs intégrés sont médiocres. On s'y attendait un peu avec du deux fois deux watts mais autant le dire tout de suite, écouter de la musique avec ces haut-parleurs frôle le supplice ;-) Ils conviendront peut être pour les bruitages Windows, pour un démineur par ci, par là mais c'est tout.

Pour la qualité de l'image, par contre, nous avons été bluffé. Impossible (et je pèse mes mots) pour le commun des mortels de distinguer sur une image fixe le Viewsonic ViewPanel VX500 d'un moniteur CRT. L'image est parfaitement homogène, même sur des applats de couleurs, le contraste et la luminosités sont saisissants, l'anti-reflet en plus. On mesure ici le progrès qui a été fait dans les Moniteurs LCD en quelques mois et on se dit que la fin du moniteur CRT n'est peut être pas si loin que cela.

Le temps de réponse très bas se ressent aussi dans les changements rapides d'images. Ici, plus aucun défaut n'est à noter dans les défilements verticaux de documents. Même dans les jeux rapides, il faudra être un habitué au 100Hz sur un CRT et aux 70 FPS (images par secondes) pour être réellement perturbé.

Conclusion

Après avoir été réellement déçu il y a plus d'un an par les écrans LCD en général et après m'être dit que le jour n'était pas encore prêt d'arriver ou j'échangerais mon bon vieux moniteur 17" CRT Sony contre un LCD, autant dire que j'ai abordé ce tour d'horizon un peu négativement. Mais après des heures passés devant du LCD à les regarder sous toutes les coutures, à étudier leurs avantages (leur aptitude "anti-reflet" est une vrai merveille dans les pièces comprenant beaucoup de fenêtre), à relativiser leurs inconvénients (à moins d'être un "Quaker fou", jouer sur un écran LCD n'est pas si abominable que cela), mon avis général a bien changé !

Pour lire des DVD, autant le dire tout de suite, même les moniteurs possédant le temps de réponse le plus élevé (ADI I600) permettent de regarder très confortablement n'importe quel film, même un film d'action qui bouge dans tous les sens.

Pour les jeux, et contrairement à l'idée reçu, ça n'est pas si dramatique. Bien sur, c'est moins fluide et il arrive parfois que l'on aie de belles saccades lorsqu'on se retourne violemment dans un Counter-Strike. Mais quel bonheur de pouvoir emporter son moniteur sous son bras lorsqu'on va dans une LAN.

Finalement, et ça peut paraître un peu contradictoire mais c'est en utilisation bureautique et Internet que j'ai le plus regretté mon CRT. Les petites saccades lors des défilement de fenêtres sont oripilantes, la forte influence de l'angle de vision horizontal et surtout vertical (lorsque le moniteur n'est pas à hauteur des yeux) sur l'homogénéité de l'image est désagréable. Le contraste encore moyen mais aussi son manque de constance est regrettable. Sur des images claires, saise de texte sous traitement de texte par exemple, il faut descendre la luminosité au minimum pour ne pas être ébloui et sur des images foncés, comme aiment bien nous en proposer les développeurs de jeux, il faut la pousser.

Arrivé ici, si vous êtes décidé à inverstir dans le LCD, lequel des trois choisir ? Si vous avez le budget correspondant (5400F environ) et qui plus est une carte graphique avec une sortie DVI, ruez vous sur le Viewsonic ViewPanel VX500, vous allez entrer dans le monde du LCD par la grande porte.

Le moniteur ADI I600 est en dessous de son concurrent direct au même prix de chez Hercules, un design bien moins séduisant et des caractéristiques plus faibles. Ceci s'explique par le fait que ce modèle soit un peu ancien (un an déja). La récente baisse des prix sur ce moniteur ne suffira certainement pas à convaincre les acheteurs de ne pas préférer le moniteur Hercules Prophetview 720 pour lequel le constructeur pratique une politique de prix agressive et dont le design et les caractéristiques le placent un cranc au dessus.

0096000000051037-photo-ecran-plasma.jpg
Vous pouvez également être séduit par un moniteur qui n'est pas encore dans ce comparatif, vérifiez bien ses caractéristiques et demander au vendeurs, si possible, de pouvoir l'utiliser quelques miniutes. Le test de la molette dans un navigateur Internet est décisif. Vérifiez également l'angle de vision qui est un élément pénalisant.

Terminons tout de même en disant qu'il peut aussi être judicieux d'attendre encore quelques mois pour succomber au LCD, à qualité équivalente, les Moniteurs LCD étant tout de même deux fois plus chers que leur équivalent CRT : on ne brille pas sans en payer le prix.
Haut de page