ATI All-In-Wonder Radeon

Nerces Nerces sur Twitter Nerces sur Linkedin
Spécialiste Hardware et Gaming
01 février 2001 à 21h00
0
0050000000055962-photo-s-lection-clubic-80.jpg
0096000000047312-photo-all-in-wonder-radeon.jpg
C'est devenu une habitude pour le constructeur canadien, peu de temps après la sortie de chacun de ses chips 3D, ATI nous en livre une version dotée de nombreuses fonctions multimédias. C'est encore une fois le cas depuis la fin du mois de décembre avec le Radeon et la fort justement nommée : All-In-Wonder Radeon. Cette carte est donc censée corriger les défauts du modèle précédent à base de Rage 128 Pro... A savoir les performances 3D.


Autopsie de la bête

Le modèle testé est une version boîte et nous y trouvons donc une multitude d'accessoires et de logiciels. Commençons cette description par la présentation de la carte elle-même qui compte tenu du nombre de fonctions qu'elle renferme, n'est pas très grande. La densité des composants est de ce fait très importante et ça sent le travail bien fait.

0064000000047275-photo-aiw-radeon-processeur.jpg

ATI Radeon

En plus du tuner TV, tout à fait reconnaissable, on peut identifier assez facilement le processeur puisqu'il est surmonté d'un radiateur/ventilateur très "design". Ce système de refroidissement est indispensable au chip qui est cadencé à la respectable fréquence de 166MHz. C'est également la fréquence des 32Mo de mémoire DDR (donc équivalente à de la SDR 333MHz) répartie en 4 puces de 8Mo (3 sur une face et 1 sur l'autre).

Ce processeur est le petit dernier des laboratoires d'ATI. Sur le papier, il est tout ce qu'il y a de plus puissant et ne rougit absolument pas de la comparaison avec le GeForce 2 GTS. Il offre ainsi de nombreuses fonctions que nVidia n'incluera que dans son prochain chip (le NV20) et est totalement compatible avec DirectX 8. Pour tout ceux qui souhaiteraient en savoir plus voici un lien vers un site (en anglais) qui détaille très précisément les différences entre ces cartes.


0064000000047270-photo-aiw-radeon-rage-theatre.jpg

Rage Theatre

On découvre ensuite le Rage Theatre, qui n'est autre que la puce "multimédia" maison d'ATI, et les différents connecteurs : prise antenne, entrée et sortie vidéo. A noter que la carte ne propose pas de connecteur VGA traditionnel (le DB15), mais se voit dotée d'une sortie DVI, destinée au branchement d'un écran plat, ATI fournissant fort heureusement un convertisseur de manière à ce que vous puissiez brancher votre moniteur standard.

00F9000000047294-photo-aiw-radeon-entr-es-sorties.jpg
003B000000047295-photo-aiw-radeon-adaptateur-dvi.jpg

Ce Rage Theatre est le coeur de la All-In-Wonder dans la mesure où c'est lui qui est chargé de gérer toutes les fonctions qui en font une carte si particulière. Il peut convertir le signal vidéo de votre PC (windows, jeux, DVD) vers n'importe quel format NTSC ou PAL en vue de leur affichage sur un téléviseur, à des résolutions allant du 320x200 au 800x600. La qualité de rendu qu'il offre est tout simplement excellente et devance nettement tout ce que les classiques "booktree" (puces qui équipent la majorité des concurrentes) peuvent offrir.

Beaucoup de fournitures

Il aurait été dommage de livrer seule une carte dotée d'un si grand nombre de fonctions originales. ATI n'a pas commis cette erreur et fournis l'essentiel des câbles. Sans passer chacun d'eux en revue, je dirais qu'il y a de quoi connecter pratiquement tout ce que vous désirez, du magnétoscope à la télé en passant par le Caméscope Numérique ou l'écran plat. ATI a même glissé un adaptateur composite/péritel et un petit boîtier, très pratique, pour déporter vers l'avant du PC le port d'entré.

009C000000047268-photo-aiw-radeon-bo-tier-de-connexion.jpg
0118000000047269-photo-aiw-radeon-exemple-de-c-ble.jpg

Enfin l'offre logicielle est des plus correcte, avec la présence de 5 CDs comprenant : les pilotes d'affichage, le Multimedia Center, des démos DVD, les logiciels VideoStudio v4 et CoolEdit 3D d'Ulead, et Mediator 5 d'ATI.

Nous revenons tout de suite sur le principal d'entre eux, le Multimedia Center, mais décrivons d'abord rapidement les autres. VideoStudio est chargé du montage vidéo. Ce n'est pas un soft à comparer au ténor du domaine (Adobe Premiere) mais il permettra aux novices de faire rapidement quelques petites séquences tout à fait sympathiques.

0096000000047272-photo-ulead-videostudio-v4-01.jpg
0096000000047273-photo-ulead-cool-3d-se-v2-5.jpg
0096000000047274-photo-ati-mediator-v5-0.jpg

CoolEdit 3D permet, quant à lui, la réalisation de boutons 3D animés et texturés en deux temps trois mouvements. Enfin Mediator 5 offre la possibilité de produire des présentations multimédias très variées. Le programme, facile d'accès, prend un peu comme modèle le logiciel PowerPoint de Microsoft en insistant sur l'insertion de vidéos et autres documents animés.
0096000000047285-photo-aiw-radeon-multimedia-center.jpg

ATI Multimedia Center

Une carte comme la All-In-Wonder se caractérise donc par des fonctions de capture vidéo très avancées. Pour accéder à cette richesse il convient d'utiliser le logiciel maison d'ATI, le Multimédia Center. Il n'y a pas beaucoup de changements par rapport à la version qui accompagnait la All-In-Wonder 128 Pro. Mais pour tout ceux qui ne le connaîtrait pas, faisons un petit tour d'horizon de ces composants.

Lecteur DVD

0096000000047300-photo-aiw-radeon-lecteur-dvd.jpg
Les cartes ATI se sont faites, depuis un bon moment déjà, les championnes de la décompression Mpeg 2. Le Radeon n'échappe pas à la règle et supporte nombre de technologies destinées à alléger le processeur central tout en améliorant la qualité d'image. Parmi celles-ci on peut citer le Motion Compensation ou l'iDCT mais aussi une nouvelle technique de désentrelacement très efficace.

Dès lors ATI se devait de fournir un logiciel de lecture de DVD, comme il en a l'habitude depuis un bon moment déjà. C'est donc tout à fait logiquement que le Multimedia Center, comporte le soft ATI DVD Player.

Ce programme, bien connu des utilisateurs de DVDs, est certainement le plus léger et le plus simple de sa catégorie. Sa prise en main est immédiate et ses fonctions tout à fait intuitives. Si cette simplicité fera le bonheur des gens pas spécialement à l'aise avec un ordinateur, elle frustrera la plupart des utilisateurs expérimentés, en limitant le nombre de fonctions disponibles.

Il est regrettable qu'ATI ne fasse pas évoluer davantage son logiciel, qui se trouve maintenant nettement dépassé par PowerDVD ou WinDVD. La seule modification réellement significative depuis la dernière version, est le support du Dolby Digital par l'intermédiaire d'une sortie que l'on branchera simplement sur des enceintes compatibles. Cette modification pour aussi faible qu'elle paraît, permettra aux afficionados du DVD sur le PC de profiter d'une qualité de son bien supérieure.

Lecteur CD Audio

0096000000047287-photo-aiw-radeon-lecteur-cd-audio.jpg
Pas la peine de tourner autour du pot, voilà un logiciel bien inutile. A l'installation du Multimedia Center, rien ne vous sera demandé et c'est ce logiciel qui prendra désormais en charge la lecture des CDs Audio dès leur insertion dans le CD-Rom. Bien sûr, il permet de créer des listes des chansons que l'on préfère, de marquer le nom des pistes et des auteurs, de reconnaître ensuite les CDs dès leur insertion et de se connecter (via Internet) à la CDDB pour générer tout cela automatiquement. Mais franchement quel logiciel ne sait pas faire cela ? Le célébrissime Winamp en est tout à fait capable et permet beaucoup plus ! Seul intérêt de ce lecteur de CD Audio ? Il est assorti au reste des logiciels du Multimedia Center !

Lecteur Video CD

0096000000047301-photo-aiw-radeon-lecteur-video-cd.jpg
Un peu plus intéressant, quoique relativement désuet, ce programme permet, comme son nom l'indique, de lire des Video CDs. Pour ceux qui ne le sauraient pas, le Video CD est, en quelque sorte, l'ancêtre du DVD. Il permettait de visualiser des films stockés sur de simples CDs de 74 minutes. Les films étaient compressés en Mpeg 1 et nécessitaient souvent l'emploi de deux CDs. Malgré le nombre de machines potentiellement disponibles (PC, Mac, CD-i, Playstation, Saturn...), le Video CD ne s'est jamais imposé et a depuis été supplanté par le DVD. Alors forcément l'intérêt de ce logiciel est extrêmement limité. Mais pour tout ceux qui disposeraient de quelques Video CDs, ça peut toujours servir !

Lecteur Fichier Vidéo

0096000000047302-photo-aiw-radeon-lecteur-fichier-vid-o.jpg
Autre logiciel qui ne présente que peu d'intérêt pour la majorité d'entre vous, ce lecteur n'est ni plus ni moins qu'un Media Player relooké de manière à ressembler au reste de la gamme. Il est plutôt agréable à utiliser, offre l'essentiel des fonctions qu'on est en droit d'attendre d'un tel programme et dispose d'une interface tout à fait intuitive.

Il peut lire la majorité des fichiers et du fait des capacités de la carte, les vidéos (par exemple les DivX) y gagneront en netteté et en fluidité.

Il permet enfin de faire des captures d'écran en utilisant la Galerie d'Images. Ce petit utilitaire offre la possibilité de sauvegarder des images (on s'en serait pas douté !) selon différentes méthodes entièrement paramétrables (destination, résolution, nom de fichier). La qualité des captures plus que correcte et ce gadget s'avère finalement très agréable.

La Télé !

0096000000047310-photo-aiw-radeon-t-l-vision.jpg
L'une des fonctions principales de la All-In-Wonder est quand même l'affichage de la télé. Cela se fait au moyen d'un tuner de marque Philips tout à fait classique (c'est le même depuis les premières All-In-Wonder). Le logiciel permet de capter les émissions hertziennes ou câblées. De plus si vous partez à l'étranger avec votre PC, vous pourrez capter les chaînes locales puisque la plupart des pays européens sont reconnus.

Il vous est possible de configurer jusqu'à 125 chaînes, en ajoutant le nom et éventuellement un verrouillage parental. En plus de regarder normalement la télé, on peut également faire des captures d'écran en utilisant le "logiciel" Galerie d'images, comme indiqué pour le lecteur de fichiers vidéos, ou des enregistrements vidéos grâce au magnétoscope numérique que l'on décrira plus loin.

La qualité d'affichage est des plus correcte et pour peu que vous disposiez d'une bonne antenne, vous ne verrez pas de défaut particulier. Cela reste inférieur à ce que propose une télévision mais constitue ce qui se fait de mieux en matière de carte TV, d'autant qu'elle exploite le stéréo. Le changement de chaîne est plus rapide que sur l'ancienne All-In-Wonder 128 et le "zapping sauvage" est possible (avant il fallait attendre presque 2 secondes entre chaque changement de chaîne). Il est aussi possible de faire apparaître une mosaïque de toutes les chaînes ou bien de zoomer sur une portion de l'écran.

Il y a trois manières d'afficher les chaînes. Les deux premières sont tout à fait classique : en mode fenêtré (du 320x240 au 640x480 ou manuellement) et en plein écran. En revanche la troisième option est plus originale. Il est possible de définir un "bureau virtuel" et de ce fait d'avoir la télé en lieu et place du fond d'écran, ce qui permet de garder un oeil sur une émission intéressante (ça existe ?) tout en continuant à bosser sur le PC.

0096000000047309-photo-aiw-radeon-timeshifting.jpg
Mais la grande innovation est à chercher dans un mot barbare emprunté à la langue de Shakespeare : le TimeShifting. Une fois configuré, celui-ci permet de créer une sorte de mémoire tampon (sur le disque dur) qui vous évitera de rater cinq minutes d'un film pour répondre au téléphone par exemple. Explications : au lancement du logiciel télé l'option TimeShifting est accessible par deux boutons. L'émission que vous regardiez suit son cours et vous devez vous absenter quelques minutes... Aucun problème puisque l'ordinateur enregistre ce qui se passe à partir du moment où vous cliquez sur pause. A votre retour il suffit de presser sur le bouton lecture pour que le programme reprenne sans que vous n'ayez rien perdu. L'ordinateur s'occupant d'enregistrer et de vous retransmettre l'émission avec un certain décalage... Pas mal, non ?

0096000000047292-photo-aiw-radeon-programmateur-1.jpg
0096000000047293-photo-aiw-radeon-programmateur-2.jpg

Le Multimedia Center comprend également un logiciel de télétexte. Très classique, celui-ci ne se démarque de la concurrence que par son aspect, en harmonie avec le reste du Multimedia Center.


Sachez enfin, qu'ATI a décidé de supprimer un logiciel de la précédente version de son Multimedia Center : l'éditeur video. Rassurez-vous, on n'y perd pas grand chose. Ce logiciel totalement initéressant n'avait pour seule fonction que de découper un gros fichier Avi (et seulement Avi) en plusieurs plus petits.

Magnétoscope numérique

0041000000047311-photo-magnetoscope.jpg
Déjà intéressante avec la All In Wonder Pro, cette fonction s'est singulièrement enrichie avec la version à base de Rage 128. La Radeon n'offre pas de possibilité supplémentaire mais reconnaissons honnêtement que ce qui est offert est déjà très puissant. D'autant qu'à l'époque où ces fonctions sont apparues, avoir une machine pour bien les exploiter n'était pas à la portée de tout le monde. La puissance des Processeurs actuels permet de tirer convenablement parti du format Mpeg 2 et la taille des Disques durs d'entrée de gamme offre un espace de stockage plus en adéquation avec la gourmandise des fichiers vidéos.

Les formats d'encodage

Pour ceux qui n'y connaissent rien, les formats d'encodage sont des "applications" développées pour réduire l'espace occupée par une vidéo. Pour vous donner une idée, sachez que pour 4Go de vidéo présente sur un DVD (et donc compressée selon une technique baptisée Mpeg 2), il faudrait 160Go si cette séquence était "brute" ou décompressée. Ce qui se passe avec les vidéos est à peu près idnetique à ce que l'on connaît dans le domaine du son, avec l'encodage Mp3, capable de réduire de manière remarquable l'espace occupé par la musique.

La comparaison est d'autant plus juste que cette compression vidéo est elle aussi "destructive". Je m'explique, lorsque vous compressez un fichier en Mp3, on dit qu'une partie des informations est détruite, et bien c'est la même chose avec la compression vidéo et selon le format d'encodage choisi vous perdrez plus ou moins en qualité : le Mpeg 1 est plus destructif que le Mpeg 2 par exemple.

Avec la All-In-Wonder 128, ATI offrait de nouveaux formats d'encodage qui permettaient beaucoup de choses. Ils ont tous été conservés ici même si les ATI Vcr 1 et 2 risquent bien de ne plus servir à grand monde (vraiment trop gourmands au regard d'une qualité douteuse). En effet, le gros avantage des All-In-Wonder est le support du format Mpeg 2. Cet encodage n'est certes pas effectué en hardware (il utilise la technologie logicielle de Ligos) mais il permet de ne pas dépenser les fortunes que coûte du matériel professionnel. C'est donc un bien beau cadeau de la part d'ATI, pour peu que votre PC vous permette de l'exploiter.

Pour résumer les différents formats et leurs besoins en ressources, voici un tableau récapitulatif aussi complet que possible.

01F2000000047317-photo-aiw-radeon-encodage.jpg

Grace à ce tableau vous pouvez voir à peu près ce que vous permet votre PC. Il ne faut toutefois pas généraliser abusivement et ce ne sont que des ordres de grandeurs. Il faut maintenant voir comment se règlent ces paramètres et leur influence sur la qualité de la vidéo.

0096000000047303-photo-aiw-radeon-capture-video-1.jpg

Paramétrages et résultats...

Afin de ne pas rater son coup lors d'un enregistrement, il est important de bien choisir votre format en fonction de la qualité souhaitée bien sûr, mais aussi de l'espace disque disponible.

ATI a essayé de simplifier les choses et à l'installation du Multimedia Center des formats d'encodage par défaut sont définis. Ils vous permettront ultérieurement de lancer des acquisitions sans vous prendre la tête en choisissant simplement parmis des options aussi claires et distinctes que :
· Temps le plus long
· Qualité moyenne
· Bonne qualité
· Qualité supérieure

Pour ces options de base, le format sélectionné est toujours le Mpeg 2. Seules la résolution, la qualité audio et le taux de compression vidéo changent. Si pour une grande majorité des utilisateurs de tels paramètres peuvent suffir, il est toutefois intéressant de voir un peu la configuration personnalisée plus à même de répondre aux exigences des perfectionnistes, d'autant que des formats aussi populaires que le Video CD ou le Super Video CD ne sont pas présents.

0096000000047304-photo-aiw-radeon-capture-video-2.jpg
Une première chose à savoir, toutes les catégories de processeur ne sont pas égales face à la compression vidéo. Il ne suffit donc pas de regarder la fréquence pour conclure. S'il est communément admit qu'un modèle à 500-600MHz est nécessaire pour compresser au format Mpeg 2 en 640x480, il est préférable que ce processeur soit un Athlon ou un Pentium III. Le Duron est peu moins bien loti dans le domaine mais c'est surtout le Celeron qui montre des signes de faiblesse. Les utilisateurs ne disposant pas de la puissance nécessaire pourront toujours se rabattre sur des modes plus "légers" tels que le Mpeg 2 en 352x288, avec à la clef, hélas, une perte significative de qualité.

La configuration personnalisée commence par la création d'un nouveau modèle ou la modification d'un pré-existant. Il faut ensuite choisir entre Mpeg et Avi, qui constituent les deux grands formats du monde PC (mais pas les seuls). Les Mpeg offrira des réglages quasi-identiques que l'on choississe la version 1 ou 2, alors que la configuration de l'Avi peut être très complexe selon le codec choisi.

0096000000047305-photo-aiw-radeon-capture-video-4.jpg
0096000000047307-photo-aiw-radeon-capture-video-3-mpeg.jpg

0096000000047308-photo-aiw-radeon-capture-video-3-avi.jpg
0096000000047306-photo-aiw-radeon-capture-video-5.jpg

Les formats Mpeg sont des standards universels et multi plate-formes. On peut y définir la résolution, le taux de compression (qui influence la qualité de la vidéo), le nombre d'images par seconde et la qualité audio. Il serait fastidieux de décrire précisement chacune des possiblités, d'autant qu'elles sont assez facilement compréhensibles. La dernière étape est la plus complexe et je vous conseille vivement de bien vous renseigner avant de modifier l'enchaînement des images IBP.

Le format Avi peut paraître beaucoup plus complexe dans la mesure où il regroupe en fait des codecs très variés. Un codec est une technique de compression et avec l'Avi vous en aurez un grand nombre à votre disposition. Il est, en plus, possible d'en rajouter par l'intermédiaire de logiciels téléchargés sur Internet, comme par exemple le M-JPEG ou le médiatique DivX (n'espérez cependant pas faire du DivX en temps réel !). Il est donc préférable de se reporter à la documentation propre à chacun de ces codecs pour savoir comment les configurer.

Essais de capture

La théorie c'est bien beau, mais à un moment ou à un autre il faut savoir passer à la pratique. Il n'était pas nécessaire de faire des tests avec tout les codecs disponibles, le plus important étant de mettre en évidence l'intérêt du Mpeg 2.

Les résultats obtenus sont tout simplement bluffants ! Si vous disposez d'une bonne réception télé (câble par exemple) n'hésitez pas à faire de l'acquisition en Mpeg 2, la qualité est à tomber. Avec une résolution de 640x480 on obtient un rendu supérieur au VHS. Il faudrait vraiment être difficile pour ne pas y trouver son compte, même si, bien sûr, l'espace disque occupé est important...

De toute façon, rien ne vous empêche de convertir ensuite ces fichiers Mpeg 2 en DivX et vous n'aurez plus qu'à les graver pour vous faire les saisons complètes de vos séries préférées !

En ce qui concerne la puissance processeur nécessaire, les tests n'ont fait que prouver ce que j'annonçais plus haut. Pour faire de l'acquisition Mpeg 2 en 352x288 (son 16bits 44KHz), n'importe quel processeur a fait l'affaire (à partir d'un Celeron 500). En revanche pour faire la même chose en 640x480, il a été préférable d'utiliser un Pentium III ou un Athlon. Avec un processeur de ce type cadencé à 500-600MHz vous aurez une image bien fluide même avec des réglages poussés au maximum. Enfin, si des envies de grandeur vous poussent à utiliser le 720x576, c'est vers un processeur cadencé à au moins 700-800MHz qu'il faudra vous tourner.

Performances 2D/3D

Il me semble que la qualité d'affichage en 2D ne pose plus de problèmes aux Cartes Graphiques depuis un bon moment. Les benchmarks ne sont donc plus bien utiles et le simple fait d'utiliser la carte un bon moment suffit pour se faire une opinion... Et il n'y a rien à redire pour ce modèle.

En ce qui concerne la 3D, le fait que cette All-In-Wonder soit architecturée autour du processeur Radeon, induit des performances très proches des autres modèles actuels d'ATI. Il faut toutefois signaler que la carte n'est pas cadencée à la même fréquence que la Radeon 64Mo (183/183) les performances seront donc légèrement inférieures. Ce modèle touche-à-tout devrait donc logiquement se situer approximativement entre une GeForce 2 MX et une GeForce 2 GTS. Pour nous en assurer, nous avons effectué quelques tests sous Quake 3 et 3D Mark 2000.

Pour ces tests la configuration suivante a été utilisée :
· All-In-Wonder Radeon (pilotes v4.12)
· Hercules 3D Prophet 2 MX (pilotes v6.48)
· Leadtek GeForce 2 GTS (pilotes v6.48)
· Carte mère Abit SA6R
· Pentium III 700
· 128Mo PC100
· Disque dur Seagate 6.4Go UDMA66

01DE000000047297-photo-aiw-radeon-quake-3-16bits.jpg

01DF000000047298-photo-aiw-radeon-quake-3-32bits.jpg

L'Open GL, qui a longtemps constitué le gros défaut des modèles d'ATI est maintenant bien supporté. La qualité graphique est irréprochable (en 32bits) et les performances très bonnes. La carte se place fort logiquement en seconde position (en 32bits) et reste très proche de ce qu'offre une GeForce 2 GTS.

01DF000000047315-photo-aiw-radeon-3d-mark-2000-16bits.jpg

01DF000000047316-photo-aiw-radeon-3d-mark-2000-32bits.jpg

Les tests Direct3D mènent à peu près aux mêmes conclusions. En 16bits la All-In-Wonder est dépassée mais elle se refait en 32bits, où l'écart qui la sépare de la GeForce 2 GTS est très faible.

01DF000000047313-photo-aiw-radeon-quake-3-32bits-fsaa.jpg

Soulignons enfin des performances relativement faibles lorsque l'Anticrénelage (en mode dit "2x2") est activé. La GeForce 2 MX ne s'en sort pas vraiment mieux mais sa grande soeur (GeForce 2 GTS) montre bien sa supériorité pour une qualité graphique à peu près équivalente.

0096000000047280-photo-aiw-radeon-drivers-affichages.jpg
0096000000047281-photo-aiw-radeon-drivers-couleurs.jpg
0096000000047282-photo-aiw-radeon-drivers-opengl.jpg

0096000000047283-photo-aiw-radeon-drivers-direct3d.jpg
0096000000047284-photo-aiw-radeon-drivers-options.jpg

Les pilotes m'ont semblé très bien finis. En plus d'être graphiquement très réussis, les rubriques sont bien séparées et les fonctions n'en sont que plus facilement identifiables (français à tout les étages). Comme pour faire oublier la réputation d'instabilité chronique de l'ATI 128, la Radeon s'est montrée d'une fiabilité à toute épreuve sous Windows 98SE et sous Windows 2000. Aucun plantage n'est venu perturber des tests pourtant plus longs que la moyenne du fait des nombreuses fonctions disponibles. Enfin la qualité visuelle offerte par la Radeon est très bonne. Si quelques jeux présentent encore des petits bugs (messieurs les développeurs, merci de ne pas vous satisfaire de tests sur GeForce) la plupart sont parfaits et la promptitude affichée par ATI pour remédier aux quelques problèmes inspire confiance (des pilotes v4.13 sont déjà disponibles).

Overclocking ?

Sur la All-In-Wonder Radeon, le core et la mémoire tournent donc à la fréquence de 166MHz. Lorsque l'on sait que le modèle Radeon 64Mo est cadencé lui à 183/183, on se dit qu'il est peut-être possible d'accélérer un peu les choses. Comme à son habitude ATI ne donne aucun outil pour faire ce genre de manipulation et il faut se rabattre sur des logiciels "indépendants".

Il existe à l'heure actuelle deux logiciels capables de trifouiller les réglages de la carte. Il s'agit de RadTweak et de RadeonTweaker. Ils ont des fonctionnalités et une interface très proches, mais aucun d'eux n'offre encore la possibilité d'overclocker la carte. Il faudra donc utiliser le bon vieux Powerstrip pour parvenir à nos fins !

01DF000000047314-photo-aiw-radeon-overclocking.jpg

Lors de mes essais, j'ai noté une chose surprenante : il semblerait que les fréquences du core et de la mémoire soient liées par je ne sais quelle technique. Ainsi PowerStrip ne permet de modifier que la mémoire mais d'après les résultats relevés, le core aurait lui aussi été accéléré. Il m'a ainsi été possible d'atteindre la fréquence de 185MHz et même 200MHz sans aucun problème. Sans être extraordinaire, cet overclocking augmente de manière significative les performances, et comme en témoigne le graphique, il apportera un agréable ballon d'oxygène à tout les PC configurés en haute-résolution.


Conclusion

ATI revient en force avec cette nouvelle All-In-Wonder. Tout en conservant les excellentes possiblités de sa petite soeur (AiW 128 Pro) dans le domaine de la vidéo, elle les enrichie (sortie son Dolby Digital) et parvient surtout à rejoindre le leader nVidia sur le terrain des performances 3D.

Face à un tel tableau le seul reproche à formuler réside dans le prix du bébé. Il est certain que 2500f ça fait cher. Si l'on voit ce qu'offre la concurrence, on se rend cependant compte que la All-In-Wonder Radeon dispose d'un formidable rapport qualité / prix. Alors maintenant il ne vous reste plus qu'à déterminer si le jeu vous semble en valoir la chandelle... Pour ma part c'est oui !
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Ultima 1 en 3D !
Détail des quatre races jouables dans Warcraft III
Licences UMTS : NTT DoCoMo, Deutsche Telekom et Telefonica sur le pont.
« Spam » : les internautes débourseraient 10 milliards d'euros par an.
Une nouvelle offre collaborative signée Lotus
Un bon mois de décembre pour VIA
Nouveaux profils pour le Strategic Commander
Le Kyro 2 arrive
Nouveaux graveurs Traxdata
Pierre CHAPPAZ :
Haut de page