Piratage pro-Erdogan sur Twitter : un individu revendique les faits

le 16 mars 2017 à 11h10
0
Ce n'est pas un piratage qui a de quoi faire de gros dégâts mais il a permis de faire parler d'Erdogan et de montrer que le président turc a encore le soutien d'une partie de la population. Pour ce faire, le pirate Sembobu, selon les informations du journal Le Parisien, a tout simplement hacké plusieurs centaines de comptes Twitter dont celui des ministères de l'Economie et des Finances français.

Pas de dégâts majeurs comme ont pu en provoquer les piratages successif de Yahoo, par exemple, mais une preuve de la puissance des hackers turcs.

Une application tierce de Twitter utilisée pour prendre le contrôle des comptes



Si l'affaire a fait beaucoup de bruit mercredi 15 mars 2017 c'est que les comptes piratés ne sont pas inconnus : le compte officiel de Bercy, celui de Forbes, celui de la BBC ou encore celui de l'Académie de Rennes... des centaines de comptes plus ou moins suivis ont vu apparaître le même message : une croix gammée, une vidéo et les termes suivants "#Nazialmanya" et "#Nazihollanda", soit" Allemagne nazie et Pays-Bas nazis.

01F4000008674150-photo-piratage-twitter-turquie.jpg

Il semblerait qu'aucune logique n'ait été suivie pour le ciblage des comptes : le piratage n'a pas attaqué Twitter mais une application tierce, Twitter Counter. Cette dernière a confirmé les faits et a lancé une enquête interne pour comprendre quelle faille a été utilisée.

Un piratage d'Etat avant le référendum du 16 mars 2017



L'attaque a donc été perpétrée par un partisan d'Erdogan qui a, de plus, posté sur son compte Twitter créé pour l'occasion, un poème antisémite. Le compte de Sembobu a été supprimé par Twitter mais le mal est fait.

Il est difficile de dire si c'est le gouvernement turc lui-même qui a commandé l'attaque ou s'il s'agit d'une décision personnelle du pirate. Dans tous les cas, le but était clair : montrer le soutien à Erdogan la veille d'un référendum, le 16 mars 2017, qui devrait augmenter les pouvoirs du président. L'Allemagne et les Pays-Bas ont été qualifiés de nazis car ils ont interdit les meetings de propagande en faveur de cette augmentation de pouvoirs.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Sono Sion, la voiture électrique rechargeable à l'énergie solaire, sera construite dans des usines suédoises
L'app e-santé Google Fit est disponible sur iOS
Airbnb veut produire des émissions pour inviter les voyageurs... au voyage
Démonté sur YouTube, le Huawei P30 montre son zoom périscopique
5G : Theresa May ignore les États-Unis et autorise Huawei (partiellement)
Tesla accuse une perte nette de 700 millions dans ses résultats financiers du 1er trimestre
Honor perd un prototype dans un train en Allemagne et offre 5000 € pour son retour
Comparatif 2019 : quel est le meilleur vidéoprojecteur ?
🎯 French Days 2019 : plus que quelques heures avant le Black Friday à la française !
Apex Legends : EA cesse de payer les streamers, les diffusions baissent de 75% sur Twitch
 Ford investit 500 millions dans Rivian : un nouveau véhicule électrique en approche
Peu avant sa sortie, Days Gone annonce déjà son premier DLC (mais il est gratuit)
Microsoft publie d'excellents résultats trimestriels, encore une fois portés par le cloud
Le design des Google Pixel 3a a fuité et surprise... vous n’allez pas être surpris !
Apple : les claviers de MacBook désormais réparés en une journée ouvrée ?
scroll top