Anonymous piraté : la chasse aux hackers ouverte ?

01 juin 2018 à 15h36
0
00FA000004152008-photo-anonymous.jpg
C'est l'arroseur arrosé : le groupe de hackers Anonymous vient d'annoncer avoir été compromis de l'intérieur par l'un de ses anciens administrateurs, qui s'est attaqué aux canaux de discussion IRC des hacktivistes et y a récolté des centaines d'adresses IP. Des informations rendues publiques depuis.

Rien ne va plus chez les Anonymous : le groupe de hackers qui se défendait il y a quelques jours d'être à l'origine du piratage du PSN, du SOE et de Qriocity, annonçant au passage que « Personne actuellement associé à notre mouvement ne pourrait faire une telle chose qui invite à une réponse juridique aussi massive » a depuis découvert un traître dans ses rangs.

« Nous avons le regret de vous informer que notre réseau a été compromis par l'un de nos anciens membres, du nom de Ryan » explique un communiqué. « Il a décrété qu'il n'aimait pas la structure de gestion sans chef qu'emploient les administrateurs du réseau. Il a donc organisé un coup d'Etat ». L'action en question a débouché sur la publication de centaines d'adresses IP, noms de compte et informations de serveurs récoltés principalement via un serveur IRC fréquenté par les hackers.

« Embarrassant, oui, catastrophique, non »

Ces dernières heures, Anonymous a taché de relativiser la situation en expliquant que « une adresse IP ne correspond pas à une personne, de la même façon qu'une photocopie floue du c** de quelqu'un est insuffisante pour savoir de qui il s'agit ». Pour le groupe, ce piratage n'est qu'une goutte d'eau dans la mer, les Anon ne stockant pas toutes leurs informations au même endroit.

En attendant, les sites AnonOps.net et AnonOps.ru renvoient toujours sur les informations récoltées et publiées par « Ryan », mais Anonymous prévoit un retour à la normale dans les prochaines heures.

Sony traque ses pirates

Dans le même temps, Sony, qui cherche toujours à mettre la main sur les responsables des piratages du PSN, du SOE et de Qriocity, envisagerait selon All Thing Digital de proposer des primes aux personnes « permettant de participer à l'arrestation et à la comparution en justice des hackers ».

Si Sony décidait de mettre en place un tel système, l'entreprise se devrait de coopérer avec le FBI, donnant à l'affaire une nouvelle tournure. Rien n'est cependant établi à l'heure actuelle, les exécutifs de la firme basée à Tokyo n'ayant pour le moment rien validé. Reste que la mise en place d'un tel dispositif, combiné à des dissensions au sein d'Anonymous, toujours soupçonné d'avoir pris part dans ces attaques, pourrait aider Sony a faire la lumière sur l'affaire.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Une première bêta pour Google Chrome 12
AMD Catalyst 11.5 : le multi-écrans et le multimédia
Japon : l'industrie du disque dur devrait être touchée durablement
Zero Forfait lance un nouveau forfait mobile : 19 numéros en illimité pour 19 euros par mois
Free : l'Europe valide le mode d'attribution de la 4eme licence 3G
Conservation de données : la Cnil critique les moteurs de recherche
HomePlug AV2 : du Gigabit sur votre installation électrique
Free : les appels illimités vers les mobiles sur les anciennes Freebox pour 2,99 euros par mois
Live Japon : les
PowerColor dévoilerait une Radeon bi-GPU au Computex
Haut de page