Dark Caracal : une opération mondiale d’espionnage qui vient du Liban

19 janvier 2018 à 09h11
0
La firme de sécurité Lookout et l'EFF (Electronic Frontier Foundation) ont dévoilé jeudi 18 janvier 2018 l'existence d'une opération d'espionnage d'envergure mondiale qui trouverait son origine au Liban. Appelée « Dark Caracal » elle aurait frappé dans plus de 21 pays y compris en France, en Chine, aux Etats-Unis ou encore en Suisse.

L'opération a ciblé aussi bien des ordinateurs fixes que des téléphones portables, notamment grâce à des versions piratées des applications les plus courantes comme WhatsApp.

Les services secrets du Liban derrière Dark Caracal ?

Lookout, qui a découvert les premiers indices d'une opération d'envergure mondiale en 2015 a pu remonter l'historique des opérations du groupe Dark Caracal jusqu'en 2012. Plusieurs campagnes d'espionnage vers des cibles et des institutions auraient été lancées depuis 5 ans. Mais Lookout est allée plus loin : dans le rapport détaillé qu'elle a publié le 18 janvier 2018, elle annonce avoir réussi à remonter jusqu'à l'origine de l'opération.

Les hackers de ce groupe surnommé Dark Caracal auraient opéré depuis le Liban et, plus précisément, depuis l'immeuble de la GDGS, l'une des principales agences de renseignement du pays. De fait, il est impossible d'exclure que les services secrets libanais ne soient pas a minima au courant de l'opération et il est même probable qu'ils en soient les auteurs ou qu'ils aient fourni un support logistique et financier.

01F4000008779478-photo-hacker.jpg


Des attaques par phishing et des applis malveillantes

Le groupe Dark Caracal aurait eu essentiellement deux manières de propager ses spywares : soit un accès direct au smartphone des victimes sur lequel sont alors installées des versions piratées d'applications populaires comme WhatsApp ; soit des campagnes alliant phishing et ingénierie sociale qui ont trompé les utilisateurs et leur ont fait télécharger des versions piratées de certaines applications par le biais d'un serveur contenant des copies des sites populaires.

Les spywares ainsi téléchargés ont permis à Dark Caracal d'obtenir des informations confidentielles que ce soit sur Android, sur iPhone ou sur Windows : captures d'écrans, copies des conversations, contacts, donnés de connexion, photos.

Un membre de l'EFF, Cooper Quintin, signale néanmoins que cette campagne d'espionnage à grande échelle n'a pas nécessité la création d'un malware compliqué : « tout ce dont Dark Caracal avait besoin étaient les autorisations demandées par les applications que les utilisateurs donnent d'eux-mêmes lors du téléchargement du programme ».

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Netflix menace les partages de compte entre amis
Le fichier des véhicules assurés entre en vigueur, et les forces de l'ordre comptent bien l'utiliser
Un important site de contenus pédophiles tombe : 300 arrestations dans 38 pays
Blocage du porno au Royaume-Uni : c'est la débandade
Le navigateur Brave atteint les huit millions d'utilisateurs
Du code malveillant utilise un format audio pour éviter les antivirus
Lime officialise le retrait de sa flotte de trottinettes électriques à Marseille
M6, France Télévision et TF1 engagent un triple Salto... pour espérer retomber sur leurs pieds
Une nouvelle taxe appliquée sur les billets d'avion dès 2020, pour financer les transports propres
L'armée américaine n'utilisera plus d'antiques disquettes pour coordonner ses frappes nucléaires

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top