LinkedIn utilisé par la Chine pour espionner l’Allemagne ?

le 11 décembre 2017 à 10h05
0
La campagne de fausse informations lancée par la Russie pour influencer, semble-t-il avec succès, l'élection américaine de 2016 a créé le scandale et les principaux acteurs du web, en particulier Facebook et Google, ont dû prendre des mesures. Mais après les faux profils sur Facebook, il y aurait une nouvelle menace : les faux profils LinkedIn.

L'utilisation de faux profils LinkedIn aurait été démontrée par les équipes de l'Office fédéral de protection de la constitution en Allemagne. Encore une fois, il semblerait que le but recherché est d'influencer l'opinion.

Des faux profils chinois sur LinkedIn



L'alerte a été lancée par l'Office fédéral de la protection de la constitution (BfV) le 10 décembre 2017 comme le rapporte l'agence de presse Reuters. Les équipes du BfV auraient découvert plusieurs faux profils LinkedIn qui ont ciblé des hommes politiques et des industriels allemands. Leur point commun est assez clair : tous les profils représentaient des personnes de nationalité chinoise.

C'est ce qui a permis à l'agence qui a découvert l'opération de déclarer qu'il s'agissait d'une tentative d'espionnage de la part d'une agence chinoise dont le but était « d'extraire des informations et de trouver des sources pour ce faire ». Parmi les informations recherchées il y avait des données personnelles, des opinions politiques ou, tout simplement, les hobbies.

01F4000008541174-photo-linkedin-illus.jpg


Des milliers d'Allemands ciblés



Le BfV n'a pas communiqué sur l'importance de cette opération mais a publié le nom de 8 des profils identifiés comme étant les plus actifs. Tout sur ces profils était faux, de la photo, parfois prise sur un autre site web, au travail effectué, généralement en rapport avec la politique.

Les profils chinois auraient ciblé près de 10.000 Allemands et la plupart ont réussi à obtenir une connexion avec des politiciens allemands et européens. Néanmoins, il est possible que les personnes ciblées aient tout simplement « ajouté » ces faux profils mais ne leur aient jamais parlé, comme c'est souvent le cas sur LinkedIn.

Le BfV estime toutefois que la menace est sérieuse puisqu'elle confirme, entre autres, les tentatives de la Chine d'influencer l'opinion politique en Europe. En octobre 2017 la République Tchèque annonçait une recrudescence de l'activité d'influence chinoise, notamment sur la question du Tibet. L'Office fédéral de la protection de la constitution a demandé à tout Allemand qui aurait été contacté par un profil chinois qui pourrait être faux de le lui notifier afin qu'il puisse continuer son enquête.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Tesla : après un Q1 2019 déficitaire, Musk annonce un plan de réduction des coûts
Opera 52 pour Android : le VPN s'améliore ainsi que la prise en charge des PDF
La tablette Amazon Fire 7 se paie un petit rafraîchissement
Google suspend ses relations avec Huawei et lui retire sa licence Android
La RATP et Airbus travaillent ensemble à faire atterrir les taxis volants en France
Facebook modifie son algorithme pour mettre en avant davantage les contenus de nos amis
William Shatner (Star Trek) nous raconte en vidéo comment la NASA va retourner sur la Lune
Une app mobile pour diagnostiquer les otites en
Désenchantée : la saison 2 pour tous sur Netflix dès le 20 septembre
Edge Chromium, la version de développement continue son évolution
Les bactéries océaniques qui produisent de l’oxygène altérées par la pollution plastique
Hyundai et Kia investissent dans Rimac pour développer deux sportives électriques
Fondation / e / : des smartphones Android remis à neuf... les services Google en moins
La dernière maj Xbox One vous permet de voir si vos amis jouent sur PC ou console
Formule E : notre reportage dans l’antichambre des voitures électriques
scroll top