60 hackers auteurs présumés de Zeus sont arrêtés

01 octobre 2010 à 16h05
0
Des hackers qui auraient utilisé le cheval de Troie Zeus viennent d'être arrêtés par la justice américaine. Le parquet fédéral de New York indique avoir inculpé 60 personnes qui feraient partie d'un réseau basé en Europe de l'est versé dans le piratage de comptes bancaires américains.

00A0000001952840-photo-phishing.jpg
La méthode d'attaque de ces hackers serait des plus traditionnelles puisqu'ils envoyaient par vagues massives des spams. Grâce à cette méthode, les victimes installaient le malware Zeus en cliquant sur un lien malveillant. Dès lors, des mots de passe mais également des numéros de compte ou d'autres informations personnelles étaient récoltées.

Le site du Monde.fr explique notamment que parmi les accusés figure une femme Russe appelée Yulia Klepikova. Elle aurait ainsi ouvert une série de comptes en banque sous de multiples noms et grâce à de faux passeports belges et britanniques. Elle aurait amassé par cette méthode plusieurs milliers de dollars.

Si cette arrestation n'a rien d'exceptionnel, elle est tout de même le signe d'une coopération accrue entre services de police américains et d'Europe de l'est. Le 8 avril dernier, la police roumaine grâce au FBI, annonçait avoir mis la main sur un réseau de hackers spécialisés dans l'arnaque sur eBay. 70 suspects étaient en attente de leur jugement pour avoir orchestré ces cyber-attaques depuis 2006...
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Amazon veut racheter l'e-commerçant espagnol BuyVIP
Faut-il divulguer toutes les failles de sécurité ?
Yahoo! : le conseil de direction s'appauvrit
Sintel : un court métrage entièrement réalisé avec des logiciels libres
Publicité en ligne : une charte pour le
Yohan Ruso :
Triple-Play : les FAI ont trouvé la parade fiscale
Ebay France : 10 ans plus tard, les enchères ne représentent que 25% des achats
Brevets : Apple met fin à sa dispute avec Sharing Sound
Hadopi.fr ouvre ses portes... et nous laisse sur notre faim
Haut de page