Cybercriminalité : hausse des campagnes pour voler les données fiscales des particuliers

Alexandre Boero Contributeur
07 avril 2019 à 17h02
0
impots france.png
Proofpoint

L'arrivée en début d'année du prélèvement à la source donne l'occasion aux hackers de parfaire leurs campagnes de malware et de phishing.

Chaque année, c'est indéniable, la « saison » des impôts incite au piratage, avec des hackers toujours plus imaginatifs qui n'ont qu'un seul but : dérober les informations fiscales des contribuables qui se savent (ou parfois pas) redevables d'un impôt. L'entreprise de cybersécurité Proofpoint note à ce titre une recrudescence des campagnes de malware et de phising depuis 2018, dans le prolongement d'une année 2017 qui fut marquée, elle, par les chevaux de Troie bancaires et les ransomwares.

De parfaites imitations du site français des impôts circulent

La fiscalité est devenue une source de choix pour les cybercriminels pour passer à l'acte. Proofpoint indique avoir relevé une augmentation importante du nombre de RAT (Remote Access Tool) depuis 2018, avec une tendance à la hausse en 2019. Les hackers utilisent notamment NetWire, un RAT multiplateforme, qui permet de prendre le contrôle d'un ordinateur à distance, intégré dans des mails et des pièces jointes embarquant des fichiers Microsoft Office piégés.



Les attaquants font appel également à ce que l'on appelle des techniques « d'ingénierie sociale », en imitant l'administration fiscale et créant des sites web comparables aux sites officiels, comme le service impôts.gouv pour la France, qui est loin d'être le seul pays concerné.

Mails, SMS, appels... ne pas céder aux fausses consignes

Proofpoint rappelle par ailleurs quelques recommandations indispensables pour ne pas tomber dans le piège tendu - et parfois plus vrai que nature, il est vrai - par les cyberattaquants. « En finalisant leurs déclarations de revenus cette année, il est essentiel que les particuliers traitent avec prudence les appels téléphoniques non sollicités, les emails, les SMS ou messages diffusés via les réseaux sociaux », précise la société spécialiste des questions de cybersécurité.

Rappelons que les services des impôts ne demandent jamais aux utilisateurs de communiquer leurs informations personnelles que ce soit par mail, par SMS ou même via les réseaux sociaux. Dans le cas d'un mail qui proviendrait des impôts et qui vous demande de régler votre dû en cliquant sur un lien ou en ouvrant une pièce jointe, il convient de ne pas suivre cette consigne. Quant aux appels qui se disent affiliés à votre centre des impôts, ne leur fournissez aucune information. Pour être certain, il est toujours préférable de vous connecter directement à votre espace personnel habituel.

Modifié le 08/04/2019 à 09h19
1 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Consommation de
Sans enquête antitrust, Windows Mobile aurait dominé Android... selon Bill Gates
Débat | YouTube change-t-il pour le pire ?
La Chine lutte contre l'addiction au jeu en imposant un couvre feu et une limite de temps quotidienne
Pick-up Tesla : cochez la date, le concurrent du Rivian R1S présenté dans deux semaines
Le Samsung Galaxy Fold en rupture de stock en cinq petites minutes en Chine
Un TER n’émet pas toujours moins de CO2 qu'une voiture ou un autobus !
Un bouton sur Netflix pour passer les blagues sur Donald Trump pendant un spectacle
Edge basé sur Chromium, aka Chredge, sera bien disponible sur Linux

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top