Les tentatives de phishing ont augmenté de 400% entre janvier et juillet 2019

Benoît Théry Contributeur
09 octobre 2019 à 12h06
0
Phishing

C'est un chiffre impressionnant, pourtant mis en exergue par le rapport de la société spécialisée en cybersécurité Webroot.

Cette augmentation de 400 % des tentatives de phishing (ou hameçonnage) entre janvier et juillet 2019, est d'autant plus inquiétante qu'elle concerne des noms de domaine certifiés et le protocole HTTPS.

L'HTTPS, toujours fiable ?

Vous avez probablement déjà entendu parler du phishing. Cette pratique illégale consiste à utiliser votre boite mail ou votre navigateur pour tenter de récupérer des données sensibles, comme vos coordonnées bancaires. Pour cela, le malware conçu par le pirate se fera passer pour un organisme en lequel vous avez confiance : votre banque, par exemple. Il prétexte alors un motif (une amende à payer, une vérification d'identité...) a priori sérieux pour vous demander de communiquer vos informations personnelles.

Or d'après le rapport de Webroot, ces attaques se font plus fréquentes depuis le début de l'année. Les analyses de la société la mènent à la conclusion qu'un URL sur 50 était porteur de la menace sur la période étudiée.

Pire : toujours d'après Webroot, près d'un tiers (29%) de ces tentatives utilisent des sites utilisant le protocole HTTPS (HyperText Transfer Protocol Secure, pour « protocole de transfert hypertextuel sécurisé »). Par rapport au protocole bien connu HTTP, l'HTTPS ajoute normalement une authentification, dont Google dit qu'« elle prouve que les internautes communiquent avec le bon site Web ».

C'est notamment ce qui a amené l'HTTPS à être adopté très tôt pour les transactions bancaires, puis sur d'autres types de sites. Jusque-là, l'HTTPS était donc une garantie de fiabilité : le gouvernement français le recommande d'ailleurs pour les transactions sécurisées.

À lire aussi : VPN, notre comparatif


Quelques bons conseils

Webroot observe aussi que les tentatives de phishing exploitant les vulnérabilités de Windows 7 ont augmenté de 75%. Les noms de domaine ne sont pas non plus à l'abri du phishing : le rapport de Webroot indique que même des noms de domaine pourtant retenus comme fiables sont concernés. Les sociétés de logiciels dans le Cloud (SaaS) seraient les plus imitées par les hameçonneurs, suivies par les institutions financières et les réseaux sociaux.

Webroot donne cependant des informations utiles pour se prémunir face au phishing. Pour un malware installé sur un ordinateur exploitant Windows, la société indique que dans 76% des cas, le logiciel est installé dans l'un de ces trois dossiers : %temp%, %appdata% et %cache%. Le rapport précise que « les entreprises peuvent définir des stratégies limitant l'exécution de toute application à partir de ces emplacements, empêchant ainsi plus de 50 % des infections ». Le site du gouvernement rappelle aussi que les organismes comme les banques ou les impôts n'envoient jamais de message demandant d'entrer des informations personnelles. Il vaut mieux se rendre soi-même sur le site de l'institution et, en cas de doute, contacter celle-ci.

Source : Help Net Security
Modifié le 09/10/2019 à 12h21
2 réponses
3 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Des députés proposent de taxer les véhicules en fonction de leur poids
Un chercheur lance une pétition pour rendre gratuits les articles liés au réchauffement climatique
La nouvelle Livebox d'Orange est enfin dévoilée !
Red Dead Redemption 2 : la version PC réclamera
Des équipes d'Amazon chargées de scruter les images des caméras de surveillance de la marque
Le gouvernement américain bannit huit nouvelles entreprises chinoises de la tech
Pour Michel Mayor, prix Nobel de physique 2019, l'humanité ne migrera pas sur d'autres planètes
Blizzard demande leur carte d'identité aux pro-manifestants de Hong Kong pour supprimer leur compte
LDLC.com à nouveau élu Service Client de l'Année 2020
Xavier Niel défend le projet Libra... dans lequel il a investi

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top