Microsoft bannit les mots de passe couramment listés sur les bases piratées

0
Face à la fuite de plusieurs millions d'identifiants et de mots de passe affectant le service LinkedIn, Microsoft annonce avoir renforcé son dispositif de sécurité.

La semaine dernière, un hackeur a mis en vente une base de données d'identifiants et mots de passe découlant d'un piratage effectué en 2012. Au total cela concernerait plus de 100 millions de comptes. Certains évoquent 117 millions de combinaisons, d'autres estiment ce chiffre à 167 millions.

Quoi qu'il en soit la menace est importante et Microsoft a décidé de revoir son assistant de création de compte pour les internautes souhaitant par exemple utiliser Outlook.com ou OneDrive mais également au sein de l'Active Directory sur Azure.


L'éditeur explique avoir mis en place un système empêchant les internautes de choisir un mot de passe trop simple à deviner et qui se trouve souvent répertorié au sein des bases de données piratées.

Cette nouveauté est actuellement en phase expérimentale et testée de manière privée. Elle devrait logiquement être déployée dans les semaines à venir.

0190000008452146-photo-microsoft-pswd-securit.jpg
0190000008452148-photo-microsoft-pswd-securit.jpg


Microsoft rappelle que lorsqu'un internaute tente de deviner le mot de passe d'un compte ne lui appartenant pas, ce dernier sera automatiquement bloqué. Toutefois ce blocage n'affectera pas le détenteur du compte Microsoft en question dès lors que le hackeur n'utilise pas l'ordinateur ou le réseau de la victime.

A lire également :
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Haut de page

Sur le même sujet