Chine : Yahoo s'explique devant le Congrès US

0
00606816-photo.jpg
Devant le Congrès des Etats-Unis, Jerry YANG, co-fondateur et CEO de , doit répondre, ce mardi 6 novembre 2007, aux questions relatives à l'implication de la société dans l'arrestation de cyberdissidents chinois.

La multinationale Internet d'origine américaine est accusée par des organisations comme Reporters sans frontières et la World Organization for Human Rights USA, d'avoir fourni aux autorités chinoises des informations sur des internautes, dont certains, suspectés « d'incitation à la subversion de l'Etat », ont été emprisonnés (Wang Xiaoning, Jiang Lijun, Li Zhi et Shi Tao).

En outre, la direction de Yahoo aurait fourni un faux témoignage au Congrès l'an dernier quant à sa responsabilité dans la condamnation, en 2005, à 10 ans de prison du journaliste Shi Tao.

Jusqu'ici Yahoo a indiqué « se conformer à la loi locale » et déclaré ignorer si les informations demandées par le gouvernement chinois concernent une enquête légale ou sont utilisées pour persécuter des dissidents politiques. Par ailleurs, si Yahoo déplore l'arrestation et l'emprisonnement de citoyens chinois ayant exprimé leurs idées sur Internet, le groupe entend continuer à proposer ses services en Chine, car une présence même imparfaite « peut faire la différence ».

De tels arguments ne satisfont pas RSF. « La justification confuse de Yahoo lors de sa dernière audience devant le Congrès, le 27 février 2006, doit être clarifiée », souligne l'organisation de défense de la liberté de la presse dans un communiqué. Avant d'ajouter : « Au moins quatre cyberdissidents sont derrière les barreaux, car Yahoo a fourni des renseignements sur eux à la police chinoise. Nous aimerions connaître jusqu'où Yahoo a suivi les ordres des autorités de Pékin et combien de personnes sont réellement concernées ».
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Haut de page