VivendiUniversal revend AlloCine.com à son management

Par
Le 16 septembre 2003
 0

Pionnier de l'information en ligne sur le cinéma, AlloCiné quitte le groupe VU et est repris par son management et le fonds d'investissement CITA

Une nouvelle pépite de VUnet change de main. Après la reprise de ifrance par le groupe ACC, c'est désormais au tour du célèbre portail sur le cinéma AlloCiné.com de quitter la galaxie Vivendi Universal Net et d'être repris par un consortium composé de son management et du fonds d'investissement CITA pour un prix non communiqué.

Créé par Jean-David BLANC en 1993 sous la forme d'un serveur audiotel gratuit d'informations sur le cinéma, AlloCiné a été le prototype de la start-up, testant tous les formats (audiotel, minitel, web, e-mail, wap, sms, palm, i-mode, etc...) et utilisant avec une très grande intelligence le principe des liens croisés sur son site web. Au cours de l'année 2000, AlloCiné bascule dans la galaxie Canal+ via une prise de contrôle par Canal Numédia, ensuite intégrée à la filiale Vivendi Universal Net, aujourd'hui dissoute.

Tirant ses revenus de la vente de places de cinéma et de produits dérivés, AlloCiné revendique aujourd'hui une audience de 2 millions de visiteurs uniques par mois et 30 millions de pages vues. Le site dispose d'une base de données exceptionnelles de 55.000 films, 95.000 personnalités et 10.000 produits, intelligemment reliés entre eux afin d'enrichir la navigation des internautes et optimiser les "PAP".

Pour Bertrand Stephann, PDG d'AlloCiné: « Nous voulons renforcer la position de leader que détient aujourd'hui AlloCiné sur l'information et la vente de places de cinéma, et construire un grand média incontournable sur l'univers du cinéma. Je veux que chacun, cinéphile ou néophyte, puisse trouver la bonne information et le bon service grâce à AlloCiné.»

Malgré le départ il y a déjà quelques années de Jean-David BLanc, la nouvelle équipe composée de Bertrand Stéphann (PDG), Frederic Krebs (Directeur de la Publicité) et Grégoire Lassalle (Directeur Délégué) ne devrait pas changer la formule actuelle. Bertrand Stephann ne s'interdit toutefois pas de regarder le développement du cinéma à la demande afin de profiter de la démocratisation des connexions à haut débit. Le "OO spirit" n'est pas mort !
Modifié le 18/09/2018 à 14h13

Les dernières actualités

scroll top