N. Sarkozy pour le haut débit et les calculateurs

Jérôme Bouteiller
04 mars 2008 à 11h58
0
00918358-photo-sarko-cebit.jpg
Très en pointe pendant la campagne dans l'utilisation des nouvelles technologies avec un blog, une WebTV ou encore un réseau social, Nicolas Sarkozy était jusqu'à présent plutôt discret sur sa vision industrielle en matière de nouvelles technologies. Le Président de la République a en tout cas profité de l'ouverture du CeBIT de Hanovre, le plus grand salon européen sur les nouvelles technologies et dont la France était cette année l'invité d'honneur, pour corriger le tir et même faire preuve d'un certain volontarisme en matière de haut débit et de supercalculateurs.

100% des Français connectés à haut-débit

En présence de Angela Merkel, Chancelière allemande, José-Manuel Barroso, Président de la Commission Européenne et Steve Ballmer PDG de Microsoft, le chef de l'Etat a ainsi rappelé que la “révolution des nouvelles technologies avait été la première révolution du XXIe siècle” mais que cette révolution devait “rester au service de l'Humain”.

Souhaitant lutter contre le risque de “fracture numérique entre les territoires”, Nicolas Sarkozy a ainsi proposé qu'une partie des fréquences dégagées en 2011 par la télévision analogique soient consacrées à l'internet sans-fil à haut débit avec pour objectif que 100% des Français disposent d'un accès internet fixe (ADSL, FTTH, ...) ou mobile (3G, Wimax, ...) d'ici la fin de sa présidence.

Un nouveau Quaero ?

00918360-photo-sarko-cebit.jpg
Eludant le projet Quaero voulu par Jacques Chirac et Gerhard Schroeder en 2005 mais prenant l'exemple de Galileo dans le domaine des satellites, Nicolas Sarkozy a également proposé une association franco-allemande dans le domaine des supercalculateurs. “Ces ordinateurs capables de faire un million de milliards d'opérations par seconde seront les moteurs de la recherche et de la technologie de demain” a ainsi expliqué le Président de la République, qui souhaite multiplier les coopérations industrielles entre les deux pays, sur le modèle de coopérations passées comme Ariane, Airbus, EADS ou plus récemment Business Objects, éditeur logiciel français racheté par le groupe allemand .

Accès internet, logiciel, calcul, .. des sujets “industriels” qui n'avaient pas intéressé le candidat mais qui semblent enfin soulever l'intérêt d'un Président enfin conscient qu'un quart de la croissance des pays développés reposait désormais sur les nouvelles technologies. Reste à savoir si Nicolas Sarkozy créera après les élections municipales, comme l'annonce la rumeur, un poste de secrétaire d'Etat chargé des nouvelles technologies et dont la mission sera certainement de concrétiser la vision présidentielle.
Modifié le 18/09/2018 à 14h40
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en conduisant, même en main libre
Déjà plus de 45 000 précommandes pour la Mini Cooper SE électrique
L'Audi e-tron devient la voiture électrique la plus sûre du monde
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
Une étude montre que les cyclistes
Selon Google, 1,5% des mots de passe seraient compromis
Des scientifiques réinventent l'air conditionné grâce au froid de l'espace
Suite à un accident mortel, la marine américaine ne veut plus d'écrans tactiles
Un restaurant de burgers cuisinés par des robots ? Une start-up l’a fait
Nos théories sur l'évolution de l'Univers remises en question par 39 galaxies

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top