Windows 10 en test : la réconciliation ?

29 juillet 2015 à 19h00
0

OneDrive



À chaque Windows... ses fonctions sacrifiées. À la surprise générale, OneDrive en fait partie. Avec Windows 8, Microsoft avait conçu l'intégration OneDrive de sorte que les dossiers stockés dans le cloud ne soient pas bêtement téléchargés dans leur intégralité sur votre machine. L'idée des Smart Files étant de préserver l'espace de stockage des configurations avec 64 ou 128 Go de disque en ne téléchargeant en local que les fichiers effectivement utilisés. Cela permettait de sauvegarder tant l'espace disque que la connexion réseau, mais cela provoquait des incompréhensions de la part des utilisateurs ou des problèmes de stabilité.

Du coup... machine arrière. Il vous appartient maintenant de cocher au premier démarrage de Windows 10 les dossiers que vous souhaitez synchroniser en local avec OneDrive. Ceux-ci sont téléchargés dans leur intégralité. C'est bête, méchant et Microsoft nous promet une mise à jour du client OneDrive revenant sur ce comportement... un jour ! La bonne nouvelle toutefois c'est que les applications comme Groove Musique ou Photos ne se limitent heureusement pas aux fichiers rapatriés en local sur OneDrive pour diffuser leur contenu : elles vont bien lire les fichiers hébergés sur le Cloud vous donnant accès à toute votre collection de musique ou de photographies.

0190000008124674-photo-windows-10-rtm-onedrive.jpg

Choix des dossiers OneDrive à synchroniser


Windows Hello



Microsoft équipe Windows 10 de la technologie Windows Hello. C'est l'une des fonctionnalités phares de ce nouveau Windows. Et pourtant, elle ne sera pas accessible à tous, loin s'en faut. Avec Windows Hello, Microsoft tente de remplacer le mot de passe par des données biométriques. Pour ce faire, la firme propose trois solutions : l'empreinte digitale, la reconnaissance faciale ou le scanner d'Iris.

Concrètement, sur les machines compatibles, l'identification s'opère par l'un de ces trois modes et remplace totalement la saisie classique et traditionnelle du mot de passe. Pour la reconnaissance faciale, il faut disposer d'une caméra Intel RealSense. Pourquoi ? Tout simplement parce que Windows va utiliser les informations de profondeur captées par la caméra pour s'assurer que c'est bien vous devant l'écran et non une photo de vous par exemple. Si cela sécurise un peu plus l'authentification, les machines compatibles sont pour le moment peu nombreuses. Visiblement, l'arrivée de Windows Hello n'a pas l'air de surmotiver les traditionnels vendeurs de webcams que sont Logitech et Microsoft pour annoncer des modèles RealSense... du moins pour le moment.

Du côté des lecteurs d'empreintes digitales, tous les lecteurs compatibles WBF (Windows Biometric Framework) sont supposés être pris en charge par Windows Hello.

00C8000008124676-photo-windows-10-rtm-hello-1.jpg
00C8000008124678-photo-windows-10-rtm-hello-2.jpg
00C8000008124680-photo-windows-10-rtm-hello-3.jpg
00C8000008124682-photo-windows-10-rtm-hello-4.jpg


Quant au scan d'iris, il devrait se reposer sur un scanner infrarouge que pourrait intégrer un prochain Lumia.

Nous avons pu tester Windows Hello avec un lecteur d'empreintes digitales USB, un modèle no name acheté pour l'occasion à 14 euros TTC sur Amazon. Chance, son pilote est compatible WBF. L'activation de Windows Hello se fait en quelques étapes assez simples mais il faudra au préalable créer un code PIN pour son PC. On enregistre alors son doigt avec 4 à 5 lectures par doigt. Dès le redémarrage du PC ou lorsque celui-ci est verrouillé le simple fait de glisser son doigt sur le lecteur déverrouille le PC et fait apparaître sur l'écran le smiley Windows Hello. Bien sûr un tel système existe déjà mais jusqu'à présent il requiérait outre les pilotes une couche logicielle intermédiaire. Ce n'est plus le cas.

Du côté de la reconnaissance faciale, c'est avec une caméra Intel RealSense que nous avons fait nos essais. La caméra signée Creative est issue du kit de développement d'Intel et il suffit d'installer le logiciel Intel DCM (Depth Camera Manager) dans sa version 1.4 pour activer la prise en charge Windows Hello. Comme avec le capteur d'empreintes digitales, il faut préalablement créer son code PIN. Cette formalité accomplie, il suffit de lancer la reconnaissance du visage à la rubrique Windows Hello des options de connexion. Si tout va bien, il faut quelques secondes à la caméra pour enregistrer votre visage. Pour une meilleure détection on peut cliquer sur « Améliorer la reconnaissance » : la caméra procède à quelques mesures supplémentaires là encore très rapidement. Une fois cette étape d'enregistrement de votre visage, Windows Hello est prêt à fonctionner... et c'est bluffant !

00C8000008128690-photo-windows-hello-realsense-1.jpg
00C8000008128694-photo-windows-hello-realsense-3.jpg
00C8000008128692-photo-windows-hello-realsense-2.jpg


Il suffit de mettre son visage en face de la caméra pour que le système nous reconnaissance nous accueillant au passage avec un petit smiley et un « Bonjour Julien ». La caméra étant infrarouge la reconnaissance fonctionne de jour comme de nuit et Microsoft a pensé à quelques subtilités comme tourner la tête de gauche à droite pour valider la connexion. Autant la reconnaissance à marché à tous les coups sur notre système autant notre mouvement de tête n'a jamais convenu en revanche à Windows Hello !

01E5000008128696-photo-windows-hello-realsense-4.jpg

Les options Windows Hello pour la reconnaissance faciale


Sécurité



Comme chaque nouvelle version de Windows, Windows 10 améliore encore ses fondamentaux en terme de sécurité. Au-delà de l'innovation que représente Windows Hello, l'éditeur a également planché sur une fonction nommée Device Guard. Celle-ci vise à protéger les machines Windows 10 des attaques de type Zero-day en déterminant si le programme que l'utilisateur tente d'exécuter est fiable.
Device Guard ne repose sur aucun mécanisme de liste blanche ou noire mais sur les signatures logicielles apposées par les éditeurs de logiciels, le Windows Store ou une entreprise en particulier. Cette fonction, qui est virtualisée et isolée du reste du système y compris du Kernel, concerne les entreprises qui peuvent l'activer ou non sur leur parc. Du reste c'est l'administrateur qui a le dernier mot sur le choix des apps qu'il autorise ou non. Device Guard peut cohabiter avec des antivirus conventionnels et il notamment pris en charge par Acer, HP, Lenovo et Toshiba.

Windows 10 marque le retour du Microsoft Passport cet identifiant unique un tant promu par Microsoft. Mais cette fois-ci le Passport repose sur le code PIN que vous avez défini ou sur votre authentification biométrique Windows Hello pour vous donner accès aux sites Web et services compatibles. En clair il s'agit d'une authentification automatique qui ne repose plus sur des mots de passe complexes, des mots de passe partagés ou des questions secrètes. La fonctionnalité accessible aux développeurs par le biais d'une API est là encore plutôt destinée aux entreprises puisqu'elle peut s'intégrer à l'Azure Active Directory Service. Pas de panique sur l'empreinte biométrique qui reste bien stockée en local sur le terminal et non dans le Cloud ou sur les serveurs de votre organisation.

01EA000008127366-photo-windows-10-rtm-windows-defender-1.jpg


Au quotidien, l'utilisateur de Windows 10 profite toujours de Windows Defender, le module de sécurité qui réunit anti-malware et antivirus. Tandis que l'application se présente toujours de la même façon, et s'exécute depuis le panneau de configuration traditionnel de Windows, ses options ont été déplacées du côté du nouveau panneau de configuration Windows (allez comprendre !). Les fonctionnalités MAPS (Microsoft Active Protection Service) d'envoi des échantillons à Microsoft sont du reste simplifiées et renommées en « Protection dans le cloud ».

01E5000008127368-photo-windows-10-rtm-windows-defender-2.jpg
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

7 400 gigatonnes de neige seraient nécessaires pour enrayer la fonte des glaces
Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
L'Anses confirme l'impact du trafic automobile sur la santé et invite à promouvoir l'électromobilité
La prochaine édition du CES va autoriser les sextoys féminins et interdire les
Que se passerait-t-il si Stadia disparaissait ? Un ponte de Google répond
SFR dévoile sa Box 8, une box barre de son
Un timbre en édition limitée pour célébrer les 50 ans du premier pas sur la Lune
Netflix dévoile des résultats en baisse, notamment dans les pays où les tarifs ont augmenté

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top