Contrôler un Raspberry Pi depuis un appareil Android

15 février 2019 à 11h00
0
Raspberry Pi 3
Phil's Mommy / Shutterstock.com

L'accès à distance à un Raspberry Pi permet de l'utiliser sans être dans la nécessité de le connecter à un écran, ce qui s'avère très pratique dans de nombreuses situations. Bien que cela soit possible depuis votre ordinateur de bureau, nous allons voir aujourd'hui comment le faire par le biais d'un appareil fonctionnant sous Android.



Gérer un Raspberry Pi depuis un smartphone, c'est possible ?


Oui, c'est possible et c'est même une méthode assez répandue si l'on en juge le grand nombre d'applications que nous propose le Play Store de Google.

Avant de vous présenter quelques-unes de ces applications et de détailler la marche à suivre pour contrôler votre Raspberry Pi à distance depuis une tablette ou un smartphone sous Android, il convient de préciser que nous utilisons un Raspberry Pi 3 B+ fonctionnant avec la dernière version à jour de Raspbian, il est donc probable que notre méthode ne s'applique pas de la même manière avec un autre modèle de nano-ordinateur ou un système d'exploitation différent.

Enfin, notons également que vous n'aurez ici pas accès à l'environnement de bureau de Raspbian comme cela peut être le cas en prenant le contrôle à distance depuis un ordinateur avec VNC. En règle générale, les applications Android destinées au Raspberry Pi vous permettront de lancer des lignes de commande via le terminal, de surveiller les constantes de votre Raspberry Pi, ses paramètres, ainsi que les données qu'il collecte (Caméra, Sense HAT, température, état du réseau, mémoire utilisée, etc.), ou encore de transférer des fichiers. En somme, avec une bonne prise en main de l'application et du nano-ordinateur, il est possible de réaliser la plupart des tâches comme si vous utilisiez un ordinateur.

1. RaspController


Nous venant tout droit d'Italie, cette application développée par Ettore Gallina permet de gérer de nombreux paramètres sur un Raspberry Pi. Sa configuration ne nécessite que quelques minutes et son .apk est relativement léger. À l'instar de VNC sur un ordinateur, la connexion se fait via le protocole SSH, idéalement sur votre réseau local.

RaspController logo

Commencez par installer l'application sur votre smartphone. Nous allons ensuite configurer notre Raspberry Pi afin d'établir la connexion, assurez-vous donc qu'il soit bien connecté à votre réseau local.

Démarrez votre Raspberry Pi, puis lancez la commande suivante dans le terminal :

sudo raspi-config

Rendez-vous dans le menu Interfacing Options > SSH puis sélectionner « Yes » pour valider l'activation du SSH.

Pour continuer la configuration, nous aurons besoin de l'adresse IP de votre Raspberry Pi. Pour la connaitre, il suffit de taper la commande suivante dans le terminal :

ifconfig

Regardez dans le champ wlan0 si vous êtes connecté en Wi-Fi, ou eth0 si vous êtes connecté via un câble Ethernet. Nous pouvons maintenant passer à la configuration de l'application.

RaspController_1
RaspController-2


RaspController liste les appareils associés sur son écran d'accueil. Pour en ajouter un, cliquez sur le bouton « + » en bas de l'écran. Renseignez les informations qui vous sont alors demandées, le nom du dispositif, son adresse IP, le nom d'utilisateur (« pi » par défaut), ainsi que votre mot de passe.

Une fois connecté, l'interface est plutôt simple : on y trouve notamment un gestionnaire de fichiers, des schémas et des plans des ports GPIO, les informations concernant votre matériel, des outils de contrôle pour les capteurs ou les modules de caméra, le tout en français.

RaspController_4
RaspController_5


Si vous éprouvez des difficultés pour vous connecter via l'application, la FAQ de RaspController devrait répondre à vos besoins dans la plupart des cas, mais il faudra ici se contenter de la langue de Shakespeare. Notez que RaspController est disponible dans une version payante dont le seul intérêt est de pouvoir se passer des annonces, cependant les quelques publicités que nous avons vues sont loin d'être invasives.

2. RaspManager


RaspManager est une très bonne alternative à RaspController et fonctionne lui aussi grâce au protocole SSH. Nous nous étalerons moins ici sur sa configuration pour la simple raison que la marche à suivre est à peu près identique à ce que nous venons de faire à l'instant et ne devrait pas vous poser de problème particulier.

RaspManager
RaspManager_1


On peut lui reprocher une interface légèrement moins intuitive qu'avec RaspController et la présence continuelle de publicités pourra en déranger certains. Néanmoins, nous avons ici une application assez bien pensée, l'écran d'accueil « Status » regroupe toutes les informations relatives à votre nano-ordinateur, « Explorer » est un gestionnaire de fichiers assez complet alors que « Terminal » est une console très simple d'utilisation avec laquelle il est possible de sauvegarder l'historique des commandes tapées.

3. RaspiCheck


RasPiCheck

RaspiCheck ne permet pas, à proprement parler, de prendre le contrôle de votre Raspberry, mais c'est un petit utilitaire très simple et utile qui vous permet de surveiller les principaux paramètres de votre nano-ordinateur.

RasPiCheck_1

La configuration est identique aux deux applications que nous venons déjà de passer en revue. Néanmoins, notons que RaspiCheck permet de lancer et d'enregistrer des commandes ainsi que de redémarrer ou éteindre votre machine, mais sa fonction principale reste surtout de vous informer avec une multitude de données provenant du Raspberry Pi.
Modifié le 06/04/2019 à 15h32
Cet article vous a été utile ?
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Normandie : la plus grande route solaire du monde est un échec
Matrix 4 officiellement annoncé, avec Keanu Reeves et Carrie-Ann Moss
PS5 : la fuite d'un brevet révèle un design plutôt original
L'astéroïde Apophis qui frôlera la Terre en 2029 est-il vraiment dangereux ?
A peine lancée aux USA, Apple annonce que sa Card serait sensible au jean et au cuir
Un chercheur français a trouvé une faille critique dans le système de vote russe
Xiaomi Mi Mix 4 : un monstre de puissance doté d'un capteur photo 108 mégapixels
Le site des impôts affecté par le piratage de 2000 boîtes mails
RGPD : un consentement « explicite et positif » bafoué à plusieurs niveaux
SFR dévoile sa nouvelle Box SFR 8 et une grille tarifaire à partir de 5€ par mois

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top