Fermeture de Megaupload : attaques en cours sur les sites des ayant-droits

le 20 janvier 2012 à 00h26
0
L'annonce de la fermeture de Megaupload et de l'arrestation de ses administrateurs a suscité une importante vague de réactions sur Internet. De nombreux sites représentant la justice américaine ainsi que les ayant-droits de la musique et du cinéma semblent faire l'objet d'attaques par déni de service.

Suite à l'annonce de l'arrestation des responsables de Megaupload, il n'a fallu que quelques dizaines de minutes pour que se propage l'appel sur les réseaux sociaux, via les comptes associés à la mouvance « Anonymous » : depuis 22 heures, heure française, plusieurs des sites Web appartenant au gouvernement américain, ainsi qu'aux organisations qui représentent les intérêts de la musique et du cinéma sont inaccessibles, vraisemblablement victimes de ce que l'on appelle une attaque par déni de service.

Le site du département de la Justice américain (justice.gov) est actuellement inaccessible, tout comme le sont ceux de la MPAA (représentant les intérêts des studios hollywoodiens), de la RIAA (industrie de la musique) ou d'Universal (première maison de disques au monde). Idem pour le site copyright.gov. La vague touche même la France : vers minuit, le site hadopi.fr a lui aussi cédé sous les coups de boutoir des mécontents. D'autres cibles sont évoquées, comme le site du FBI, ou celui de la Maison Blanche, qui paraissent toujours en ligne vers 00h15.

04889018-photo-attaques-anon-suite-la-fermeture-de-megaupload.jpg

Que se passe-t-il ici ? La lutte contre le téléchargement illégal et le développement de projets de loi visant à renforcer l'arsenal législatif mis à disposition des états dans ce contexte a donné naissance à un mouvement de contestation qui choisit l'arme du piratage pour faire entendre sa voix. Sa provenance n'est pas clairement identifiée, et ceux qui choisissent de s'y joindre le font sous la casquette « Anon », pour « Anonymous », devenu une véritable entité numérique.

Sur les images que concocte la communauté revient régulièrement cet emprunt à l'Évangile selon Marc : « Mon nom est Légion car nous sommes nombreux ». Son existence a pour la première fois été portée à la connaissance du grand public début 2008, après qu'une campagne de communication eut accompagné une attaque menée contre différents sites Web rattachés à l'église de scientologie.

Les anonymes qui la composent utilisent des outils permettant de se livrer à des actions de type DDOS (Distributed denial of service), ou attaques par déni de service distribué, qui consistent à envoyer simultanément un nombre très important de requêtes vers un serveur informatique de façon à engorger ce dernier jusqu'à saturation.

Sur Twitter, plusieurs comptes qui se revendiquent du courant Anon annoncent leur volonté de faire tomber les sites des institutions qu'ils estiment être à l'origine de la fermeture de Megaupload et désignent les cibles à abattre.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Nouvel Asus ZenBook 14 : l’ultraportable au pavé tactile pas comme les autres
Vers de nouveaux iPad Pro avec une meilleure antenne en 2020 et compatibles 5G en 2021 ?
Amazon automatiserait les licenciements liés à la productivité de ses salariés américains
L'App Store victime d'un bug qui empêchait le téléchargement d'applications et de mises à jours
Orange Cash, c’est fini : fermeture du service programmée en novembre
Avec Alexa, Amazon peut facilement obtenir l'adresse exacte de ses utilisateurs
Le OnePlus 7 aura bien un triple module photo dorsal
Microsoft vaut maintenant 1 billion de dollars
Google évite son redressement fiscal de plus d'un milliard d'euros
🎯 French Days 2019 : les tops bons plans du vendredi !
Comparatif 2019 : notre sélection des meilleures souris gamer
Galaxy Fold : Samsung force iFixit à dépublier son article de démontage
Nintendo : la Switch
Samsung : 116 milliards de dollars pour prendre le pas sur Intel
Mario Kart Tour : le jeu en bêta sur smartphone dans quelques semaines
scroll top