Cyber-terrorisme : B. Cazeneuve veut mobiliser la Silicon Valley

01 juin 2018 à 15h36
0
Lors du sommet contre la violence extrémiste de Washington, le ministre français de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a enjoint les géants du Net américains à collaborer davantage dans la lutte anti-terroriste.

Google, Facebook, Microsoft et Twitter comptent parmi les principaux vecteurs de communication sur Internet, alors quand ils sont utilisés pour la propagande intégriste et que cela menace la sécurité nationale, les projecteurs se braquent vers eux. En visite à Washington, Bernard Cazeneuve, le ministre français de l'Intérieur, a appelé à une « meilleure coordination dans la lutte contre le recrutement terroriste en ligne ».

Une harmonisation améliorée, mais aussi une plus grande réactivité pour supprimer les contenus faisant appel au terrorisme ou en faisant l'apologie. On se souvient par exemple que YouTube avait tardé à retirer la vidéo non floutée montrant l'exécution d'un des deux policiers lors des attentats de Charlie Hebdo le 7 janvier 2015. Toutefois, la plateforme de Google s'était montrée réactive pour enlever celle du tueur Amedy Coulibaly.

Face aux représentants de 60 pays invités par la Maison Blanche à un sommet contre la violence extrémiste, le ministre a souligné que la France venait de se doter d'une loi autorisant le blocage administratif des sites Internet diffusant des textes, photos ou vidéos provoquant à des actes terroristes ou en faisant l'apologie et les représentations de mineurs à caractère pornographique. Un blocage possible sans l'intervention d'un juge.

Pour un renfort des liens entre les entreprises et le gouvernement

En déplacement vendredi 20 février dans la Silicon Valley, Bernard Cazeneuve rencontrera les représentants des grands acteurs de la high-tech. Il leur demandera de retirer sans délai les contenus de propagande, dès que les autorités le leur signalera, relaie l'AFP, et d'aider « à développer des contre-discours pour décourager la jeunesse vulnérable » et de collaborer aux enquêtes pour « démanteler les technologies sophistiquées ».

Une semaine plus tôt, le président américain Barack Obama se tournait également vers les géants du Net en signant un décret renforçant le partage d'informations - en plus de la NSA - avec le gouvernement. Le but de la manœuvre est de créer une plateforme commune d'informations sur les menaces de cyberattaques.


A lire également :





Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

HTC One A9 : le faux jumeau de l'iPhone 6
Le créateur du Bitcoin n’est finalement pas celui que l’on croyait
Black Friday : elle achète un iPhone 6 et se retrouve avec des patates
iPhone 6 : un prototype (?) en vente sur eBay pour 7 000 dollars
L'Ukraine dans le noir à cause d'un virus informatique ?
Comment régler les couleurs de son écran PC ?
4 techniques simples pour nettoyer son PC
Alimentation de 850 W pour le multi-GPU chez Corsair
De Facebook... à Sexebook, réseau social coquin ?
Netflix perdra Starz fin février 2012
Haut de page